CONCOURS MEILLEUR SEQUEL "ALL THINGS" - FIC N°4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CONCOURS MEILLEUR SEQUEL "ALL THINGS" - FIC N°4

Message  noisette le Lun 3 Mai 2010 - 15:59

FIC N°4 de Gat (Ginnain)



Mulder se leva doucement du canapé pour ne pas la réveiller. Elle s'était endormie paibiblement, après lui avoir parlé ouvertement comme elle ne l'avait jamais fait auparavant. Il la sentait différente, libérée de quelque chose qu'il n'arrivait pas à définir. Tout ce qu'il savait, c'est qu'elle l'avait rejoint, lui. Que serait-il devenu si elle avait choisi de poursuivre sa vie avec l'homme dont elle lui avait parlé? Il ne connaissait même pas son existence une heure plus tôt, mais cet homme avait failli mettre en péril toute sa vie. Mulder n'envisageait à présent plus sa vie sans Scully. Il le savait depuis longtemps mais ne se l'était jamais vraiment avoué. Il avait bien compris qu'elle était pour lui la femme sans qui il ne pourrait pas vivre, mais il n'avait pas encore saisi jusqu'à ce jour toute l'importance qu'elle avait dans sa vie. C'est pour ça qu'il était parti en Angleterre et l'avait laissée seule. Ce soir, il l'avait enfin compris. Il était prêt. Mais le serait-elle aussi?

Il entra dans sa salle de bain pour se passer de l'eau sur le visage, retira son sweat qu'il lança sur une chaise près de son lit. Il défit ensuite la couette et retourna au salon. Là, il s'arrêta un instant pour observer Scully. Elle était toujours endormie, la tête toujours penchée du même côté. Elle n'avait pas bougé. Dans le silence de la pièce, il entendait sa respiration lente et confiante. Que devait-il faire? Sa raison le poussait à la laisser se reposer, elle en avait tellement besoin. Non. Il n'avait pas le coeur à la laisser là, sur son canapé, tandis que lui dormirait tranquillement dans son lit. Pas après ce qu'elle lui avait fait comprendre ce soir.

Il s'approcha d'elle, sans bruit. Hésitant, ne sachant trop comment s'y prendre, il glissa un bras sous ses genoux et l'autre dans son dos pour la porter. Il fit le plus doucement possible pour ne pas la réveiller. Elle se laissa faire, l'aidant même en se rendant la plus légère possible. Elle posa sa tête sur son épaule, glissa ses bras autour de sa nuque. Elle inspira son eau de toilette qui l'envoûta et lui fit resurgir mille souvenirs en mémoire. Elle était à présent à demi éveillée. Elle savait où il l'emmenait. L'entrebaillement de la porte. Ces murs qu'elle connaissait par coeur. Sa chambre.

Lorsqu'il la déposa sur le sol, près du lit, elle garda ses bras autour de son cou. Les yeux dans les yeux, ils restèrent debouts un moment. Aucune parole. Juste un souffle. Scully ne réfléchissait plus. Elle ne pensait plus et laissait parler ses sentiments. Que pouvait-elle faire d'autre? Des années qu'elle réfléchissait, des années qu'elle hésitait parce que son coeur n'était pas complètement libre. A présent, Daniel ne l'occupait plus. Elle était libre et elle savait pourquoi. Tout ce qu'elle voulait, c'était être heureuse et il n'y en avait qu'un qui pouvait combler le vide qui emplissait sa vie. Elle se sentait prête, même si la perspective de l'avenir la terrifiait. Et s'il ne le voulait pas? Elle ne le croyait pas. Elle l'avait vu un million de fois se rapprocher et n'avait jamais rien fait pour lui apporter une réponse claire. Elle était restée distante, par peur, certainement. Pourtant, ce soir, elle était prête à ce que tout bascule. Que lui fallait-il de plus?Mulder garda ses mains sur la taille de Scully. Elle fit glisser les siennes sur son cou puis lentement le long de son torse. Elle les laissa posées là, baissa son regard, comme si elle hésitait encore. Un million de questions lui traversèrent l'esprit à cet instant. Devait-il la laisser? Dire quelque chose? La rassurer? Il se sentit impuissant. Pourtant, en une fraction de seconde, tous ses doutes s'envolèrent. Ses grands yeux bleus l'avaient rassuré comme jamais. Elle le regardait à présent, droit dans les yeux, comme si elle lisait en lui. Il voulut se faire le plus transparent possible pour qu'elle puisse lire à quel point il avait imaginé cet instant, à quel point il en avait envie. Elle dévora ses yeux quelques secondes, comme elle savait si bien le faire, fixa ses lèvres pour lui faire comprendre qu'elle n'attendrait plus. Il resta paralysé. C'est elle qui déciderait.

Se postant sur la pointe des pieds, elle avança doucement son visage du sien. Ce n'était pas comme le soir du Nouvel An où tout s'était passé si vite. Elle voulait imprimer ce moment à jamais dans sa mémoire, dans leur mémoire. Elle voulait être sure et ne rien faire de travers. Elle savait que c'était elle qui décidait ce soir. Il l'avait attendue si longtemps.

Mulder sentit son souffle tout proche, il ferma les yeux, se laissant submerger par son parfum. Elle pressa ses lèvres contre les siennes. Une seconde, puis deux, puis trois. Il ne bougea pas. C'est elle qui devait le guider, il n'en avait pas la force. Elle s'écarta pour l'observer, obtenir une réponse.
Il sourit. Elle l'avait sa réponse. Plus de doute. Elle captura ses lèvres avec plus d'insistance. Il se laissa aller. Ses bras se ressérèrent derrière sa nuque. Elle sentit ses mains glisser dans son dos. Ils s'embrassèrent avec passion, scellant ainsi le pacte des amants. L'amitié disparaissaient pour devenir pleine, entière, autre. Jamais encore ils n'avaient goûté au plaisir de l'autre. Capturer leurs lèvres, jouer avec leur langue, se découvrir. Tout était nouveau. Comment avaient-ils pu attendre tout ce temps?

Gênée par sa veste, Scully s'en débarassa rapidement et la lança au pied du lit. Elle captura à nouveau ses lèvres, telle une petite fille ne pouvant plus se séparer de son jouet favori. Elle glissa ses mains sous le t-shirt de Mulder. Au lieu de le lui retirer sauvagement, elle le remonta lentement, faisant trainer ses doigts de droite à gauche pour sentir sa peau, chaude et douce. Elle le regardait droit dans les yeux, elle touchait, sentait, ne perdant pas une miette du regard qu'il lui lançait. Il se laissait faire, elle aimait ça. Il l'aida tout de même à retirer son t-shirt, puis il passa à son pull vert. Il atterrit sur le sol, près du t-shirt. Il l'observa, détailla les courbes de son corps. Elle n'éprouva aucune gêne. Ses doigts continuaient à courir sur son torse. Des frissons lui parcoururent le dos, les bras, le cou et descendirent jusque dans ses jambes.

Elle saisit sa main, entremêla ses doigts aux siens avant de l'attirer. Si c'est ce qu'elle désirait, il la suivrait, où qu'ils aillent. Elle recula d'un pas. Elle dirigeait toujours. Il s'avança, la dévorant du regard. Elle l'attira davantage et s'allongea dans le lit défait, l'attirant encore et encore, toujours plus proche, contre son corps. Il se pressa contre elle et l'embrassa, caressant sa peau, découvrant petit à petit ce qui était toujours resté secret jusque là. Il fit descendre la fermeture éclair de sa jupe. Elle déboutonna son jean. Le sol fut bientôt recouvert de leurs vêtements. La passion l'emportait. Ils se touchaient, s'éfleuraient, flirtaient l'un avec l'autre. De caresses en baisers, elle se retrouva au-dessus de lui. Il dégraffa son soutien-gorge et retira la dernière infime partie de tissu qu'elle portait encore. L'intimité était totale, mais elle n'avait pas peur. Aucune honte, aucune gêne, elle lui faisait confiance à mille pour cent. Elle le couvrit de baisers, tous plus délicieux les uns que les autres. Il mourait intérieurement de plaisir. Bientôt, un tourbillon les emporta, le bonheur, le plaisir d'appartenir l'un à l'autre, de ne plus avoir de secret. Ils prirent possession l'un de l'autre.

Tremblante, Scully embrassa Mulder une dernière fois. Il sentait son souffle rapide frapper sa poitrine. Il la laissa respirer, déposant par-ci par-là quelques baisers sur son corps. Elle frissonna. Il remonta la couette comme pour la protéger. Les bras sur l'oreiller, derrière sa tête, elle captura les lèvres de Mulder une dernière fois avant qu'il s'allonge à ses côtés. Elle se blottit contre son corps tout chaud et il l'enlaça pour la réchauffer. Toute la fatigue accumulée pesait sur eux. Ils se sentaient épuisés, mais heureux. Son visage à quelques centimètres du sien, elle le fixa langoureusement avant de lui murmurer des mots qu'elle gardait enfouie au fond d'elle depuis des années. Il avait bien entendu. Les mots étaient réciproques, les sentiments aussi. Que se passerait-il au matin? Ils préféraient ne pas y penser, ne pas en parler. La vie suivrait son court, au bureau comme à l'extérieur. Ils seraient suffisamment adulte pour savoir ce qui serait le mieux pour leur relation. « Leur relation », les mots résonnèrent dans l'esprit de Mulder avant de s'endormir, serrant contre lui la femme qu'il avait attendue et qui, ce soir, lui avait offert sa vie.



FIN.

noisette
Doodle de Gillian

Messages : 239
Date d'inscription : 29/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum