I Miss You (A Perfect Life)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I Miss You (A Perfect Life)

Message  Lane le Mar 28 Avr 2009 - 20:53

I MISS YOU...


Cela faisait maintenant un an que Seb et moi avions divorcé. La période de la séparation avait été très difficile. On s‘était détesté, haïs, insulté… On en était presque arrivé aux mains.
Durant plusieurs mois on ne s’était pas adressé la parole. Et durant une de nos violentes disputes, je l’avais menacé de lui retirer la garde de notre fille, mais je n’avais pas été plus loin que mes mots.
Tous les coups étaient permis, celui qui faisait le plus de mal à l’autre avait gagné.
Et petit à petit, la tension entre nous était retombée.
La haine avait fait place au calme et au respect.

Un an déjà que notre mariage et notre vie de rêve avait été réduit à néant. Et par notre faute en plus ! A quoi bon… nous n’étions pas fait pour finir notre vie ensemble en fait.
Je m’étais fait une raison et je survivais plutôt bien. Je recommençais tranquillement ma vie, profitais des moments agréables avec ma fille et avec mon nouveau compagnon qui était adorable.
Ma relation avec mon ex mari était devenu amicale. On se revoyait de temps en temps pour la petite, et tout se passait à merveille malgré les quelques mois de guerre. On essayait le plus possible de se simplifier la vie.
En tout les cas, moi j’était ravie.


Ce vendredi là, j’amenais Léa chez son père, elle allait y passer le week-end. Seb habitait un grand appartement dans un des beaux quartiers de Paris. Alex m’accompagnait car d’autres projets nous attendaient ensuite.

Ma fille des les bras, je sonnai à l’entrée principale de l’immeuble.
_Oui ? j’entendis la voix de Seb dans l’interphone.
_C’est nous !
_Je vous ouvre. Tu as besoin d’un coup de main pour les affaires ?
_Non merci, c’est bon ! J’avais un bagagiste en prime avec la valise.
_Ok ! Dit-il en rigolant.
Et le bip de l’ouverture de la porte retentit.

Il était au premier étage. L’escalier en chêne vernis craqué sous nos pieds. Il était magnifique.
Seb vint à notre rencontre pour récupérer les sacs.
_Bonjour mon cœur !!
Léa fit un gros bisou à son père, elle était heureuse de le voir.
_Bonjour, ça c’est bien passé la semaine ?
_Oui, impeccable !
_Vous allez rentrer boire un verre cinq minutes ?
je regardais Alex avant d’acquiescer.

Les deux hommes s’étaient déjà rencontré plus d’une fois et le contacte était tout de suite passé. Moi même j’avais vu plusieurs fois Cynthia, la fiancée de Seb, et je l’avais trouvé vraiment charmante.
Nous nous installions alors pour quelques instants dans le salon. L’ambiance était chaleureuse et sympathique. Les conversations allaient bon train, même si je trouvais Seb légèrement distant.

Au bout d’un petit moment, il voulut m’entraîner dans la cuisine afin de me montrer quelque chose. Arrivé dans la pièce, il fit mine de ranger une ou deux bouteilles dans le frigo.
_Qu’est ce que tu voulais me montrer ?
_Regarde les derniers chefs d’œuvres de ta fille ! Elle fait des progrès, non ?
Il me montra plusieurs dessins aimantés.
_c’est vrai qu’ils sont magnifiques ! mais ça ressemble à quoi au juste ? dis-je en rigolant. Les couleurs étaient sublimes mais on ne distinguait pas bien la représentation. Et oui, Léa n’avait que 3ans et demi.
_oui, je crois que c’est toi avec des fleurs !!
_c’est trop adorable !!!

J’avais un pressentiment étrange. J’étais sûr que les dessins n’étaient pas la vrai raison de ma présence ici.
_Tu voulais me montrer autre chose ?
_non non, je… je voulais juste que tu vois… les dessins !
Je n’étais pas dupe, je lisais dans son regard qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. Je le connaissais trop bien.
_Tu es sûr ?
_oui !
_arrête Seb !! Je vois bien qu’il y a quelque chose qui ne va pas ! qu’est ce qu’il se passe ?
_Rien du tout !!!!
_ne me dis pas que tu m’as fait venir dans la cuisine uniquement pour me montrer les dessins de Léa !!??
_… Seb semblait de plus en plus mal à l’aise.
_je ne sortirais pas tant que tu ne m’auras rien dis ! je m’assis à la table du bar, et en voyant mon obsession, il se résigna.
_ok tu as raison !
_très bien alors dis moi ce qu’il y a ?
Il paraissait plutôt déboussolé, son visage changea de trait.
_je n’sais pas !
_comment ça tu n’sais pas ? je fronçais les sourcils. Je commençais à trouver son attitude très étrange, ça ne lui ressemblais pas.
_c’est vrai je ne sais pas ce qu’il se passe en ce moment !!
_c’est avec Cynthia ? vous avez des problèmes ? vous vous êtes disputés ?
_non non, ce n’est pas ça !
j’essayais de fixer ses yeux mais je me rendais compte qu’il fuyais mon regard.
_dis moi ce qu’il ne va pas alors !
il était là, hésitant, mystérieux, mais je voulais absolument lui faire cracher le morceau.
_c’est que… c’est légèrement compliquer !
_qu’est ce qui est compliqué ?… Ah !! je sais ! c’est sur le fait que tu te remarie dans deux mois ?! c’est ça ?
_non, ça n’a rien avoir… enfin pas directement !
il commençait à m’énerver. J’avais l’impression d’avoir à faire à un gamin qui ne voulait pas avouer une bêtise qu’il aurait commise. Je commençai à m’emporter.
_on peut arrêté de jouer aux devinettes là ?! Si tu m’as fait venir ici c’est pour me parler non ? Et si tu ne me dis rien , comment veux-tu que je t’aide ??
_je te jure que je n’arrive pas à comprendre ce qu’il m’arrive ! je… bon écoute, c’est pas grave, j’aurais pas du t’embêter avec ça !!
_SEB !!! mon ton fut sec, mais je voulais qu’il réagisse.

Le silence régna pendant quelques secondes avant qu’il ne se décide à lâcher un mot.
_tout se passe bien pour moi… c’est vrai j’ai un appart génial, une petite fille que j’aime plus que tout et je suis avec quelqu’un de fantastique avec qui je m’entends parfaitement… mais sans comprendre pourquoi, il y a un ou deux mois environ, j’ai commencé à rêvé de toi. Je n’y prêtais pas de cas au début surtout que ça ne m’arrivais que de temps en temps…
Toujours assise sur ma chaise, je le laissais continuer sans broncher. Lui, il était adossé près de la grande fenêtre qui donnait sur la cours intérieur de l’immeuble. Il parlait tout en faisant vagabonder son regard vers l’extérieur !
_c’était des rêves plutôt banals, sans grandes importances. Mais au fur et à mesure, ils s’intensifiaient… c’était très étrange. Et maintenant, cela ne m’arrive pas forcement que la nuit… je… je me suis mis à penser à toi la journée… je ne sais pas… je ne comprends pas ce qu’il me prend. Et c’est de pire en pire…
_attend, qu’est ce que tu me fais là ??!!!
_j’en sais rien !!! je repense à plein de chose que nous avons fait ensemble, des choses que nous nous sommes dîtes… je te jure, je me sens vraiment bizarre… c’est comme si petit à petit… tous les sentiments que j’avais pour toi réapparaissaient !! comme si les rayons du soleil arrivaient enfin à percer la tempête pour laisser filtrer la lumière et chassant ainsi les nuages noirs qui obscurcissaient le ciel.
_Tu débloques complètement !!
_c’est peut être imagé mais c’est ce que je ressens !!
_écoute si c’est une blague, ça ne me fait absolument pas…
_je ne blague pas ! je te jure !! j’suis complètement perdu, je ne sais plus quoi penser !…
il se déplaçait à présent dans la pièce en se passant nerveusement ses doigts dans ses cheveux, comme si le fait de les ébouriffer rendrait son esprit plus clair.
_je suis sûr que c’est ton mariage !! lançai-je victorieusement.
_quoi ??!!
_mais oui, c’est à cause de ton mariage ! c’est le stress qui te fait remonter tous ces souvenirs. Tu as tout simplement peur de refaire les mêmes erreurs que nous avons faites.
_tu crois ? Il ne semblait pas persuadé.
_mais oui !! ça ne peut être que ça !! nous, nous l’avons déjà vécu, et ça a plutôt mal fini !!
_mais je n’ai pas peur !… c’est juste que pour nous, ça a été si simple…(il expira une grande bouffée d’air en regardant le plafond)…je ne vais pas pouvoir.
_de quoi ??
me marier ! je ne peux pas !
_ne dis pas de bêtises !! tu l’as déjà fait une fois. Lui dis-je en plaisantant. Ce n’est pas si compliqué, il faut juste donner la bonne réponse !!
je le suivais des yeux et je voyais qu’il ne souriait pas il semblait de plus en plus mal à l’aise.
_justement, je ne pense pas avoir la bonne réponse.
_qu’est ce que tu racontes ?
_je crois que je suis allé un peu trop vite !!
_attend, tu as parlé de tout ça à Cynthia ?
_… Seb ne répondit pas.
_il faut que tu lui en parle ! tu m’entends ? tu dois lui parler de tes craintes et que…
_et que quoi !!?? hein !!! lança-t-il d’un ton agressif en se tournant vers moi pour me faire face.
Et j’entendis dans sa voix qu’il commençais à s’emporter.
_qu’est ce que tu veux que je lui dise ? tu veux que je lui raconte que je ne fais que penser à toi ? et qu’il n’y a pas un jour où je me demande ce que tu fais, avec qui tu es ? où alors peut être que je devrais lui raconter les rêves érotiques que je fais toutes les nuits de mon ex-femme ??!
Sur ce, il posa ses deux paumes sur la table en face de moi en me soutenant le regard. Mon cœur se mit à battre la chamade et sur ses mots, je ne savais plus quoi lui répondre.
_Arrête Seb ! lui dis-je calmement.
_je ne pourrai pas me remarier. Je ne serrais pas honnête ni envers elle, ni envers moi même.
_j’ai l’impression que tu as oublié ce qu’il s’est passé il y a un an et demi ?
_Non !
_tu te rappelles qu’on a failli s’entretuer ?
_ça m’est égal !!
Non non, je ne voulais pas le croire. ce qui était en train de se passer dans cette cuisine n’était pas possible .
Il continuait de me fixer avec ses yeux gris-bleu. Et je me rendais compte qu’ils avaient retrouvé cette étincelle disparue depuis notre séparation. Cette petite lumière dans son iris qui m’avait envoûté des années auparavant.
_Arrête seb, ne me regarde pas comme ça !
mais il ne broncha pas. Qu’est ce qu’il m’arrivait ? je n’allais pas tenir longtemps s’il continuait de me fixer ainsi. Et il le savait. C’était plus fort que moi, je sentais que mon cœur allait chavirer d’un instant à l’autre.
_tu me manques !
_s’il te plait arrête !!
j’étais au bord des larmes, et je me rendis compte que c’étais pareil pour lui. Il se déplaça silencieusement vers moi sans pour autant lâcher mon regard et il se stoppa à quelques centimètres de ma chaise.
_qu’est ce que tu fais ?
les centimètres se changèrent en millimètres.
_ tu sais, le jour de notre mariage est et restera toujours l’un des plus beau et des plus inoubliable moments de ma vie. Alors, j’ai besoin de savoir.
Son visage était si proche du mien. Je pouvais sentir son parfum, sa chaleur. Les larmes que je contenais jusqu'à présent, commençaient à me brûler les yeux. Puis je sentis ses lèvres frôler les miennes. Il resta ainsi pendant quelques secondes comme par pudeur.
Il m’était impossible de le repousser. C’était trop tard, j’avais succombé. Je ne pouvais pas le stopper, je ne le voulais pas.
Pour nous le monde venait de s’arrêter, comme pour nous autoriser un break ; juste un dernier tout petit test, hors de l’espace. Mais qui ne serais pas sans conséquence.
Et nos lèvres se retrouvèrent enfin, un peu tremblantes. J’en avais oublié à quel point c’était bon. Son baiser était si délicat et sucré. Et sur l’intensité de l’émotion, je ne pus retenir mes larmes qui coulèrent le long de mes pommettes. Je caressa machinalement sa joue et son cou. Mon cœur battait tellement fort que je pouvais sentir mon sang cogner au niveau de mes tempes.
Notre étreinte devint de plus en plus passionnée. Je revoyais défiler devant mes yeux certains moments que nous avions partagés, notre premier baiser, notre première fois, notre mariage et la nuit qui en suivit, la naissance de notre fille… je le serrais de plus en plus contre moi.

Je crois qu’on aurait pu rester des heures ainsi, enlacé.
-j’ai envie de toi ! tout de suite ! me dit-il dans un souffle.
Je n’avais même pas la force de lui répondre. Je continuais de l’embrasser. Moi aussi j’avais une incompréhensible envie de lui, et il m’était toujours impossible de me raisonner, j’en avais vraiment besoin. Il me plaqua contre le bort du bar et ses mains commencèrent à retrouver leurs marques. Ses caresses étaient douces et agréables.
Mais soudain les rires de nos partenaires respectifs nous ramenèrent à la réalité. Je réussis à repousser Sébastien malgré moi.
-faut qu’on arrête là !!
Mon cœur battait toujours aussi vite et j’avais du mal à reprendre ma respiration. Je n’avais qu’une envie qu’une envie à cette instant précis, c’était de m’enfuire loin ; très loin d’ici.
La honte s’empara tout à coup de moi, mon compagnon se trouvait dans la pièce d’à coter et j’allais commettre l’irréparable avec mon ex-mari. Il me fallait de l’air et vite.
C’est alors qu’avec les yeux rempli de larmes, je sortis en trombe de la cuisine.
-non attend ! s’il te plait !

Seb essaya de me retenir mais je ne préférais pas l’entendre. Je filai ensuite voir ma fille pour lui dire au revoir puis je priai Alex de s’en aller. Je réussis à lui prétexter de violent mots de tête afin d’expliquer ma fuite subite. Ce qui fonctionna.

...
avatar
Lane
Cheveux de Scully saison 1

Messages : 15
Date d'inscription : 27/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum