Pusher revisité (fin d'épisode)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pusher revisité (fin d'épisode)

Message  Gat le Lun 27 Avr 2009 - 20:53

Titre : Pusher revisité
Auteur : Gat/Ginnain
Classification : PG-13 (violence)
Résumé : Et si Mulder avait vraiment tiré sur Scully...?
Disclamer : Cet épisode et ces personnages ne m'appartiennent pas.
Note de l'auteur : Défi lancé par le forum de Gillian (merci Celly!!), pas facile et premier défi pour moi!


"Non! Vous êtes un monstre! Espèce de salop! hurla-t-elle. Mulder, donne-moi cette arme!"

Il la repoussa violemment.
Il ne pouvait pas! Et si la balle était partie?!

Muldeeeer, pensa-t-elle. Je t'en supplie!
Aucun son ne sortit de sa bouche. Elle regarda en silence. Son coeur battait à tout rompre. Vers Modell. Il pointa son arme vers Modell. Il allait le tuer. Tout se passa si vite. Elle ne pouvait plus contenir ses larmes. La peur s'était emparée d'elle. Cela allait finir mal. Muldeeer, pensa-t-elle une nouvelle fois en une fraction de seconde.

Il pointa alors son arme sur elle. Mulder, qu'est-ce que tu fais? Ses yeux le questionnèrent en silence. Son visage passa de la colère à la peur. Non, Mulder, non, ne fais pas ça. Tu me fais peur, Mulder. Elle lui faisait confiance. Plus qu'à n'importe qui. Mais il n'entendait pas.

"Mulder, tu es fou, arrête ça", murmura-t-elle, le suppliant du regard. Comment lui faire entendre raison? Comment le libérer de ses pensées? Son coeur battait, encore et encore plus vite. Elle retenait son souffle.

"Tu es de taille à résister", ajouta-t-elle. L'était-il? La question lui traversa l'esprit en un millième de seconde.

Elle entendait Modell. Il insistait ce salop! Non Mulder, non. Mulder la fixait droit dans les yeux, sans ciller.

"Mulder, il faut que tu te battes, tu dois te battre!" insista-t-elle avec rage. Mulder, non, Mulder! Je t'en prie.

Elle n'écoutait pas les paroles de Modell. Ne l'écoute pas Mulder, arrête ça, arrête!

Son regard parcourut la pièce en un éclair. Une larme s'effondra sur sa joue. Elle respirait difficilement. Les lèvres légèrement écartées. Ne fais pas ça Mulder.

Elle recula, terrifiée. Pas après pas. Il fallait qu'elle s'éloigne. Il allait tirer.

"Scully, va-t-en, ordonna-t-il. Scully, je t'en prie!"

Elle le fixa, droit dans les yeux. Mulder.

"Scully", murmura-t-il.

Elle le vit serrer les dents, plus sûr que jamais. Il ne pouvait plus résister. Ses yeux étaient noirs, mauvais. Mais ce n'était pas lui. Mulder.

Elle le vit baisser l'arme légèrement. Son doigt pressa la détente.

Sa bouche s'ouvrit au moment de l'impact. Elle posa ses mains sur sa poitrine. "Mulder...", souffla-t-elle avant de vaciller en arrière et de s'écrouler sur le sol glacé de la chambre d'hôpital.

***

Le coup lui fit reprendre ses esprits instantanément. Il se leva aussitôt de sa chaise, se tourna vers Modell et tira, en pleine poitrine. Une fois, deux fois, trois fois. Plus de balles. Plus de balles!

"Scully!", cria-t-il en se jetant sur elle.

Modell ne bougea pas. Les hommes armés étaient déjà dans la pièce, le saisissant violemment.

Une vague de panique le saisit à la gorge lorsqu'il la vit étendue sur le sol.

"Scully!", lâcha-t-il une nouvelle fois, se laissant submerger par les larmes. Scully! Scully!"

Il glissa une main sous sa tête, la redressant légèrement. Il ne savait pas ce qu'il devait faire. La panique grandissait avec les secondes.

"Reculez, reculez!, ordonna l'un des hommes. Reculez!, hurla-t-il plus fort, éloignant sauvagement Mulder par l'épaule. Emmenez-la! cria-t-il expressément aux médecins.

Deux hommes s'avancèrement immédiatement vers Scully et la soulevèrent pour la déposer sur un brancard.

"Laissez passer! Laissez passer!" crièrent-ils.

Des cris. Que des cris. Scully! Son coeur et sa tête allait exploser.

Les hommes qui avaient empoigné Modell sortaient de la pièce en hurler des mots que Mulder ne saisissaient qu'à moitié. Il s'élança pour suivre Scully, mais une main vint se poser sur sa poitrine, lui barrant le passage. Il n'eut pas la force de répliquer.

Il s'agenouilla dans la chambre d'hôpital et saisit sa tête entre ses mains. Qu'avait-il fait? Comment avait-il pu? Il tremblait. Il resta ainsi quelques instants. Personne n'osa s'approcher de lui.

***

L'agent griffona quelques notes sur le dossier. Les quelques mots qu'il avait pu obtenir de l'agent Mulder n'avait aucun sens pour lui. Il nota tout de même.

Mulder fit quelques pas dans le couloir. Il ne pouvait pas rester assis. Il était épuisé, exténué, mais rien n'y faisait. Comment? Comment avait-il pu?

Le médecin sortit de la chambre et se dirigea vers lui. "Vous pouvez y aller", dit-il simplement.
Mulder le questionna. "C'est tout? Comme ça? Elle... elle n'a rien?"
"Une côte cassée", répondit le médecin.
Plus bavard, cela n'existait pas, pensa ironiquement Mulder. Il le fixa.
"Vous avez de la chance, Monsieur Mulder", ajouta-t-il sur le ton du reproche.

La culpabilité l'envahit davantage. De la chance, de la chance. Ce n'était pas l'impression qu'il ressentait. Six coups. Six coups et il avait fallu que cela tombe sur Scully. Il lui avait tiré dessus. Il avait résisté, le plus longtemps qu'il le pouvait. S'il lui avait tiré dessus à bout portant, la balle aurait certainement traversé le gilet. De la chance, peut-être qu'il en avait. Ou plutôt c'était elle qui en avait. La peur l'avait fait reculer. Il avait du la terrifier.

Il secoua la tête quelques fois. Il entendit les pas du médecin prendre l'autre allée au bout du couloir.

Allez, Mulder, tu dois y aller, se força-t-il. Assume!

***

Il fit un pas dans la chambre. Il n'ouvrit pas la bouche. Son regard traduisait toute sa culpabilité et sa peine.
Elle resta silencieuse, le laissa s'approcher lentement, timidement. Il avait peur, elle le sentait.

Elle ne lui en voulait pas. Elle l'avait vu baisser le révolver. Il avait résisté. S'il ne l'avait pas abaisser vers sa poitrine, elle ne serait pas assise dans ce lit d'hôpital avec une côté cassée, mais reposerait déjà dans un cercueil.

"Scully...", balbutia-t-il à l'approche du lit.
Il resta debout, ni trop près ni trop loin.

Elle fixait ses mains posées sur le drap qui la couvrait jusqu'aux cuisses. Elle sentait son regard, coupable et inquiet. Lorsqu'elle leva les yeux vers son visage, il les baissa vers ses pieds.

Elle ne pouvait pas le laisser comme ça. Il fallait qu'elle dise quelque chose. La peur s'était évaporée.

"Mulder..., tenta-t-elle pour lui faire relever les yeux. C'est... ce n'est... Modell était plus fort que nous, Mulder", lâcha-t-elle enfin.

Les yeux embués, il la fixa, ne sachant trop quoi dire. Tout son visage traduisait sa détresse.

"Je n'ai pas pu l'empêcher, Scully, se lamenta-t-il. J'aurais du l'arrêter, quand je le pouvais... J'aurais du..."

"Mulder..., le coupa-t-elle, ce que tu voulais et ce que tu pouvais faire sont deux choses différentes. Il te manipulait, Mulder. Il manipulait ton cerveau, tes gestes..."

Elle s'arrêta quelques secondes, déboussolée en entendant ses propres paroles.

"Je... Je ne sais pas comment... Mulder... mais ce n'était pas toi qui agissais"

"Mais j'ai tiré, Scully! Je t'ai tiré dessus! Parce qu'il m'ordonnait de le faire! Je t'ai tiré dessus lorsqu'il m'a rappelé que tu m'avais déjà tiré dessus! Il m'ordonnait de me venger, Scully et je l'ai fait!", cria-t-il, plus fort qu'il ne l'aurait voulu.

Elle fut surprise par la force de ses paroles, mais elle secoua la tête, en le regardant. Il ne lui avait pas tiré dessus. Pas volontairement.
Elle esquissa un sourire.

Après quelques secondes intenses, il répondit à son sourire avec un air gêné. La culpabilité se s'effacerait pas de si tôt, mais au moins, elle, ne semblait pas lui en vouloir.

"Je suis désolé, dit-il enfin, je suis désolé"

Et il baissa une nouvelle fois la tête.

Elle tendit son bras dans sa direction. Il sentit ses doigts se mêler aux siens. Il releva les yeux pour la centième fois en cinq minutes. Il l'observa, s'excusant encore mille fois à travers son regard.

Elle serra sa main un peu plus fort pour lui dire qu'il n'avait pas à le faire.

Il s'approcha un peu plus près du lit. Leurs mains jointes frolèrent le drap blanc. Il les amena sur son torse et y posa son autre main. Il serra ses doigts encore plus fort pour la remercier et garda ainsi sa main un moment.

Elle ne détacha pas son regard du sien. Les mots ne pouvaient pas exprimer ce qu'elle ressentait.

Après quelques secondes de silence absolu, elle tenta de détendre l'atmosphère. "On est à égalité maintenant, sourit-elle. Une fois moi, une fois toi", sourit-elle tendrement.

La culpabilité ne l'avait jamais quittée non plus depuis ce jour où elle avait tiré sur lui pour qu'il ne commette pas une erreur irréparable.

Il comprit tout de suite à quoi elle référait.

"Je n'espère qu'une chose, Scully..., il fit une pause et inspira un grand coup avant de poursuivre, c'est que jamais... jamais il n'y ait un jour de vainqueur".



THE END
avatar
Gat
Cheveux de Scully saison 1

Messages : 37
Date d'inscription : 27/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum