Mulder et Scully, entrainement intensif (3/4) en cour d'ecriture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mulder et Scully, entrainement intensif (3/4) en cour d'ecriture

Message  lov' le Lun 25 Mai 2009 - 18:44

Titre :Mulder et Scully: entrainement intensif
Auteur :lov'
Classification : PG-13, R
Résumé :La vie de famille des Mulder nest pas comme les autres, Fox doit se preparer a combattre la colonisation
Disclamer : Attention CC je temprunte tes perso!
Note de l'auteur : Cette fic est la 3e dune serie de 4


Mai 2004

Une nouvelle habitude


Trois mois s’étaient écoulés depuis que Mulder et sa famille s’était installé à Washington. Ils étaient toujours logés dans l’appartement de Scully, mais bientôt, ils devront s’en départir. C’était rendu trop petit pour trois enfants. Mulder avait dû abandonner son boulot à Vancouver, donnant comme excuse, un déménagement lointain. Qu’il devait s’occuper de sa famille. Scully, tant qu’à elle, s’était fait transférer à l’hôpital pour enfants de Washington. Cette demande lui avait été plus facile que de démissionner pour se trouver un nouvel emploi. On lui avait tout de même accordé son congé de maternité pour encore six mois.
Les deux garçons dormaient dans la même chambre, tandis que Mélissa dormait dans la chambre de ses parents. Aaron avait eut deux ans en février dernier et William approchait ses quatre ans. Les deux garçons s’entendaient à merveille. Mélissa n’avait qu’un mois, Mulder adorait sa fille. Le portrait tout craché de sa mère.
La petite pleurait depuis déjà cinq minutes, avant que l’un de ses parents ne vienne la chercher. Mulder courait après ses garçons, pour les faire taire. Tandis que Scully essayait plus de bien que de mal à préparer le diner. Les cris d’enfants, l’énervait. Aussi épuisé d’entendre Mélissa pleurer, elle appela Mulder.
- Fox! Va chercher la petite!
Il ne répondit pas. Scully, les deux mains pleines de farine dans les airs, se pencha à voir ce qu’il se passait. Elle vit Aaron retentir dans la salle à diner, suivit de son frère qui gueulait comme un malade. Mulder apparut, fâcher derrière eux. Scully comprit qu’il essayait de les arrêter. Elle lui en dissuada.
- Mulder, ils sont capables de régler ça seul. Ta fille te réclame. Ça fait cinq minutes qu’elle braille. C’est l’heure de son biberon.
À ses paroles, Mulder arrêta sa poursuite et regarda Dana d’un air soumis. Les deux garçons tournant autour de la table à manger.
- J’y vais!
Mulder fit demi-tour pour aller voir Mélissa. Scully mit ses mains sales sur ses hanches et elle les regarda d’un air que ses fils ne connaissaient que trop. William et Aaron arrêtèrent sec de courir.
- Vous allez casser ma vaisselle! Dans votre chambre!
Elle pointa celle-ci du doigt. Ils s’y dirigèrent immédiatement et sans un mot. Elle ne comprendra jamais pourquoi Mulder ne se faisait jamais obéir. Faut croire que Scully était beaucoup plus sévère que lui.
Mulder entra dans sa chambre, Mélissa était rouge de cris. Il la prit soigneusement dans ses bras et la calma.
- Chut! Trésor, papa est là. Je suis désolé de t’avoir fait attendre.
Il la berça dans ses bras avant de lui langer la couche. Mulder lui changea le pyjama par la même occasion et lui mit un bavoir pour le boire.
À la cuisine, il ouvrit le réfrigérateur, le bébé dans les bras, et prit un biberon froid. Mulder le déposa dans la casserole déjà chaude et attendit la bonne température. Mélissa pleurait toujours. Scully se mit face à son bébé pour lui parler.
- C’est fini, papa va te donner ton biberon.
Elle jeta à Mulder un air de culpabilité. Il comprit tout de suite pourquoi.
- Je suis désolé Dana et je me suis excusé envers la petite.
Scully ne lui répondit pas et retourna à son diner. Mulder alla au salon donner le boire à Mélissa. La petite regardait son père tout en tétant le biberon. Il la regarda avec passion, Mélissa avait tout de Scully. Elle ne ressemblait pas du tout à ses frères. Mulder lui retira le lait et lui fit faire son rot, après celui-ci, il continua la tété. Scully retentit dans le salon.
- Mulder?
Il se retourna et lui fit un sourire.
- Oui chérie?
- Le repas est prêt et je suis désolé pour tout à l’heure.
- Ce n’est rien Dana, on est tous les deux dans l’entrain, tu es tout pardonné. J’irai chercher les garçons, lorsque j’aurai fini avec Mélissa.
- D’accord.
Dana retourna à la cuisine et commença à servir. Quelques minutes plus tard, tout le monde y était. Mulder déposa Mélissa dans la balançoire pour bébé et démarra le mécanisme. Elle adorait s’y endormir à l’heure du repas.
Tout c’était bien passé jusqu’au nettoyage de la vaisselle. Les enfants étaient tous couchés. Mulder et Scully avaient passés une journée épuisante, mais pas la pire. Elle était, une parmi tant d’autre.
Assis sur le divan, l’un dans les bras de l’autre, Mulder embrassa Dana dans le cou. Elle sourit de chatouillement, elle adorait cette sensation.
- Tu sais Dana, ton appart…
Elle le coupa.
- Notre appart Mulder. Elle le regarda avec un sourire.
- Oui, il commence à être trop petit pour nous tous. Un jour Mélissa aura besoin de sa propre chambre. C’est une fille, on ne pourra pas la mettre avec les garçons.
- Tu as raison, mais je ne veux pas perdre celui-ci.
- On peut le garder tout de même, on le sous-loue à des étrangers pour des périodes temporaires.
- C’est une idée, mais j’aimerais pouvoir y revenir de temps en temps.
- On le fera, pour nous reposer des enfants. On les confiera à ta mère.
- C’est une bonne idée. Dès demain on cherchera.
Scully s’accota la tête sur le torse de Mulder, celui-ci lui caressa les cheveux après lui avoir donné un baisé sur le front, lui murmurant un je t’aime.
- Merci, Dana!
Elle se releva pour le regarder dans les yeux.
- Mais pour quoi?
Il la regarda amoureusement.
- Pour tout ça… toi… les enfants surtout.
- De rien.
- Non sérieusement. Il lui caressa le menton du pouce. Je n’aurais jamais cru un jour avoir ma propre famille. Le mieux dans tout ça, c’est avec toi que je l’ai fondé. Je ne l’aurais jamais cru ça non plus.
- Oh! Mulder! Je ne pourrais jamais assez te dire comment tu me rends heureuse aujourd’hui.
- Aujourd’hui?
- Notre vie de ce moment oui, je la préfère à celle de mon passé.
Mulder la serra fort dans ses bras.
- Moi aussi, je suis beaucoup plus heureux que dans le passé. Mais la seule chose qui m’énerve en ce moment, c’est cette foutu colonisation. Je suis tellement désolé d’y impliquer William dedans.
- Mulder, rien de tout ça n’est de ta faute, on nous a manipulés depuis notre première rencontre et on a craqué. Pour eux, on était le couple idéal à ce projet, à cette création inhumaine qu’est notre fils, maintenant je comprends tout. On ta modifié pour créer William. J’aime mieux ta modification que d’avoir été obligé de créer un être à partir d’ADN extraterrestre.
Scully lui caressa la joue et lui essuya la seule larme qui coulait de ses yeux.
- Dis-toi, Mulder que tu serais mort aujourd’hui si je n’aurais pas été là pour toi depuis le début. Je t’ai sauvé, tu m’as sauvé.
Il ne répondit pas, mais réfléchit à ce qu’elle venait de dire. Scully lui donna un baiser sur la bouche et lui murmura à son tour, je t’aime.


Dernière édition par lov' le Mar 26 Mai 2009 - 11:57, édité 2 fois

_________________
lov' Very Happy
XFM forever! Wink
avatar
lov'
Sandwish de Tooms

Messages : 94
Date d'inscription : 27/04/2009
Age : 38
Localisation : Montreal/québec

Voir le profil de l'utilisateur http://davidduchovny.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mulder et Scully, entrainement intensif (3/4) en cour d'ecriture

Message  lov' le Lun 25 Mai 2009 - 18:46

Un changement inattendu


La mi-mai était entamé, Mulder devait, seul, rencontrer Billy Miles. Il ne l’avait pas vu depuis le mois de février. Les recherches de Mulder à retrouver son armée, n’était même pas encore entamée. Il craignait le pire à ne pas être capable de l’assembler avant la date fatidique, qui avait été devancé à l’an prochain.
Billy l’attendait devant la gare. Il s’éloigna à la vu du bijou de Mulder.
- C’est quoi ça?
Billy pointa la magnétite autour du cou de Mulder. Mulder regarda son bijou et le retira, l’enfermant dans sa poche.
- Ça ne suffira pas Mulder. Mais pourquoi ce truc dans votre cou?
- Pour me protéger de mes ennemis. Toute ma famille en a un.
- C’est une bonne idée, mais pas pour moi.
- Oui, je comprends. Je vais aller le porter dans ma voiture.
Mulder vira de bord et alla déposer le bijou dans son coffre à gants. À son retour, Billy paraissait moins nerveux.
- Je suis désolé, j’avais oublié de le laisser à la maison.
- Vous aller devoir y penser les prochaines fois.
- Oui, avec certitude.
Ils se rendirent à l’intérieur de la gare. Dans le petit café, ils s’assoyaient à une table. Mulder se lança le premier.
- Si ce n’est pas pour de la pratique, c’est pourquoi alors?
- Un imprévu, peut être une bonne nouvelle à vos yeux.
- Qu’est-ce?
Billy déposa des feuilles broché devant Mulder.
- Vous lirez ça chez vous, je vous direz le gros maintenant.
Mulder prit les papiers et les plia pour les placer dans la poche intérieure de sa veste.
- Je vous écoute Billy. Il croisa les doigts sur la table.
- Vous savez que la colonisation devrais débuter dans un an ou deux. Mais il y a des petits changements.
La nervosité de Mulder monta de plus belle et redescendit aussi tôt, sachant qu’il lui avait dit que ça pourrait être une bonne nouvelle à ses yeux.
- Lesquels?
- La colonisation est retardée.
Avec un long soupir de soulagement, Mulder lui demanda.
- De combien? Un an ou deux?
- Non, plus. Elle est revenue à sa date de départ.
Mulder sourit.
- Le 22 décembre 2012.
- Exacte. Vous aurez plus de temps à retrouver vos supers soldats et vous pratiquer.
- Et William sera prêt. Mais, comment avez-vous su ça?
- J’ai mes sources.
Ces sources, Mulder aurait bien aimé les savoir. L’important était que sa nervosité avait baissé, qu’il était soulagé à savoir que tout fût redevenu comme avant et que son fils sera prêt à combattre avec son père.
- Je dois y aller. Bonne chance Mulder.
- Merci.
Fox Mulder resta un moment ainsi à réfléchir là-dessus. Il savait que William, n’avait plus besoin de pratique, il avait été conçu pour être prêt au bon moment, qu’il le saurait par lui-même. Mulder savait que lui-même devrait se pratiquer, apprendre à connaître ses pouvoirs, à savoir les contrôler.
Il retourna chez lui, annoncer la nouvelle à Scully.
Mulder déverrouilla la porte d’entrer, l’odeur du repas du soir, se faisait sentir partout dans la maison. Il adorait cette odeur. Scully apparut entre le salon et la salle à diner, là où se trouvait la porte d’entrer.
- Bonsoir Mulder! Déjà rentrer?
Elle lui tendit Mélissa, qu’il prit avec amour, l’embrassant sur le front.
- Oui, Dana, mais avec de bonne nouvelle, dans un sens bien sûr.
Scully savait qu’il avait rencontré Billy. Ils s’étaient promis tous les deux de tout ce dire.
- Raconte!
Fox alla déposer sa fille dans son lit et revint auprès de Dana dans le salon.
- La guerre est retardée!
- De combien?
Scully espérait moins de ce qu’il lui dévoila.
- Pour 2012.
- Tu veux dire, qu’elle est revenue à son point de départ?
- Oui et William n’a plus besoin de s’entrainer, à moins que j’ai besoin de lui pour l’un de mes pouvoirs.
- Fox, je suis si contente pour lui.
- Moi aussi.
William apparut dans le salon. Il regarda son père, mais ne parla pas. Scully compris qu’il communiquait par la pensée. Mulder regarda par la suite sa femme.
- Il est aussi heureux que nous et qu’il le savait déjà.
- Mais comment?
Elle regardait William. Son fils lui répondit.
- J’en sais rien, je l’ai su c’est tout. Pourquoi moi maman?
Les deux parents se regardèrent, ils savaient que ce jour de questions arriverait et c’était celui-ci. Mulder s’approcha de son fils, il se mit à genoux devant lui, le tenant par les épaules.
- On ne le sait pas chéri, comme tu le sais, une guerre extraterrestre approche. Ta mère et moi avons été choisis pour combattre cette chose, ces méchants qui veulent notre terre. On t’a créé et tu es né spécial et on ne sait pas comment ça ce peut. Ton cas est rare…
Scully coupa Mulder, Mulder la regarda et William s’approcha de sa mère après que Mulder le lui ait ordonné.
- Ton père chéri, est spécial, tout comme toi, mais pas de la même façon. À lui, on a provoqué ce qu’il est devenu, mais toi tu es né comme ça et tu as hérité de ce qu’il est devenu. Lui il a besoin de toi pour que ses pouvoirs fonctionne, tandis que toi non.
- Mais pourquoi je sais tout ça, la guerre?
- Ça on ne le saura jamais, tu vois peut être le futur. Ce qui va se passer dans quelques temps.
- Je comprends maman.
William regarda son père.
- Aaron aussi, il est comme ça?
- Je ne crois pas non. Pas à notre connaissance.
- Mélissa?
- Non plus, on ne le sait pas.
Scully regarda William.
- Quand tu étais bébé, tu pouvais faire bouger les choses. On ne la jamais vu sur Aaron et ni sur Mélissa. Ton mobile, tu pouvais le faire bouger de ta pensée.
- Wow! Je suis vraiment spécial. Je suis comme superman.
- Peut être pas à ce point, mais tu peux te l’imaginé.
- Tu devrais aller rejoindre ton frère dans ta chambre. Lui demanda Mulder.
William sortit du salon. Mulder regarda Scully.
- Il n’est pas vraiment au courant de cette colonisation. Il voit plutôt dans le futur. Il va falloir le préparer, tout lui expliquer.
- Je crois oui, Mulder, que t’as raison.
Scully regarda Mulder et continua.
- Tu crois toi, qu’il est vraiment le seul à avoir ses pouvoirs? Aaron les as peut être et on ne le sait peut être pas.
- Ce n’est peut être pas pour rien qu’il nous a demandé ça. Ils sont peut être capable de se communiquer l’un à l’autre par la pensée.
- Tu l’aurais su toi aussi.
- Pas nécessairement Scully. Il va falloir que je teste Aaron avec ma propre pensée.
- Il te ressemble trop lui aussi, je suis sur qu’il est comme son frère.
- Je reviens.
Mulder se leva et se dirigea à la chambre des garçons. Scully n’aurais jamais cru qu’il était sérieux et qu’il le ferait maintenant. Lors de la conception d’Aaron, rien de tout ça n’était en Mulder, ses pouvoirs étaient trop endormis pour pouvoir être transmis. En réfléchissant à tout ça, Scully comprit alors que Mulder avait ses pouvoirs lors de la conception de Mélissa. Elle se leva rapidement et alla dans sa chambre observer sa fille.
Mulder revient au salon, n’y apercevant pas Scully et n’y à la cuisine, il alla dans la chambre à couché. Il y entra en lui parlant.
- Aaron n’a pas de…
Il ne fini pas sa phrase. Mulder aperçut les papillons suspendu commencer à tournoyer tout seul. Il regarda par la suite Scully.
- Oh non! Pas elle!
Mulder n’avait en aucun doute soupçonné sa fille d’avoir des pouvoirs, il n’y avait même pas pensé. Il comprit maintenant pourquoi. Les siens étaient actifs lors de sa conception.

À SUIVRE...

_________________
lov' Very Happy
XFM forever! Wink
avatar
lov'
Sandwish de Tooms

Messages : 94
Date d'inscription : 27/04/2009
Age : 38
Localisation : Montreal/québec

Voir le profil de l'utilisateur http://davidduchovny.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum