X-Files Résurrection 5 Namahage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

X-Files Résurrection 5 Namahage

Message  Humbug le Mar 10 Jan 2017 - 8:44

Titre : X-Files Résurrection 5 Namahage

Auteur : Humbug

Avertissement : R (c'est quand même un peu violent)

Catégorie : X

ship : ++

Résumé : Scully et Mulder aimeraient passer un peu plus de temps avec William, leur fils nouvellement retrouvé, mais une ancienne connaissance exerçant aujourd'hui sur l'Ile d’Hawaï prévient le service des X-Files qu'un démon japonais sème la terreur parmi la communauté Nippone de l'île. Les consultants s'envolent pour Honolulu avec Black et Wright pour l'une des missions les plus dangereuse de leur vie !


Disclamer : Les personnages ne m'appartiennent pas.




X-Files




Résurrection




Episode 5







«Namahage»






Chapitre 1 « Dernier Anniversaire »









Honolulu - Oahu – Hawaii

Mardi 9 Juin 2015 – 21h39




Le petit garçon fixait son plafond en essayant de dormir mais il n’y arrivait pas, sa journée avait été trop intense, trop riche en émotions.

C’était le jour de ses 9 ans et Mark Korematsu avait été particulièrement gâté. Ses parents, Katsuo et Keiko, possédaient une grande société d’import-export et il était leur fils unique. La fête avait été digne d’un petit prince, ce qu’était assurément Mark, du moins aux yeux de ses parents.

Il y avait eu beaucoup d’invités et notamment des amis du petit garçon. Une quarantaine d’enfants de son âge encadrés par des animateurs brevetés et agréés, mais aussi des membres de sa famille, enfants et adultes. Un magicien, un clown et des jongleurs-équilibristes avaient même fait le déplacement. De plus, Mark croulait littéralement sous les paquets cadeaux. Il avait eu une console de salon XboxOne avec 7 jeux pour s’amuser comme il se devait, une console portable Nintendo 3ds ainsi qu’une vingtaine de jeux, des costumes de ses Super-héros préférés SpiderMan, Batman, Iron Man et Captain America, ainsi que tous les accessoires, des jeux de société, des Blasters Nerf Zombie Strike et Vortex ainsi que pleins d’autres petites choses qui faisaient de lui un enfant ne manquant assurément de rien. En tout cas pour ce qui était du confort matériel car, en ce qui concernait l’affection, cela laissait un peu plus à désirer car ses parents n’étaient pas très souvent là et il passait du temps, beaucoup de trop de temps même, avec les domestiques de la maison. Pourtant ils faisaient tout leur possible pour être auprès de lui aussi souvent que leur emploi du temps le permettait. Ils ne voulaient surtout pas que leur petit Marky grandisse dans le luxe mais privé d’amour. Ils n’étaient pas du tout du genre absent, ils étaient juste très occupés.

Mark était un enfant très intelligent et savait parfaitement la chance qu’il avait d’avoir de tels parents, avec de tels moyens. Il avait été éduqué de manière à ne pas considérer cela comme de l’acquis mais plutôt comme une chance extraordinaire, vraiment peu commune. Pourtant il avait bien l’intention d’en profiter un maximum, et dès maintenant.

Il avait ressassé sa magnifique journée dans tous les sens possibles et depuis trop longtemps maintenant, en fixant son plafond ainsi que tous les nouveaux jouets qui l’entouraient et qu’il venait d’avoir, mais il n’arrivait toujours pas à s’endormir. Les étoiles étaient bien trop brillantes dans ses yeux.

Il passa tous ses cadeaux en revu grâce à la faible clarté qui sortait sa chambre de l’obscurité totale et son regard s’arrêta soudain sur sa console portable Nintendo 3ds. Il se leva de son lit et s’en empara puis l’alluma. Dedans il avait déjà inséré la cartouche du jeu Super-Mario 3D World. Il adorait ce jeu.

Il commença une partie pour se fatiguer les yeux et penser à une seule chose, de manière à focaliser son attention sur autre chose que la multitude de plaisirs ludiques qui l’attendaient.

Il joua plusieurs minutes ; il était fort, très fort, c’était un Gamer accompli malgré son jeune âge. Il passait les niveaux un à un quand il entendit tout à coup un bruit suspect qui venait de sa porte fenêtre.

Sa chambre était au premier étage de leur immense villa et sa fenêtre donnait sur une terrasse, très grande elle aussi. Il n’avait pas fermé ses volets, il avait juste tiré les doubles-rideaux pour gagner en obscurité et ne pas être distrait par la lune et la voute étoilée.

Il se tourna et regarda les voilages plusieurs secondes mais comme le bruit ne se reproduit plus et que le tissu vertical ne bougea pas, il retourna à sa partie de Mario 3D World. Pourtant son esprit n’était plus exactement au jeu, ce bruit étrange l’avait vraiment perturbé. Il essayait de se concentrer mais ne pouvait cesser d’y repenser.

Ses yeux tentaient malgré tout de rester focalisés sur le double écran 3D de la console portable Japonaise. Il adorait la marque Nintendo car ils avaient en commun de venir du même pays, celui du Soleil Levant.

Tandis qu’il était focalisé sur son jeu, le double-rideau de sa porte fenêtre se souleva mais il ne s’en rendit même pas compte. Cette fois, aucun bruit n’accompagna ce mouvement. La porte-fenêtre était fermée mais pourtant, une créature trouva le moyen d’entrer, en silence. Elle pénétra dans la chambre pendant la partie de jeu vidéo du jeune garçon et se mit à plat ventre, rampant sur le sol pour arriver jusqu’à son lit.

Un nouveau bruit perturba Mark, beaucoup plus que la première fois. Il était inquiet et laissa tomber son écran du regard. Il fallait dire que ce bruit inquiétant était bien plus près que le premier. Cette fois il se sentait menacé. Il avait peur.

-Il y a quelqu’un ? Demanda-t-il avec des tremolos dans la voix.

Bien évidemment, aucune réponse ne se fit entendre.

Ce qui ne l’empêcha pas d’être terrifié. Mais comment quelqu’un pouvait-être dans sa chambre ? Il se posait cette question parfaitement légitime.

Ses parents n’avaient reçu aucune menace et ne se connaissaient aucun ennemi, pourtant ils avaient fait installer une alarme très perfectionnée qu’ils pouvaient contrôler de leur téléphone portable en raison de tous les objets de valeurs qu’ils possédaient et pour se protéger d’éventuelles personnes violentes.

Mais l’alarme n’avait pas retentit et quelqu’un était dans la chambre de l’enfant, à moins d’un mètre de son lit, rampant tel un reptile.

-Mon père est armé ! Lança Mark pour tenter de faire peur à l’intrus.

Soudain, la créature se leva juste devant le garçon et lui paru exagérément grande. Immense et hideuse.

Ses yeux étaient rouges et sa peau était faite d’un mélange d’écailles et de cloques, sa face était aussi difforme que son corps. Ses bras étaient plus longs que la moyenne et ses mains étaient munies de griffes.

Le jeune garçon hurla de terreur. Le cri aigu et strident de Marky fit trembler toutes les vitres de la maison.

Il toucha l’enfant du bout de ses serres en le fixant d’un regard hypnotique.

Les parents comprirent tout de suite d’où venait le hurlement et se précipitèrent vers la chambre de leur Petit Prince. Le père ouvrit la porte avec fracas.

Sa mère hurla elle aussi, mais en voyant son fils adoré.

Il était recouvert de cloques, grosses et purulentes.

Un enfant de 9 ans avait cessé de respirer le jour de son anniversaire.

Il était mort, dans son lit.


Dernière édition par Humbug le Mar 10 Jan 2017 - 9:23, édité 2 fois

Humbug
Doodle de Gillian

Messages : 318
Date d'inscription : 23/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: X-Files Résurrection 5 Namahage

Message  Humbug le Mar 10 Jan 2017 - 8:59



Chapitre 2 « Tueur d’enfant »






J Edgar Hoover Building – Siège du FBI – Washington DC
Jeudi 11 Juin 2015 – 9h25

Les Agents Spéciaux Jordan Black et Darren Wright étaient dans leur spacieux bureau et relisaient des dossiers, soucieux.

Mulder et Scully, eux, étaient très heureux de revenir au Hoover Building en tant que consultants. Pour l’instant, leur retour aux X-Files après une quinzaine d’années d’absence était très positif puisqu’il leur avait permis de retrouver leur fils William, enfin ; mais aussi de tuer ou d’arrêter deux nouveaux mutants possédant les mêmes caractéristiques qu’Eugène Tooms et sortis de leur sommeil léthargiques en 2014 et 2015. Tooms était l’un des criminels qui leur avait donné le plus de fil à retordre, avec Donnie Pfaster et Robert Patrick Modell, à l’époque de leurs exploits les plus fameux au FBI. Tout cela avait été possible grâce aux nouveaux pensionnaires du service des affaires non-classées, Darren Wright et Jordan Black. Jordan était la fille du célèbre Frank Black, assurément le profiler le plus doué du bureau, une légende, et tout le monde le savait. Mais cette hérédité ne lui avait pas facilité la tâche, loin de là, car à chaque réussite éclatante, notamment à Quantico, certains jaloux pensaient que la déférence envers son père de certains de ses collègues devenus professeurs à l’académie faisaient de Jordan une chouchoute, leur favorite, alors que c’était tout l’inverse. Non pas qu’ils voulaient la saquer mais contrairement à ce que certains pensaient, ses résultats étaient amplement mérités. Elle était vraiment la meilleure de sa promotion et de très loin. Elle avait hérité d’un don quasi-paranormal de son père qui consistait à entrer dans la tête des tueurs en série à partir de photos des scènes de crimes ou en pénétrant elle-même sur les lieux. Elle voyait littéralement les tueurs agir, au moment de leurs forfaits et voyaient exactement ce qu’ils voyaient et pourquoi ils agissaient. Frank Black appelait cela son don mais aussi sa malédiction. Car si une telle faculté permettait, à coup sûr, d’avoir une longueur d’avance sur tous les autres enquêteurs, de faire jeu égal avec le tueur et de l’arrêter, cela causait aussi de violents cauchemars récurrents à ceux qui en étaient les victimes involontaires.

Frank Black avait développé cette faculté après plus de quinze ans d’enquêtes sur les plus sordides tueurs en série que l’Amérique ait portée tandis que sa fille la possédait en elle dès la naissance, elle en avait hérité. Ce don avait toujours fait partie d’elle. Malgré les supplications de son père, elle avait décidé de rejoindre le FBI comme lui et de mettre sa faculté au service de la communauté. Frank avait fini par comprendre et lui avait dit qu’il était sûr que tôt ou tard, sa fille choisirait ce genre de voix plutôt qu’un métier beaucoup moins cauchemardesque mais aussi beaucoup moins utile à son prochain. Cela aurait été du gâchis, l’ancien profiler en était conscient, il appelait cet état de fait « Sa Destinée ».

Les deux enquêteurs des X-Files se penchaient sur une nouvelle affaire non-classée, celle du meurtre du petit Mark Korematsu, tué dans sa chambre fermée et sous alarme, et retrouvé couvert de cloques plus grosses que des mandarines. Jordan Black essayait de pénétrer dans la tête du tueur mais n’y arrivait pas, malgré tous ses efforts. Il devait être trop loin car l’affaire se passait à Hawaii, une ile paradisiaque du Pacifique devenue le 50eme état des USA et son pouvoir ne semblait pas aller aussi loin. Il était bien moins puissant que celui de son père même si elle l’avait développé dès la naissance. L’agent Wright, lui, virologue de formation, penchait pour une explication scientifique et la transmission d’une souche virale particulièrement violente où même l’exposition à des radiations mais ne trouvait aucun mobile. Ils étaient dans une impasse. C’était un Lieutenant de la police locale qui les avait appelés et leur avait transmis le dossier par mail. Apparemment il connaissait les affaires non-classées et avait appris qu’elles avaient été rouvertes. Dans l’impasse et avant de se déplacer là-bas, ils avaient rappelés Mulder et Scully, leurs consultants de luxe, d’autant que le policier d’Hawaii qui les avait appelé à l’aide les connaissait également.

Les quatre mousquetaires qu’ils étaient devenus avaient plus de chance de coincer cet odieux tueur d’enfant.
Scully et Mulder étaient dans l’ascenseur et les rejoignaient au nouveau bureau du second étage. Scully frappa à la porte. Tout le monde se salua.

-Comment va William ? Leur demanda Darren Wright.
-Il va bien, répondit Scully. Il passe un peu de temps avec sa grand-mère Margaret, ils ont quelques années à rattraper.
-J’imagine que vous n’avez pas chaumé depuis la dernière fois qu’on s’est vu ?

Cette fois, ce fut Mulder qui répondit.

-Oh non ! On a suivi William un peu partout pour organiser la résistance en attendant le jour J et on a encore eu plusieurs répliquants. Une chose est sûre, je n’ai plus du tout l’âge pour ça !

Les autres sourirent de cet aveu.

-Pourquoi vous nous avez appelés ? je n’ai pas bien compris au téléphone, leur dit Scully.
-Regardez, répondit Wright en lui tendant l’une des photos les plus explicites du petit garçon décédé. Cet enfant s’est fait tué dans sa chambre le soir de son anniversaire.
-Oh mon Dieu ! S’exclama-t-elle.

Mulder était révulsé.

-Qu’est-ce que c’est ? Demanda-t-il en parlant des énormes cloques.
-Je pense à une maladie ou à des radiations. Répondit Wright.
-Oui, c’est sans doute l’un ou l’autre, approuva Scully.
-Il faut qu’on aille là-bas ! Conclu Mulder, décidé à mettre hors d’état de nuire la personne ou la chose qui avait fait ça.

Ils étaient tous d’accord sur ce point.

-D’autant que le policier qui nous a contacté nous a dit vous connaitre, les informa Jordan Black.

Mulder et Scully étaient très étonnés et se demandaient surtout, qui cela pouvait-il être. Ils avaient rencontrés beaucoup de personnes dans leurs carrières, victimes ou policiers entre autre, mais ils n’avaient jamais été à Hawaï pour le travail dans le cadre des X-Files.

Qui pouvait être cette personne ?



Humbug
Doodle de Gillian

Messages : 318
Date d'inscription : 23/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: X-Files Résurrection 5 Namahage

Message  Humbug le Mar 10 Jan 2017 - 10:17


Chapitre 3 « Surprise Hawaiienne »







Aéroport International d’Honolulu - Hawaii
18h36

Leur vol venait d’atterrir et le policier local leur avait dit qu’il viendrait les chercher, il était pressé de revoir Scully et Mulder après tant d’années et il voulait découvrir qui étaient les nouveaux responsables des affaires non-classées.
Les quatre agents s’approchèrent du couloir de sortie tandis qu’un homme grand, visiblement de la même taille que Mulder, les cheveux courts et bruns les attendaient. Plus l’homme était proche et plus sa silhouette leur sembla familière.

Il avait le visage émacié et les oreilles petites mais légèrement décollées. Sa silhouette était mince mais athlétique et il était vêtu d’un costume cravate, malgré la chaleur tropicale des lieux.

Scully plissa les yeux pour mieux le voir quand elle cru le reconnaitre.

-Doggett ? Se demanda-t-elle tout haut.
-Qui ? Lui demanda Wright.
-C’est pourtant lui ! S’exclama-t-elle, le sourire aux lèvres, sans lui répondre.
-Oh oui, ça m’en a tout l’air, surenchérie Mulder.
-Mais qui est-ce ? Redemanda Darren Wright, de plus en plus impatient et mécontent que personne ne lui réponde.
-John !!!!

Scully était heureuse de revoir son ancien partenaire aux X-Files.

-C’est John Doggett, dit Jordan Black, au virologue. L’homme qui a recherché Mulder avec Scully quand il a disparu en 2000, et qu’il l’a remplacé aux affaires non-classées durant plus de deux ans.
-Les X-Files, c’est décidément une grande famille !
-Une toute petite cellule familiale tu veux dire, précisa Jordan. Mise à part Monica Reyes, tous les survivants sont dans ce hall d’aéroport.
-Magnifique réunion de famille en tout cas.

Scully affichait un large sourire et le serra dans ses bras.

-Dana !

Ces deux là s’appelaient par leur prénom alors que Mulder et Scully qui étaient un couple ne le faisaient que très rarement. Là faute à Mulder qui n’avait jamais été très à l’aise avec son prénom, Fox, sauf en de rares occasions, notamment avec les peuples indiens. Du coup les noms de familles s’étaient très vite imposés quand ils devaient s’appeler, d’autant qu’ils avaient été collègues très longtemps avant de tomber amoureux.

Les anciens partenaires s’enlacèrent un long moment sous les yeux des autres. Puis ils se relâchèrent et Doggett se tourna vers Mulder.

-Vraiment content de vous revoir Mulder.
-Moi aussi Doggett.

Les rapports entre ces deux là n’avaient pas toujours été au beau fixe.

La poignée de main fut longue et chaleureuse. Puis le détective d’Honolulu se tourna vers les deux nouveaux pensionnaires des X-Files.

-Vous devez être Wright et Black ?
-Oui, répondit Jordan en lui serrant la main, c’est moi que vous avez eu au téléphone.
-Qu’est-ce qu’il se passe ici, John ? Lui demanda Scully.
-Je vais tout vous dire, c’est une longue histoire. Venez, la voiture est sur le Parking.
Très gentleman, il s’empara des bagages de Black et Scully puis ouvrit la marche pour les emmener jusqu’à son véhicule.

Ils mirent tous leurs bagages dans le coffre et montèrent à bord, Doggett au volant. Ils avaient laissé monter Scully devant car elle était celle qui avait côtoyé Doggett le plus longtemps dans le passé.

-Ca fait bizarre de vous voir débarquer ici à quatre. Leur dit l’ancien agent du FBI.
-Oui, on vient en force pour une fois, répondit Mulder. Ca n’a pas toujours été le cas.
-Si tu voyais leur nouveau bureau des affaires non-classées, John, tu serais vert de jalousie, précisa Scully.
-Comment ça ? Demanda-t-il.

Wright répondit.

-Deuxième étage, lumière vive, fenêtres, grand espace, meubles-classeurs partout…et deux bureaux !
John Doggett ne pût s’empêcher de basculer légèrement sa tête en arrière, de dépit.
-C’est une blague ?
-Hélas non, lui répondit Scully.
-Quand j’ai appris que le service des X-Files avait été rouvert par la nouvelle Directrice-Adjointe Wilhemina Raines, je pensais que ce serait avec les mêmes moyens et les mêmes ambitions que lorsque j’ai pris la suite de l’agent Mulder, un seul petit bureau au sous-sol.
-Et bien pas du tout, corrigea Jordan Black. La nouvelle Directrice-Adjointe nous donne carte blanche et a entière confiance en nôtre service, elle nous a recrutée elle-même.
-Comment est-ce possible ?
-Elle a eu affaire à Scully & Mulder en 1992 lors d’une enquête dans les Black Hills où elle était en poste. Ils l’ont fortement impressionné et elle a gardé ça en tête, même une fois au sommet de la pyramide.
-Ca laisse rêveur, songea Doggett, tout haut.
-Je savais bien que mes méthodes pourtant si « décriées » allaient finir par porter leurs fruits. Lança Mulder, fier et pince-sans-rire.
-Puis-je vous demander pourquoi vous avez quitté le FBI, John ? Lui demanda Scully pour couper court au triomphalisme mal venu de son compagnon.
-Après le pseudo procès-militaire contre Mulder au Mont Weather pour le soi-disant meurtre de Knowle Rohrer, avec l’agent Reyes nous avons ressentit que l’ambiance au bureau n’était plus la-même, il était gangréné, entre autre par les super-soldats. Travailler là n’aurait fait qu’apporter de l’eau à leur moulin. Grâce à nos rapports officiels, ils savaient exactement tout ce qu’on faisait, heure par heure. Nous ne voulions pas participer à cette mascarade, alors on a tous les deux démissionnés du bureau, en même temps, quelques mois plus tard.
-Et vous avez des nouvelles de l’agent Reyes ?
-Nous n’avons pas le même tempérament, elle n’a jamais retravaillé dans la police. Moi je ne sais faire que ça. J’ai pensé qu’en tant que simple policier, je pourrais continuer à faire mon job mais sans attirer l’attention des conspirateurs.
-Pourquoi Hawaii ? Demanda Mulder.
-Je ne sais plus qui disait que tout, y compris la misère, est beaucoup moins pénible au soleil ; c’était sans doute un poète français, ou un chanteur. Vous avez vu ce paysage, c’est tout simplement le paradis. Ici, au moins je suis loin de tout le tumulte de DC et je me ressource.
-Et que fait Monica ? Voulu savoir Scully.

Elle avait toujours beaucoup aimé cette femme qui lui rappelait tant sa grande sœur Melissa, sans compter qu’elle l’avait aidé à accoucher de son fils William.

-Elle est professeur de criminologie, spécialisée en ritualisme. En fait, elle transmet ses connaissances, c’est la meilleure chose qui pouvait lui arriver.
-Où ça ? Voulu savoir Darren Wright, par curiosité, car lui ne la connaissait pas mais il l’avait peut-être eu comme professeur au début de son cursus quand il avait choisis la criminologie en option.
-A l’Université d’Honolulu !
-Monica Reyes habite ici ? Lui demanda Jordan Black.
-Oui. Se contenta de répondre laconiquement Doggett.
-Vous êtes restez proche dites-donc ? Lui dit Wright.
-Vous ne croyez pas si bien dire. Nous avons deux enfants ensemble. Deux filles qui ont la chance de ressembler à leur mère. Carly et Clara. Elles ont sept et quatre ans.

Ses quatre passagers étaient aux anges d’apprendre cette nouvelle.

-Comme quoi, les affaires non-classées ça rapproche, remarqua Mulder. Attention agent Black, vous allez finir en couple avec l’agent Wright !
Le virologue aux cheveux roux ne releva pas. La fille de Frank Black, elle, sourit de cette remarque.
-Ce n’est pas non plus obligatoire, rassurez-moi Mulder ?
-Non mais un proverbe dit « jamais deux sans trois ».
-Et comme tous les proverbes, ça reste une phrase toute faite. Lui répliqua la jolie brune.
-Au fait, où nous emmenez-vous, lieutenant Doggett ? Lui demanda Darren Wright.
-Pour l’instant, je vous emmène à vôtre hôtel. Nous irons voir les parents du petit Mark Korematsu demain matin. Ils sont anéantis.
-On peut aisément le comprendre, nota Jordan.
-De plus, l’enterrement du garçon était ce matin.
Tous les agents étaient tristes pour cette famille.
-Cinq officiers de police, ça risque de faire beaucoup chez ces gens qui viennent juste de perdre leur enfant dans des circonstances atroces, fit remarquer Wright. Personnellement, j’irai au centre de recherche biologique d’Honolulu pour essayer de comprendre ce qui est arrivé à ce pauvre garçon.
-Moi aussi, surenchéri Scully. Ils seront bien assez de trois enquêteurs chevronnés chez les parents.
-Comme à la grande époque, Scully, lui dit Mulder. Chacun de son côté, chacun dans sa spécialité et on fait progresser l’enquête à grand pas.

Dana Scully approuva du regard.

-Sauf qu’aujourd’hui on n’est plus seuls ! Conclu-t-elle.



Humbug
Doodle de Gillian

Messages : 318
Date d'inscription : 23/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: X-Files Résurrection 5 Namahage

Message  Humbug le Mar 10 Jan 2017 - 10:24



Chapitre 4 « Nikkei »







Honolulu – Oahu - Hawaii
Vendredi 12 Juin 2015 - 10h49

Tout le monde était à l’heure et Doggett les briefa sur la famille Korematsu.

-Je préfère vous prévenir, madame Korematsu est actuellement sous antidépresseurs et voit un psychologue. Avant la mort de son fils elle n’avait jamais eu besoin du moindre soutient à ce niveau là. Là, elle est au trente-sixième dessous. Quant à Monsieur Korematsu, il a suspendu ses activités du groupe d’import-export Asia Trade Mark, que sont père a fondé voilà 30 ans.
-Qui dirige la société en son absence ? Voulu savoir Mulder.
-Le Directeur du Personnel, Allen Takeo, le meilleur ami de Katsuo Korematsu.
-Ca lui donne un mobile.
-Sauf qu’il n’était pas sur l’île quand c’est arrivé, il était en rendez-vous professionnel à Tokyo et n’est revenu que lorsqu’il a apprit la mort du petit Mark.
-Il a pu commanditer le crime !?

L’ancien profiler était décidément très méfiant envers celui qui semblait avoir le plus à gagner à la mort de ce petit garçon.

-C’est peu probable Mulder. Même si la soif d’argent et de pouvoir est un moteur et un motif puissant, c’est oublier la manière dont il a été tué. Personnellement je pense que des tueurs à gage n’auraient pas procédé comme ça. Et puis ça me parait trop facile, trop évident.
-Vous n’avez pas tors, c’est vrai que c’est un peu tiré par les cheveux. J’imagine qu’un homme qui est directeur du personnel d’une telle firme est beaucoup plus malin que ça et devait parfaitement savoir qu’il serait à coup sûr le suspect numéro 1 des policiers dans cette affaire, étant celui qui avait le plus a gagner après ce crime, c'est-à-dire une place de Président par intérim.

Doggett acquiesça.

-Vous pouvez nous en dire d’avantage sur la famille de la victime ? Lui demanda Jordan.
-Les Korematsu sont ce qu’ils appellent des Nikkei, des émigrés japonais, et plus précisément des Nisei, car ils appartiennent à la seconde génération. Ce sont les enfants de personnes qui ont quitté leur pays d’enfance pour une vie meilleure et qu’ils appellent Issei. Mark était un Sansei, de la troisième génération. Ils ont une grande foi en l’Amérique et respectent toutes ses coutumes et ses doctrines mais sont aussi très ancrées dans les traditions de leur pays. Ils ont leurs propres coutumes auxquelles ils sont farouchement attachés. Cette entrevue ne sera pas facile.

Soudain, l’agent Black sorti de sa torpeur.

-Depuis que je suis sur cette île, je ressens beaucoup de choses, des choses en rapport étroit avec le Japon, leur révéla Jordan.
-Vous…Ressentez ? Lui demanda John Doggett, toujours aussi incrédule.
Doggett n’avait pas du tout le même profile que Mulder quand il était au FBI. Alors que le partenaire de Scully était un intellectuel diplômé d’Oxford et d’Harvard en criminologie, puis un profileur émérite au bureau des sciences du comportement de l’académie de Quantico, fasciné par le paranormal et l’Ufologie, John Jay Doggett était un homme d’action, lui. Dans une unité amphibie des Marines de 1977 à 1983, qu’il quitta avec le grade de Sergent, il fit la connaissance de Kwnole Rohrer et de Shannon McMahon qui furent tous les deux répliqués par des extra-terrestres pour devenir ce que certains appelaient des super-soldats. Sa dernière année au seing de l’armée, il participa au maintien de la paix au Liban puis quitta le service actif à la suite d’une blessure. Grace à une bourse d’étude réservée aux anciens soldats, il s’inscrivit à l’Université de Syracuse et décrocha une maitrise en administration publique. En 1987, il rejoignit le New York Police Department et y resta jusqu’en 1995, année où il intégra le FBI en tant qu’agent spécial à la Criminal Investigations Division. A l’époque où il était au NYPD, son fils Luke fut assassiné par un tueur en série sataniste et cet élément causa la fin de son mariage avec sa femme Barbara. Il enquêta sur le meurtre de son enfant avec l’aide d’une Agent Spéciale du bureau de la Nouvelle-Orléans spécialiste des crimes rituels, Monica Reyes.

En 2000, le directeur-adjoint Alvin Kersh, superviseur des affaires non-classées nommé à ce poste en remplacement de Sergei Skinner que sa hiérarchie trouvait trop laxiste avec les méthodes peu orthodoxes de Mulder, le chargea de retrouver l’agent Fox Mulder, en compagnie de Scully, suite à sa disparition dans une foret proche de Bellefleur dans l’Oregon, lieu de sa toute première enquête avec la docteur en médecine. Au départ l’accueil de la jeune femme fut encore plus glacial que celui que lui avait réservé Mulder, l’accusant immédiatement d’espionnage, puisqu’elle lui balança un verre d’eau à la figure. Mais très vite, elle comprit que c’était un homme aussi droit qu’elle et qu’elle pouvait lui faire confiance. Après plusieurs mois de partenariat fructueux aux affaires non-classées, Doggett fit appel à Monica Reyes pour l’aider à retrouver Fox Mulder. Plus tard Reyes remplaça Scully au service des X-Files lorsque cette dernière retourna donner des cours à l’académie de Quantico. Ils firent équipe un an jusqu’à la fuite de Mulder et Scully, aidés d’Alvin Kersh, qui, après avoir compris que le bureau était gangréné par des personnes malfaisantes, fini par couvrir leur fuite du Mont Weather.

-Depuis qu’on a atterri, je perçois des choses vraiment bizarres. Je vois une sorte de diable aux traits nippons, leur révéla Jordan.

Mulder était satisfait qu’elle ait retrouvé ses facultés mais Doggett, lui, ne comprenait pas bien ce que voulait dire cette jeune agent aux cheveux noirs et bouclés.

-Une sorte de Diable ? Vous ressentez… ?

Il pensa en lui-même que sa compagne Monica Reyes était un peu « spéciale » et que ça faisait d’ailleurs partie de son charme mais là, cette agent Black, c’était au-delà.

-Et oui Doggett, lui dit Mulder, nous avons avec nous une véritable affaire non-classée et elle sera sans doute nôtre meilleur atout dans cette enquête.

Il toussota, gêné, puis leur demanda de monter en voiture.

Il emmena Jordan Black et Fox Mulder à la grande villa des Korematsu, le portail s’ouvrit tout seul juste après qu’ils aient révélé leur identité à l’interphone.

Les trois agents des forces de l’ordre sonnèrent, une gouvernante japonaise leur ouvrit et les fit entrer. Elle les emmena au salon où se trouvaient les époux Korematsu, ainsi que plusieurs membres de leur famille et de leur personnel. Keiko était prostrée sur son canapé tandis que son mari la tenait dans ses bras et que des boites d’antidépresseurs puissants trônaient sur la table.

-Recevez toutes nos condoléances, madame et monsieur Korematsu. Leur dit Doggett.

Mulder et Black approuvèrent d’un signe de tête tandis que le père du défunt Mark leur répondit du même geste. Madame Korematsu, elle, était en pleure, inconsolable.

Doggett enchaina, avec respect.

-Nous connaissons et partageons vôtre douleur, mais pour arrêter le meurtrier de vôtre enfant, il faut que vous nous disiez tout ce que vous avez vu ou entendu ce soir-là.
-Ce qui est bizarre, c’est que l’alarme ne s’est pas déclenchée. Les informa Katsuo. La porte fenêtre de sa chambre était à peine entrouverte mais ça n’est pas une raison.
Mulder regarda Jordan Black avec des yeux signifiant « Se pourrait-il que ce soit encore un mutant aux mêmes particularités de Tooms ? Pas encore ! »
Mais c’était impossible, les deux restants étaient encore en sommeil pour plusieurs années et puis cela n’expliquait pas les cloques sur tout le corps de l’enfant.
-Vous avez une idée de ce qu’il a pu se passer ? Tenta Fox Mulder.
-C’est un Oni qui l’a tué ! Lança madame Korematsu dans un cri de rage et de détresse. C’est le démon du Namahage.
-Vous pensez que ça pourrait être une entité paranormale qui a tué vôtre enfant ?
Katsuo était gêné, se mordilla la lèvre inférieure et répondit.
-C’est la seule explication, agent Mulder. Vous connaissez un homme capable de faire ça, vous ?

Soudain, Jordan Black eu une nouvelle vision : Un démon, un être maléfique. Peut-être même le diable en personne.

-Merci. Leur dit Doggett. Si vous vous souvenez de n’importe quoi d’autre voici ma carte.

Il savait qu’il n’apprendrait plus rien d’autre en de telles circonstances. Ils pensaient qu’une entité maléfique avait tué leur enfant. Doggett n’aimait pas ce genre d’explication mais il allait devoir s’en contenter pour l’instant.




Humbug
Doodle de Gillian

Messages : 318
Date d'inscription : 23/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: X-Files Résurrection 5 Namahage

Message  Humbug le Mar 10 Jan 2017 - 10:27



Chapitre 5 « Légendes »








Masa’s Cafeteria – Honolulu - Hawaii
12h27

Les trois agents avaient choisi de déjeuner dans une cafétéria pour débriefer leur rencontre avec les Korematsu.
-Je n’aimerai vraiment pas être à la place de ces gens. Dit Jordan.

-Tous ceux qui ont des enfants n’aimeraient pas ! Surenchéri Doggett. La perte d’un enfant est la pire chose qui puisse arriver à un parent. C’est une partie de soit qui meurt et qu’on perd à jamais.

L’inspecteur d’Honolulu en avait fait l’amère expérience, une fois. Il repensa à cet instant à ses deux filles, Carly et Clara et se dit que son monde s’écroulerait s’il devait perdre un enfant à nouveau, si l’une des deux devait mourir, à plus forte raison, dans les circonstances atroces dans lesquelles avait disparu Mark Korematsu. Mulder, quant-à lui pensait à William, ce fils qu’il n’avait pas vu grandir mais qu’il venait de retrouver et qui était devenu, de par ses pouvoirs hors normes, le seul espoir de l’humanité face à l’invasion prochaine de la planète Terre par une race d’extra-terrestre particulièrement coriace et belliqueuse.

-De quoi parlait Madame Korematsu ? Voulu savoir Mulder.
-Comment ça ? Lui demanda Doggett.
-Le Oni. Le Démon du Namahage. De quoi s’agit-il ?

L’inspecteur connaissait la réponse. Il vivait sur cette île depuis une dizaine d’année et la communauté japonaise y était l’une des plus grandes de tous les USA, avec celle qui vivait en Californie, un Etat beaucoup plus grand et peuplé qu’Hawaii. Il connaissait les mythes et les légendes japonaises aussi bien qu’un blanc vivant à Tokyo.
-Le Oni est un démon maléfique. Il est rouge avec des cornes protubérantes sur le front. Il est très grand et très costaud. Il a une apparence menaçante et serait vêtu d’un pagne. Habituellement il est représenté armé d’une massue appelée Kanabo.

-Ca ressemble à nos trolls ou nos ogres.
-C’est exactement ça Mulder, c’est leur propre version de ces monstres. Sauf que celui-là est associé au Namahage.
-C’est quoi le Namahage ? Demanda Jordan.
-C’est un rituel traditionnel pratiqué dans le nord de la plus grande île du Japon, Honshu, c’est de là que viennent les Korematsu. Mais ce qui est bizarre c’est que ce rituel se pratique pour la nouvelle année, là on est au moi de juin.
-Et ça a une importance ? Voulu savoir Mulder.
-Pas si la créature qui a tuée le petit Mark n’est pas un Oni, et ça ne peut pas en être un.
-Pourquoi ça ?
-Parce que les démons, qu’ils soient japonais, américains où d’un autre pays, ça n’existe pas, Mulder.
-Si j’étais vous, je n’en serais pas si sûr.

Jordan Black avait encore les flashs de cette créature immonde qui pénétrait dans la chambre du petit Mark Korematsu en rampant.

-Et que fait ce Oni pour la fête du Namahage ? Demanda la jeune agent à l’inspecteur.
-Traditionnellement, ce sont des jeunes gens qui se déguisent en Oni. Ils passent parmi les habitants et promettent d’emmener les enfants les plus désobéissants et les plus paresseux puis repartent après avoir obtenus des offrandes des parents et l’assurance que leurs enfants seront sages.
-Ca doit terroriser les plus petits ?
-C’est le but agent Black. Mais rassurez-vous, leur visite est un mal nécessaire, elle est considérée comme une bénédiction pour l’année à venir car ce sont des Toshigami, des divinités bénéfiques qui sont rattachés aux ancêtres de chaque famille.

Soudain, Mulder eu l’une de ses fulgurances qui le caractérisait tant, une intuition quasi paranormale.

-Et ce mot, « Namahage », vous savez ce qu’il veut dire ?

Doggett sourit. Il était heureux de guider Mulder à travers ce monde où il ne connaissait rien, de lui servir de Fil d’Ariane dans le monde des rites et légendes de la communauté Japonaise d’Hawaii.

-Oui. En gros ça signifie « Pelure à Vif », ça fait référence aux cloques provoquées par les projections de braises des Kotatsu, c’est à dire les braseros placé sous les tables et servant au chauffage l’hiver. Arracher ces cloques met la chair à vif, ce qui explique ce mot. Le fait d’avoir beaucoup de cloques, surtout arrachées, symbolise la paresse car cela concerne les gens qui restent en permanence près du kotatsu, à ne rien faire.
-Les cloques ? Comme celles qui recouvrent le corps de Mark Korematsu ! Relava Mulder. Vous pensez qu’un psychopathe a pu bruler ce jeune garçon pour le punir d’être riche et trop gâté ?
-Un tueur dérangé qui tuerait les enfants riches de cette manière ?! C’est vraiment un monstre ce type ! Quoi qu’il en soit, il n’a rien d’humain.
-Je suis d’accord avec vous, agent Black, lui dit Doggett, celui qui a fait ça est une bête sauvage. Mais pourquoi parler d’enfants riches, au pluriel ? Nous n’avons qu’un crime pour l’instant, ce qui est déjà trop je vous l’accorde !
-Nous en aurons d’autres, Inspecteur Doggett, je suis désolé de vous dire ça, mais ce n’est qu’un début.
Jordan Black était sûre d’elle. Elle le sentait au plus profond d’elle-même. Elle avait de la tristesse dans la voix et les yeux embués.

Soudain, le portable de Mulder sonna. Il s’excusa auprès de ses deux coéquipiers et décrocha. C’était Scully.

-Oui Scully ?
-Mulder, nous avons analysés les prélèvements du petit Mark Korematsu avec l’agent Wright.

Sa voix trahissait une grande inquiétude. Mulder les connaissaient par cœur ces inflexions. Avant d’être la mère de son enfant et la femme qui partageait sa vie, elle avait été sa coéquipière durant 7 ans, 7 années à partager plus de temps ensemble qu’avec leurs propres familles.

-Je t’écoute.

Scully avait transmis ses sentiments à son conjoint. Il présentait quelque chose de vraiment très grave.

Elle avait du mal à le dire.

-Vas-y Scully. Je me doute que c’est grave, alors vas-y, l’implora-t-il.
-C’est plus que grave. Cet enfant est mort d’une très importante irradiation. Un niveau d’exposition plus important que si il avait vécu à côté de Tchernobyl au moment de l’explosion du réacteur. Mulder, il s’agit bien là d’une contamination.

Mulder fut choqué, une chose extrêmement rare dans son cas.

-Scully, tu te rends bien compte de ce que tu dis ?
-Je sais. J’ai les résultats juste devant moi et pourtant je n’arrive pas à y croire.
-Comment ça a pu arriver ? Comment le tueur a-t-il pu le contaminer sans être irradié lui-même ?
-Je ne sais pas Mulder. On va tout faire pour arrêter ce malade car si il tue grâce à des éléments radioactifs, on risque d’avoir l’une des crises sanitaires les plus grave de tous les temps, surtout si il décide d’accélérer le mouvement. Il peut y avoir des milliers de morts !
-On l’aura Scully.
-Il le faut, Mulder !

Ils raccrochèrent. Doggett et Black interrogèrent Mulder du regard. Ils avaient entendu une partie de la conversation et pressentaient le pire mais voulaient avoir confirmation.

Mulder déglutit.

-Mark Korematsu a été irradié. Une dose de rayonnements comparable aux victimes de Tchernobyl.

Ils furent dévastés par cette nouvelle. A cet instant, Jordan Black eu le flash d’une explosion nucléaire.




Humbug
Doodle de Gillian

Messages : 318
Date d'inscription : 23/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: X-Files Résurrection 5 Namahage

Message  Humbug le Mar 10 Jan 2017 - 10:29



Chapitre 6 « Cauchemars »










Honolulu – Oahu - Hawaii
21h18

-Ne t’inquiète pas mon chéri, tu vas bien dormir cette nuit. Et puis ton frère est là pour veiller sur toi.

Kenta Fukasaku fit un gros câlin à sa maman Asumi. Il en avait gros sur le cœur ce soir-là. Sa journée avait été l’une des pires de sa courte vie. Il avait dix ans et son frère Kenji en avait onze. Ils dormaient tous les deux dans la même chambre et leur maman avait demandé à l’ainé de bien s’occuper de son petit frère, d’être gentil avec lui et de ne pas l’embêter, pour une fois.

En effet le petit garçon avait eu une mauvaise note à une interrogation d’histoire alors qu’il aimait ça et qu’il avait révisé, par ailleurs son entraineur de soccer lui avait dit qu’il ne serait pas sélectionné pour le prochain match.
Il était avant-centre et adorait le soccer, ce sport que tous les autres pays appelaient football. Durant l’été 2014, il avait regardé la majorité des matchs de la coupe du monde qui s’était déroulée au Brésil et qui avait vu la victoire de l’Allemagne. Sa passion était exacerbée et il avait très mal pris cette non-sélection. Mais son coach Randall « Rex » J. Fatomo lui avait dit que son concurrent direct Gary Park était plus en forme que lui en ce moment. Il lui avait donc laissé sa chance et le monde du petit Kenta s’était écroulé, malgré son très jeune âge. Toute sa famille l’avait soutenu suite à ce désaveu. Son grand frère Kenji était plutôt fan de basketball, lui. Il était très grand pour son âge, il était pivot et avait été sélectionné pour le prochain match. Mais il consola tout de même son frère car il savait parfaitement ce que cela pouvait faire d’être laissé sur la touche, il ne le savait que trop bien, même si il enchainait à présent les saisons parfaites. Le sport était une affaire de famille car leur père avait été Line-Backer dans l’équipe de Football de son lycée. Hélas il avait dû abandonner sa passion suite à de multiples blessures au genou droit mais il continuait à être fou de sport et il avait transmis sa passion dévorante à ses enfants, même si eux avaient choisis d’autres jeux que le football. Peut-être que les tragiques histoires de blessures de leur père les avaient refroidit quant-à la pratique de ce sport. Ils le trouvaient sans doute trop dangereux, trop violent.

Après avoir embrassé à son tour son fils ainé, Asumi Fukasaku, mère au foyer, éteignit la lumière et referma la porte en leur souhaitant de faire de beaux rêves. Juste avant, elle s’était retournée plus spécifiquement vers son cadet.

-Ne pense plus à tout ça, Kenta. Ne t’inquiète pas, ça arrive souvent, mais en fait, ce n’est rien. Dès le prochain entrainement tu seras très fort et tu retrouveras ta place de buteur.

Il répondit à sa mère par un simple sourire. Son grand frère le rassura également.

-Maman a raison. C’est tout le temps comme ça. C’est normal, c’est la compétition. On ne peut pas gagner à tous les coups.

Le cadet remercia son grand frère. Ce dernier dormait à l’autre bout de la pièce.

-C’est gentil mais en plus, il y a ce contrôle d’histoire ! Franchement, je ne comprends pas.
-Ca aussi ça m’est arrivé tu sais ? C’est l’injustice de l’école. Tu révises, tu penses tout savoir et tu te prends une mauvaise note. Rassures-toi, Kenta, personne n’a que des « A », ça n’existe pas ; enfin je n’en ai jamais vu.
-Tu dis ça pour me rassurer ?
-Oh non. Je te jure que tout le monde s’est déjà pris des mauvaises notes, même les ministres et les présidents.

Kenta sourit. C’était idiot mais les quelques mots de son frère l’avaient grandement rassuré, en tout cas suffisamment pour qu’il ait envie de se lover dans les bras de Morphée.

-Merci grand frère, lui dit-il.
-De rien, petit crapaud, répondit Kenji.

Les deux frères passionnés de sport se tournèrent vers le mûr qui longeait leur lit pour s’endormir.

Mais Kenta plongea dans un sommeil paradoxal très agité. Il rêvait des reproches continuels de son coach et de sa prof d’histoire. Pour eux, il était tout simplement un mauvais, un loser, le plus mauvais joueur de soccer du monde et le plus mauvais élève que la préceptrice ait jamais eu. Dans ses cauchemars, Kenta ratait tout ce qu’il entreprenait sur un terrain de soccer, se faisait prendre la balle à chaque fois, loupait des dribbles faciles et des tirs immanquables. Une fois en cours, il ne savait répondre à aucune question qui se trouvait sur sa feuille d’interrogation, ni aux questions que posait Madame Witter à l’oral.

Il revivait littéralement la pire journée de sa vie mais dans une version encore pire, véritablement cauchemardesque.
Il se réveilla en sueur et se dressa d’un seul coup dans son lit.

Pour se rassurer, il chercha son grand frère du regard et tourna la tête.

Mais il ne comprit pas bien car, au niveau du lit de Kenji, il y avait une forme très haute qui ne pouvait pas être son frère. Il plissa les yeux mais ne comprit toujours pas ce que pouvait être cette forme. Kenji était-il debout dans son lit ?

Il alluma sa lampe de chevet et cru qu’il était toujours entrain de faire un horrible cauchemar.

Une créature difforme se dressait juste en dessus de Kenji, il était à califourchon sur lui, impressionnant et hideux comme le diable.

Le Démon aux yeux rouges et à la peau cloquée, écailleuse, se tourna vers l’enfant transi. Il ouvrit la bouche et possédait des crocs à la place des dents.

Kenta hurla de toutes ses forces.

Le monstre ne savait pas trop s’il devait se précipiter vers l’enfant pour le tuer aussi où s’enfuir mais il entendit que les parents venaient. La maison des Fukasaku était beaucoup plus petite que l’immense villa des Korematsu et cette fois-ci, le démon ne voulu pas prendre de risque. Il préféra s’enfuir, pour faire d’autres victimes.

Il sauta hors du lit de Kenji d’un bon surnaturel et brisa la fenêtre en mille morceaux.

Contrairement à ce qu’il avait tout d’abord pensé, à ce qui était la solution la plus rationnelle qu’il avait trouvé à cette présence néfaste et surnaturelle chez lui, le petit Kenta n’était plus entrain de rêver, ou plus exactement de cauchemarder.

Ce qu’il venait de vivre était réel. Un démon était véritablement entré dans sa chambre. Son grand frère était vraiment mort, recouvert de cloques radioactives et tout cela était bien pire que toutes les mésaventures qu’il avait eu au sport et à l’école.

Il découvrit à cet instant, bien malgré lui, que la pire des nuits pouvait être en fait, infiniment plus atroce et cauchemardesque que la pire des journées.



Humbug
Doodle de Gillian

Messages : 318
Date d'inscription : 23/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: X-Files Résurrection 5 Namahage

Message  Humbug le Mar 10 Jan 2017 - 10:32



Chapitre 7 « Oni »









Honolulu Police Department - Hawaii
Samedi 13 Juin 2015 - 8h47

Les enquêteurs de la capitale avaient tous été convoqués par John Doggett. Il avait quelque chose de très important et de très grave à leur révéler, la mort d’un autre jeune garçon, Kenji Fukasaku.

L’inspecteur, pourtant aguerri, était très touché par ce décès, autant que par celui de Mark Korematsu. Il avait lui-même perdu un enfant, un fils, Luke, et n’avait aucun mal à projeter la douleur des parents à son propre cas puisqu’il avait déjà connu cette souffrance, dans une autre vie, pourrait-on dire, mais dans une vie pas si lointaine que ça finalement.

-Il y a eu un autre meurtre hier soir, le jeune Kenji Fukasaku, onze ans.
-Mon Dieu ! S’exclama Scully, qui savait elle aussi ce que c’était de perdre un fils, même si son cas avait été très différent.

Jordan Black eu un nouveau Flash où elle vit un Démon rouge et cornu, ainsi qu’une explosion nucléaire.

-J’imagine que c’est le même assassin. Subodora l’agent Wright.
-Oui, confirma Doggett. C’est exactement le même modus operandi.
-Nous avons donc officiellement affaire à un serial killer. Fit remarquer Mulder.
-Cette fois, oui, c’est officiel, approuva l’inspecteur insulaire. En plus, cette fois, nous avons un témoin.
Scully n’en croyait pas ses oreilles. Qui pouvait avoir vu une telle chose et surtout, qui pouvait avoir survécu à sa rencontre avec la créature ? Elle posa donc tout simplement la question. Qui ? Et son ancien coéquipier lui répondit.
-Kenta Fukasaku, le petit frère de la victime. Dix ans. Il a passé une très mauvaise nuit, enchainant les cauchemars et quand il s’est réveillé, en nage, il cru être toujours dans son cauchemar. Il dit avoir vu un démon à califourchon sur son grand frère. Il nous a dit que c’est le Oni qui a tué son frère. Il a hurlé et ses parents sont arrivés dans la chambre mais l’assassin a sauté par la fenêtre, la brisant au passage en 1000 morceaux.
-Ce qui prouve que c’est un humain déguisé, leur dit le virologue. Les créatures surnaturelles ne brisent pas les vitres en passant au travers.
-Mais les humains, même déguisés, ne tuent pas les enfants par irradiation, agent Wright, lui opposa Mulder.
Le scientifique se dit « touché » en lui-même tout en ne partageant pas l’avis de Mulder sur le fait qu’ils avaient affaire à une créature surnaturelle dans cette enquête. Il restait pragmatique et scientifique avant tout, malgré l’incompréhension envahissant son esprit.

Jordan eu encore une nouvelle vision, celle d’un enfant suant et transi de peur.

-L’enfant est à l’hôpital en ce moment ?
-Oui lui répondit Doggett. Ses parents veillent sur lui. Tout en s’occupant de l’inhumation de leur ainé.
-C’est monstrueux. Dit Scully, l’air écœurée.
-Il faut qu’on arrête cette chose, surenchéri Mulder. Quelle qu’elle soit, humaine ou non.
-Vous n’allez pas recommencer Mulder ?! Lui dit Wright, légèrement énervé.
-Ce que j’ai dit n’a rien de farfelu. Cette créature, d’où qu’elle vienne et quelle que soit sa nature actuelle a définitivement perdu son humanité, et ça ce n’est pas une conjecture. D’ailleurs, qu’avez-vous trouvé en analysant les prélèvements de Mark Korematsu ?

Wright et Scully se regardèrent. Le virologue répondit.

-Un taux de radiation vraiment très élevé.

Doggett apporta une nouvelle précision.

-Kenta Fukasaku à, lui aussi, été irradié, mais à un niveau relativement faible.
-A quelle distance de son grand frère se trouvait-il ? Demanda Mulder.
-Environ trois ou quatre mètres.
-Nôtre créature doit donc certainement être en contact avec sa victime afin de dégager suffisamment de radiation pour la tuer. C’est le Contact la clé.

Soudain, Scully eu une sorte de révélation. Elle se souvint d’une entité qu’ils avaient croisée il y a très longtemps et qui tuait elle aussi par radiation.

-Mulder. Tu crois que l’assassin serait en fait une nouvelle victime de l’huile noire ?

Mulder repensa à cette forme de vie Extra-terrestre.

Ils avaient rencontré l’huile noire pour la première fois au début de l’année 1996. Les marins d’un navire de recherche sous-marine français, le Piper Maru, avaient tous été tué par un très fort taux de radiation. Scully et Mulder se rendirent au port de San Diego où le seul survivant, David Gauthier, avait pu ramener le bateau. Malgré tout ces morts l’armé averti les agents spéciaux que le navire ne présentait aucune trace de radiations. Une chose très peu probable. La source de cela devait donc être locale et transportable. Ils se rendirent chez Dave Gauthier, le survivant, qui était le Scaphandrier de l’équipage, après avoir remarqué une pellicule huileuse sur son scaphandre et après avoir visionné les images de sa caméra embarquée. Ces dernières montraient un survivant dans le cockpit d’un avion immergé depuis la seconde guerre mondiale. Mais ils arrivèrent trop tard car, Gauthier mourut lui aussi des suites d’une irradiation, mais dans son propre appartement.

Scully découvrit que la forme huileuse et noire retrouvée sur le scaphandre de Gauthier était en fait un organisme vivant. Mulder, quant-à lui, mis à jour une histoire très longue et très compliquée. Durant les années 50, en pleine guerre froide, l’armé américaine envoya un sous-marin, le Zeus Faber, repêcher un avion qui portait la troisième bombe atomique destinée au Japon et qui s’était abimé en mer. Une manière d’économiser de précieux deniers et de ne pas en concevoir une nouvelle alors qu’une des leur reposait sous l’eau depuis plusieurs années. Mais en s’approchant de l’épave, les marins furent contaminés par l’huile noire, cette substance intelligente visiblement extraterrestre. Le Capitaine Johannsen verrouilla les écoutilles pour piéger l’entité mais les marins français la remontèrent à la surface en 1996 par l’intermédiaire de Gauthier. Il fut contaminé par l’entité qui prit possession de son corps et tua tous les autres marins. En regagnant son appartement, Gauthier contamina sa femme, à présent sous l’influence de l’huile noire, et mourut irradié par l’entité. Joan Gauthier, guidée par l’huile E.T se rendit à Hong Kong pour rencontrer la personne qui détenait les informations ayant permis de localiser l’épave. Il s’agissait d’Alex Krycek, un ancien agent du FBI dissident ayant travaillé pour le consortium et possédant une cassette numérique contenant toutes les preuves reliant la présence E.T au gouvernement de l’ombre et à la conspiration. L’huile noire tua Joan et prit possession du corps de Krycek, que Mulder ramena aux USA, sans savoir qu’il n’était plus lui-même. Le tueur de la conspiration qui faisait à présent cavalier seul se retrouva dans le Dakota du Nord, dans un ancien silo de Missile où un OVNI avait été entreposé. A cet instant, l’huile noire quitta Krycek pour retrouver son habita d’origine, l’OVNI caché, poussée par la volonté qui l’avait faite remonter à la surface après plus d’un demi siècle. En réalité, Krycek avait échangé la cassette numérique avec l’homme à la cigarette contre la localisation de l’OVNI.

-Je ne pense pas, Scully ! La dernière fois que nous avons vu l’huile noire c’était sur une plate-forme pétrolière dans le Golfe du Mexique, et j’étais avec Doggett. Mais elle a explosée. Il ne reste plus aucune trace de cette entité aujourd’hui.
-Peut-être pas ! Un porteur a certainement dû survivre !
-Honnêtement Scully, je ne crois pas que l’huile noire s’en prenne à des enfants, elle n’a jamais procédé ainsi.
Mulder avait raison, tuer les enfants, ce n’était absolument pas le mode opératoire de la substance extra-terrestre huileuse et noire.

Soudain, Une jeune policière en uniforme s’approcha de Doggett.

-Inspecteur Doggett. Des témoins ont vu la créature en ville. Il y a quelques minutes.

Le policier n’y croyait pas.

-Où ça ?
-Dans le Nord de la ville. A l’angle de Palolo Avenue et Kalua Road.

C’était un quartier pauvre, avec de nombreux sans-abris.




Humbug
Doodle de Gillian

Messages : 318
Date d'inscription : 23/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: X-Files Résurrection 5 Namahage

Message  Humbug le Mar 10 Jan 2017 - 10:34




Chapitre 8 « Homeless »







Palolo Avenue/Kalua Road - Honolulu - Hawaii
11h05

Les cinq agents venaient juste d’arriver dans ce quartier dévolu aux sans abris. En regardant autour de lui, Mulder se remémora son enquête à Atlantic City lorsqu’il traquait Le Diable du New Jersey, au tout début de son partenariat avec Scully. L’inspecteur Thompson n’avait pas du tout apprécié leur ingérence dans une enquête qu’il estimait la sienne. Scully voulait rentrer à Washington mais Mulder n’était pas du genre à lâcher une affaire qui pouvait concerner le paranormal. Il avait laissé sa partenaire rentrer seule à la capitale tandis qu’il menait l’enquête dans la ville du jeu. Comme la dernière victime était un SDF, il s’était aventuré dans le quartier le plus pauvre d’Atlantic City pour savoir si quelqu’un connaissait Roger Crockett afin de remonter la piste de la bête. Il avait fini par résoudre le mystère : Le Diable en question était en fait une femme sauvage, un chainon manquant entre l’homme des cavernes et nous. Elle s’était aventurée de plus en plus près de la ville et consommait de la chair humaine car le gibier animal s’était raréfié à cause de l’industrialisation et de la chasse de plus en plus intensive.

Il avait l’intention de procéder de la même manière que 22 ans auparavant, interroger les sans abris avec respect et sans aucune agression ou condescendance. Il remarqua un SDF qui semblait lui aussi d’origine japonaise, comme les deux jeunes victimes du monstre. Il semblait apeuré. Mulder se dirigea immédiatement vers lui.

-Bonjour Monsieur. Nous sommes de la police, nous recherchons une créature…

Le japonais était prostré et parlait tout seul, les yeux vitreux, il divaguait. On aurait dit qu’il avait perdu l’esprit. Il n’avait même pas remarqué que cinq personnes l’entouraient et formaient comme une éclipse autour de lui, une chaine de montagne humaine, dressée face à lui tout à coup. Les agents ne comprenaient pas ce qu’il disait mais réussirent à saisir le mot « Oni » plusieurs fois. Celui-là ils ne le connaissaient que trop bien.

Les agents furent gênés de ne pas comprendre. Mulder lui avoua.

-Attendez. Nous ne parlons pas japonais.

Mais soudain, l’agent Darren Wright, l’interrompit.

-Il dit qu’il a vu le Démon. Qu’il est horrible et qu’il a la peau brûlée par les flammes de l’Enfer.

Scully fut étonnée par sa maitrise de la langue nipponne, tout comme Mulder et Jordan Black. Sa partenaire se tourna vers lui.

-Tu parles Japonais, Darren ?
-Oui mais je suis un peu rouillé. J’ai vécu trois ans au Japon.

Ses collègues voulaient en savoir plus. Pourquoi un virologue américain aux cheveux de feu et pale comme un linge serait parti vivre en Asie durant plusieurs années ? Qui ou quoi avait pu le pousser à changer de vie et d’environnement à ce moment là ? Il éclaira leurs lanternes car il perçu de l’incompréhension dans leurs regards.
-Avant le Docteur Edward Marcase, mon Maitre de Thèse et mon mentor ; mon professeur de virologie en Master était le docteur Shiroma, c’est d’ailleurs elle qui m’a recommandé au Docteur Marcase. Il ne voulait plus d’élève, il avait arrêté d’enseigner, mais il a fait une exception, pour moi, grâce à elle.

-Vous parlez bien du Docteur Kimberly Shiroma ? Lui demanda Scully.
-Oui pourquoi ?
-Parce que je la connais. Nous avons commencé nos études de médecine ensemble. Elle était beaucoup plus brillante que moi. Toujours première de la classe. C’est une pathologiste spécialiste en génétique moléculaire très réputée.
-C’est la meilleure dans son domaine. Précisa Wright.
-Mais pourquoi tu es allé vivre au Japon ? Lui demanda sa coéquipière.
-Parce qu’après mon diplôme supérieur, elle m’a dit qu’elle voulait retourner dans son pays d’origine, qu’elle avait eu une proposition qui ne se refuse pas. L’institut de virologie de Tokyo lui faisait un pont d’or et lui donnait carte blanche, le rêve de tout scientifique.
-Mais qu’est-ce que tout cela a à voir avec toi ?
-J’étais…

Le scientifique cherchait ses mots.

-J’étais amoureux d’elle. Je ne pouvais pas l’abandonner.
-Tu es sorti avec ta prof ?

Jordan n’en croyait pas ses oreilles. Elle n’aurait jamais imaginé que son partenaire qui paraissait si sérieux et si timide avait vécu une aventure avec un professeur. Scully, elle, s’identifia immédiatement à lui car elle avait connu ça deux fois. Avant de tomber amoureuse de Mulder, elle était attirée par les hommes dégageant une certaine autorité. Elle avait eu une aventure avec Daniel Waterston, son professeur de médecine à la Fac, alors que celui-ci était marié, puis à Quantico, elle eu une liaison de plusieurs mois avec l’agent Jack Willis, son instructeur à l’académie du FBI. Elle avait d’ailleurs recroisée ces deux hommes durant son passage aux affaires non-classées aux côtés de Mulder. Sa rencontre avec Daniel l’avait énormément poussée à s’interroger sur les différents choix qui avaient fait sa vie.

-Oui. Je suis tombé amoureux d’elle au début de mon dernier semestre. On a eu un petit rapprochement mais on savait que ce serait une histoire compliquée alors nous avons fait machine arrière, d’un commun accord. Mais de mon côté, j’étais fou d’elle, j’étais vraiment amoureux. Alors quand elle m’a dit qu’elle partait pour le Japon sitôt mon diplôme en poche, je me suis dit que je ne la reverrais peut-être jamais. Je ne pouvais pas me résoudre à rester là sans rien faire. J’ai donc pris mon courage à deux mains et je lui ai avoué que je ne voulais pas la perdre. Elle a trouvé ça touchant et courageux. Nous sommes partis tous les deux à Tokyo et je suis devenu son assistant, en attendant de reprendre mes études et d’achever mon doctorat.

-Pourquoi vous êtes revenu aux USA ? Lui demanda Scully.
-Au début tout se passait bien. C’était l’osmose parfaite. Mais Kim était une très jolie femme et le patron du labo lui a sorti le grand jeu. Là aussi c’était le genre de proposition qu’elle ne pouvait pas refuser, ajouta le virologue déçu et ému.
-Vous avez rompu ? Lui demanda Mulder.
-C’était sa décision à elle. Comme je n’avais plus rien à faire au Japon, je suis rentré et j’ai entamé mon doctorat en virologie. Pour s’excuser, elle a écrit une chaude lettre de recommandation au Docteur Marcase, me concernant. Ils avaient travaillés ensemble dans une unité spéciale chargée d’endiguer les pandémies et les fléaux en tous genres.
Doggett compatis mais il voulait revenir à l’enquête le plus vite possible. Il approuva son récit d’un hochement de tête puis demanda une faveur au virologue.
-Vous pouvez demander à cet homme par où est partie la créature qu’il a vue ? Je connais par cœur les coutumes des Nikkei mais j’ai un peu de mal avec la langue, se justifia-t-il.
-Oui bien sûr.
Darren Wright s’exécuta et le clochard apeuré leur désigna du doigt le bout de la ruelle.


Humbug
Doodle de Gillian

Messages : 318
Date d'inscription : 23/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: X-Files Résurrection 5 Namahage

Message  Humbug le Mar 10 Jan 2017 - 10:43



Chapitre 9 « Le Démon »






Kalua Road – Honolulu - Hawaii
11h32

Les cinq agents avançaient dans la ruelle et s’enfonçaient de plus en plus dans la misère. Il y avait quelques sans-abris avachis de part et d’autre de l’étroit passage, plusieurs bennes à ordure, des détritus au sol et des graffitis pleins les mûrs. Le côté obscure de l’île paradisiaque, et peut-être pour ces infortunés, un avant gout de l’enfer, le purgatoire.

Par reflexe, Doggett sorti son arme. C’était un homme d’action. Il avançait avec beaucoup de prudence car il ne voulait pas finir comme les deux enfants d’origine japonaise, irradiés par le Démon. Wright et Black n’avaient pas compris immédiatement pourquoi il avait sorti son arme puis se regardèrent et l’imitèrent. Il avait raison, c’était une créature particulièrement dangereuse qu’ils s’apprêtaient à rencontrer et il fallait être très prudent.

-Parfois, je regrette de ne plus être agent ; avoua Mulder en regardant les armes des trois officiers.

Scully et lui étaient des civiles à présents. Ils n’avaient plus le droit d’être armés dans le cadre d’une enquête fédérale. Et ils n’avaient plus de badge. Heureusement que Jordan Black et Darren Wright étaient avec eux.

-Je ne vois pas trop à quoi ça pourrait nous servir, déplora quant-à elle l’agent Black, mais, c’est vrai qu’on n’est jamais trop prudent.
-Elle a raison, approuva Mulder. Une arme classique est inefficace contre un démon.

Scully fit une légère grimace. Elle aimait Mulder, elle le respectait et, à ses côtés, elle avait vu plus de phénomènes surnaturels que la plupart des gens, mais après plus de 20 ans à le côtoyer, elle ne s’était toujours pas habituer à ses saillies provocatrices.

-Mulder, soyez raisonnables, l’implora le Docteur Wright. Cette chose n’est peut-être pas tout à fait humaine, mais cela ne fait pas d’elle une créature de l’Enfer.
-Que faites-vous des témoignages, de petit Kenta Fukasaku et du sans-abri que nous venons de croiser notamment ?
-Du folklore, rien de plus. Une espèce d’hystérie collective. Le petit Kenta était dans le noir et il venait de faire des cauchemars une bonne partie de la nuit, il avait donc une sorte de prédisposition mentale à voir quelque chose de monstrueux.
-Alors qu’est-ce que ce serait selon vous ? Lui demanda Doggett, toujours aux aguets, tout en marchant à pas de loup.
-Un psychopathe ! Un monstre, certainement, mais un monstre humain.
-Et pour la description qu’en ont faite les témoins ? Voulu savoir Scully.
-Kenta était un enfant apeuré, dans le noir, et l’autre témoin est un sans-abri qui passe 24h sur 24 dans la rue. Si vous y viviez, vous aussi vous finiriez par avoir des visions.
-C’est déjà le cas, répliqua Mulder, pince-sans-rire.

Scully se retourna vers lui.

-Le problème c’est qu’il a dû voler du matériel radioactif et ça ne se trouve pas aussi facilement que ça.
-Admettons qu’il s’agisse d’un psychopathe ; il est fou, il s’en prend aux enfants parce qu’il est dérangé, il porte peut-être même un masque de démon et il se ballade avec un petit container radioactif, mais tout cela n’explique pas pourquoi il s’en prend, pour l’instant, uniquement à des enfants japonais, dans leur chambre et pendant le nuit. Résuma Mulder.

L’agent Black eu un flash, une vision qui concernait de nombreux enfants, tous japonais. Elle vit aussi dans ce flash une immense centrale nucléaire.

-Ils sont l’objet de son obsession. Leur précisa Jordan Black.
-Comme ça ? Lui demanda Scully, redoutant le pire.
-Il est…il est attiré par eux, très fortement.

Ils se regardèrent tous, tout en continuant d’avancer dans la ruelle. Ils étaient à présent au pied d’un entrepôt qui semblait abandonné.

-Il a dû se réfugier là-dedans, leur dit Doggett.
-Alors on y va ! Proposa Mulder.
-Faites très attention.
-Prudence, c’est mon deuxième prénom.

Mulder était décidément d’une ironie mordante.

Ils entrèrent tous les cinq, l’un derrière l’autre. Scully et Mulder était en milieu de cortège.

Soudain l’agent Black vit une présence humaine mais difforme au haut d’un escalier en métal.

-Il est là ! Leur dit-elle, en le désignant du doigt.



Humbug
Doodle de Gillian

Messages : 318
Date d'inscription : 23/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: X-Files Résurrection 5 Namahage

Message  Humbug le Mar 10 Jan 2017 - 10:45




Chapitre 10 « La chasse »







Tarde Stone Warehouse - Kalua Road
11h43

Le tueur entendit l’agent spéciale et se retourna. Tous les cinq virent distinctement ses yeux rouges. Il était vraiment tel que les témoins l’avaient décrit : Monstrueux.

Scully, Wright et dans une moindre mesure Doggett, les plus sceptiques, ne l’étaient plus à présent. Il était devenu compliqué pour eux de trouver la moindre humanité dans l’apparence de la créature qu’ils venaient de voir.

Lorsqu’elle comprit qu’ils étaient à sa poursuite, elle se mit à courir pour s’enfuir mais ils lui emboitèrent le pas. Ils se séparèrent pour mieux prendre le tueur hideux à revers. Mulder le poursuivit, montant les escaliers quatre à quatre. Il était encore en forme, malgré ses 54 ans, une forme olympique. Il avait sans doute exagéré lorsqu’il leur avait dit que la chasse aux répliquants extra-terrestres n’était plus de son âge. Visiblement, la chasse au Démon entrait encore dans son domaine d’activité et ses compétences.

En le regardant se déplacer, monter les marches, il sembla à l’ancien agent que c’était effectivement un humain, ni les fantômes, ni les démons ne faisaient de bruit quand ils gravissaient des marches en métal. Son apparence pouvait être dues à un déguisement ou même à une mutation, mais il en était à présent sûr, la créature qu’il poursuivait cette fois-ci était humain, du moins en partie.

Doggett, qui était armé, lui emboita le pas, tout comme Scully. Wright et Black, eux aussi armés s’étaient séparés, pour mieux piéger le monstre.

Le policier hawaïen savait lui aussi que c’était d’un humain « modifié » dont il s’agissait et il tira en l’air, une fois, pour l’effrayer. Dans un cas pareil, le reflexe de tout le monde est de croire qu’on se fait tirer dessus. Et pour se protéger, on s’arrête. C’était exactement ce qu’il s’était passé, la chose s’était arrêté, apeurée, ce qui démontrait qu’elle était bien moins surnaturelle que ne le pensaient les témoins.

Comme il était le plus près, Mulder arriva le premier à proximité du tueur démoniaque. Leurs regards se croisèrent, longuement et intensément.

L’ancien agent le dévisagea et remarqua que les témoins l’avaient plutôt bien décrits : des cloques, des écailles, des membres disproportionnés, des yeux rouges…et il comprit aussi pourquoi ils l’avaient tous pris pour une entité surnaturelle. Ils étaient tous dans un état d’esprit propice à rapprocher ce qu’ils venaient de voir du démon japonais du Namahage. Pour eux, lorsqu’ils virent cette créature, il ne pouvait y avoir le moindre doute, ça ne pouvait être qu’un Oni. Ils étaient conditionnés par leurs croyances et leur folklore. D’autant que ce tueur d’enfants ressemblait particulièrement à l’image ancestrale qu’ils avaient tous de ce démon.

Comme Mulder s’approchait de lui, quasi fasciné, attiré irrémédiablement par cette créature de l’enfer, Doggett hurla.

-Mulder, NON ! Ne vous approchez pas de lui !

L’ancien agent le regarda car, à cet instant, il ne comprenait pourquoi il lui demandait de ne plus avancer. Il fallait bien qu’il approche pour pouvoir le capturer. Pourtant Doggett était résolu. Il ne fallait surtout pas que Mulder avance. L’ancien profiler le lu dans ses yeux. Le policier comprit lui aussi en un regard que Le Martien avait besoin d’une explication, aussi courte fut-elle.

-Les Radiations ! Il porte un container radioactif !

Mulder rassembla ses esprits et trouva fort juste les avertissements de Doggett. La chose avait déjà tué deux enfants par une très forte exposition aux radiations et s’il approchait trop près, il pouvait lui aussi subir les effets de cette arme. Pourtant il ne remarqua aucun container. Le démon avait les mains vides, ni arme, ni boite cylindrique. Comment cela était-il possible ? Il avait dû jeter son arsenal radioactif, ou peut-être même l’avait-il perdu ou caché.
En tous cas, Mulder ne risquait plus rien si la chose difforme n’était plus armée, il décida donc de faire un nouveau pas en avant. Doggett écarquilla les yeux et une goutte de sueur coula sur sa tempe gauche. Il avait peur, très peur.

-NON !!!

Mulder s’arrêta, une fois de plus mais ne comprenait pas l’insistance de Doggett. Ce dernier n’avait sans doute pas vu que la créature ne portait pas de container ou de petite boite, il était un peu plus loin que lui.

Doggett pointa son arme sur la créature.

-Pas un geste !!!

Le monstre le regarda. Scully aussi pu voir ses yeux rouges et son regard de prédateur.

La chose les regarda tous les trois, un à un, elle empoigna la barrière de sécurité qui se trouvait devant elle et sauta par-dessus. Elle atterri sept mètres plus bas, sous les yeux éberlués des anciens agents du FBI.

Avec du mal elle se releva et se remit à courir, en trainant la jambe. Son grand saut ne s’était pas fait sans heurts. Plus aucun doute n’était possible, c’était bien d’un humain dont il s’agissait.

Ils redescendirent les escaliers quatre à quatre à ceci près que cette fois-ci, Scully fut la première sur place.

Le démon s’était déjà volatilisé, malgré sa blessure, et ils le poursuivirent sans relâche.

Tout à coup, dans une pièce adjacente, ils entendirent hurler. Il s’agissait d’une voix de femme.



Humbug
Doodle de Gillian

Messages : 318
Date d'inscription : 23/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: X-Files Résurrection 5 Namahage

Message  Humbug le Mar 10 Jan 2017 - 10:48



Chapitre 11 « Retour en Enfer »








Tarde Stone Warehouse - Kalua Road
11h54


Dogget, Scully et Mulder se précipitèrent vers le cri. Devant eux, il y avait une lourde porte en métal à moitié rouillée, entrouverte. La créature avait due passer par là. Ils entrèrent un à un et virent l’agent Jordan Black menacer la chose de son arme de service. Elle semblait particulièrement déterminée. John Doggett pointa lui aussi son arme vers le tueur d’enfants.

A présent ils pouvaient tous bien le voir, ils étaient tous près de lui, et tentaient d’analyser le pourquoi de cette apparence repoussante. Qu’est-ce qui avait pu changer un être humain en une chose aussi inhumaine ?

Tout en le regardant, l’agent Black eut une nouvelle vision de centrale nucléaire, une explosion mais aussi un tremblement de terre, un tsunami. On aurait dit que tous les fléaux du monde se bousculaient en même temps dans sa tête.

Au même moment, l’agent Wright arriva lui aussi dans la pièce. Il avait tenté de le prendre à revers en prenant un autre chemin mais cela s’était révélé inutile car l’agent Black avait réussi a le coincer plus tôt qu’ils ne l’avaient espérés. La chose était peut-être fatiguée de fuir. Elle était à présent encerclée par trois policiers armés et deux autres personnes, tout à fait capables de se battre. Elle se savait prise au piège. Elle les regardait tous, un à un, en se tournant tout doucement, comme pour jauger la menace et les probabilités de s’en sortir. Elles semblaient minces. Son désarroi fut trahi par son regard. Même si ses yeux étaient rouges, ils possédaient encore des expressions humaines.

-Ne bougez pas ! Hurla Doggett. Vous êtes fait !

Le policier avait raison mais la créature ne voulait pas y croire.

-Comment on va lui passer les menottes ? Demanda Jordan.

Elle n’avait pas tort. Son apparence faisait d’avantage penser à une bête sauvage où à un démon de l’enfer qu’à un suspect classique dans une affaire de meurtre. Même les plus dangereux assassins qu’ils avaient arrêtés jusqu’à maintenant étaient infiniment plus humains que cette chose.

-Je vais le faire, se proposa Doggett. S’il bouge, vous l’abattez, ajouta-t-il à l’intention de Black et Wright.
-OK ! Approuvèrent-ils en même temps.

Le policier commença à ranger son arme quand Mulder intervient.

-Attendez John ! Et si c’était lui qui était radioactif ! Regardez-le ! Si jamais vous le touchez, vous pouvez mourir exactement comme les enfants japonais !

Doggett fut pris d’un doute.

-Comment on va l’arrêter si on ne peut pas le toucher ?
-Il faut qu’on prévienne l’institut de virologie et qu’on nous apporte de quoi l’endormir !

Scully voulait procéder comme pour un animal sauvage, ce qu’était quasiment la créature qui leur faisait face.

-Bonne idée Scully, approuva Wright.

-Je vais les prévenir, dit Doggett en dégainant son Smartphone.

Tout à coup, le démon cornu se mis à émettre des sons. Il pouvait s’agir aussi bien de cris que de plaintes ou de gémissements. Scully, Black et Mulder ne comprenaient pas ces bruits mais le policier hawaïen réussi à traduire ces inflexions.

-Il parle japonais ! Les informa Doggett.
-Quoi ? S’étonna Mulder.
-Il a raison approuva Wright. Il nous demande de le laisser tranquille.

Scully n’en croyait pas ses oreilles. Cette créature monstrueuse s’exprimait en japonais. Il s’agissait donc bien d’un être humain. C’était une certitude à présent.

Doggett appela son commissariat pour qu’il envoie des renforts armés de fléchettes hypodermiques et pour qu’ils préviennent le centre de virologie d’envoyer des gens en combinaisons antiradiations.

Son message fut reçu cinq sur cinq même si son interlocutrice se demanda pourquoi une telle demande.

-Ils arrivent d’ici 10 minutes, les informa le policier.

-Et pendant ce temps là, il faut qu’on l’empêche de fuir, tout en évitant de se faire tuer ! Précisa Mulder.
-Regardez ça, dit Scully. On dirait qu’il est écorché, à vif.
-C’est la signification de Namahage, lui rappela l’agent Wright, toujours aussi à l’aise avec la langue nipponne.

La créature se remit à parler. Il était très énervé, de plus en plus. Tous les autres attendaient la traduction du virologue aux cheveux roux.

-Il dit que si on l’empêche de partir, il va nous tuer.
-Dites-lui que s’il tente quoi que ce soit, on lui tire dessus.

Wright obéi à Doggett. Le monstre répondit et le scientifique traduisit à nouveau.

-Il dit qu’il aura le temps d’en tuer au moins deux d’entre nous avant qu’on l’exécute.

Le pire était que ce monstre n’avait pas tout à fait tors. Doggett avait ressortit sont arme et guettait la moindre esquisse de mouvement pour faire feu. Il ne voulait prendre absolument aucun risque. Le monstre pouvait s’en prendre à Scully, à Mulder, à Black ; n’importe qui pouvait être sa victime et le policier ne pouvait s’y résoudre.
La chose articula une nouvelle phrase et Wright traduisit de nouveau.

-Il dit qu’il ne se rendra pas ! Qu’il préfère mourir !
-Alors il retournera d’où il vient, en Enfer ! Répliqua Doggett.

Tous se regardèrent intensément, de longue secondes.

Soudain, le monstre cru déceler une faille dans la vigilance des policiers. Il tenta une attaque. Scully était sa cible car c’était une femme, petite, et qu’elle n’était pas armée. Mais en voyant cela, Doggett vida son chargeur sur la créature en moins d’un seconde. Il avait toujours d’excellents reflexes et cela avait sauvé la vie de son ancienne partenaire. Black et Wright aussi avaient tiré sur la bête-humaine dès que le policier avait commencé à faire feu. Le monstre fut littéralement criblé de balles et s’écroula sur le sol en ciment de l’entrepôt désaffecté.

Ils le regardèrent, tous, étendu à leurs pieds, en prenant bien soin de ne pas trop l’approcher car ils ne savaient toujours pas comment il transmettait les radiations à ses victimes mais pensaient sérieusement qu’il opérait par simple contact.

La créature était morte à présent. Le cauchemar venait de prendre fin.



Humbug
Doodle de Gillian

Messages : 318
Date d'inscription : 23/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: X-Files Résurrection 5 Namahage

Message  Humbug le Mar 10 Jan 2017 - 10:50



Chapitre 12 « Fukushima »







Honolulu Police Department -Hawaii
Dimanche 15 Juin 2015 - 15h30

-A ce que je vois, ici ça travaille comme dans une fourmilière 7 jours sur 7, John, lui dit Scully.

Doggett sourit.

-Un peu comme aux affaires non-classées !
-Ce n’est pas moi qui vais vous contredire, approuva Mulder. Il s’agit plus d’un sacerdoce que d’un simple travail. Quelque soit le poste où l’on évolue pourvu qu’on prenne ça au sérieux.
-Oh oui !

Doggett ne pouvait qu’être d’accord avec ça, lui qui avait évolué à plusieurs postes et toujours avec le même sérieux. Pourtant, au départ, les X-Files n’étaient pas vraiment ce qu’on pouvait appeler une passion pour lui.

Tous les cinq étaient dans le bureau de John. Il les avait convoqué car il avait eu d’importantes informations sur le tueur d’enfants nippons qu’ils avaient traqués dès leur arrivé sur cette île paradisiaque devenue un authentique lieu de cauchemars depuis plusieurs jours.

-Le monstre, nôtre « Démon du Namahage » comme l’ont surnommés certains témoins, le Oni, était en fait bien un être humain, on en est absolument sûr à présent, et il était bien Japonais comme nous l’avons découvert en lui faisant face.
-Comme vous l’avez su ? Lui demanda Jordan Black.
-Grace à une concordance d’ADN et surtout grâce à la coopération de la police nationale japonaise. Il s’appelait Akira Kiddo.
-Il était déjà fiché à la police japonaise ? Demanda Mulder.

Doggett paru très gêné.

-Oui.
-Pour meurtre ? Voulu savoir Scully.
-Pour pédophilie. Multirécidiviste.
-Ca explique qu’il s’en prenne aux jeunes garçons. Précisa Darren Wright. Mais que faisait un tel monstre en liberté ?
-Il s’est évadé. Il était en fuite et l’agence Nationale de la police japonaise le recherchait depuis plusieurs années. Ils le soupçonnent d’avoir débarqué dans la calle d’un cargo.

Mulder intervint à son tour.

-Ca explique le profil des victimes mais il reste encore de nombreuses zones d’ombres. Comme son apparence démoniaque et le fait qu’il tue par irradiation.
-Nous avons aussi les réponses à ces questions Mulder.

Ils voulurent tous en savoir plus. Comment cela était-il possible ? Comment un tel état pouvait avoir une explication rationnelle ? Scully et Wright étaient les plus intéressés tandis que Mulder et Black auraient très bien pu se contenter d’une explication en rapport avec le paranormal et le surnaturel.

-D’après les recherches effectuées par la Police Nipponne, il se serait réfugié aux alentours de Fukushima en 2011.
-Fukushima ? S’étonna Mulder.

L’agent Wright lui répondit.

-Sans doute la catastrophe nucléaire la plus grave de ces dernières années, comparable à Tchernobyl.
-C’est un séisme suivi d’un tsunami géant qui a causé des dommages importants sur plusieurs réacteurs et la fuite d’une très grande quantité de déchets.
-Et vous dites que cet homme, ce criminel en fuite, se trouvait non loin de la centrale quand les déchets radioactifs se sont déversés dans la nature ?
-Oui. La police l’avait localisée et comptait venir l’arrêter mais le tremblement de terre les en a empêché.
-Et que s’est-il passé ensuite ? Demanda Scully.
-Suite à cette catastrophe d’un degré jamais vu au Japon, qui à pourtant connu de nombreux séismes de cette ampleur, il n’est soudain plus apparu aux autorités comme une priorité. Il était même présumé mort jusqu’à ce que son échantillon ADN matche avec leur base de données.
-Et vous pensez que son apparence serait due à une contamination par des déchets radioactifs ? Demanda Wright.
-C’est probable.
-Mais il aurait dû mourir ! S’exclama Scully.
-Un mutant ! On a déjà vu le cas, Scully, lui répondit Mulder. Rappelles-toi de Leonard Betts.
La scientifique se souvint de cette affaire qui s’était déroulée à Pittsburgh.
-Mulder, ce n’était pas comparable. Leonard Betts souffrait d’un cancer généralisé.
-Qui non seulement ne l’a pas tué mais l’a transformé en véritable vers de terre humain qui pouvait régénérer tout ou partie de son corps.

Darren Wright était médusé. Jordan Black, elle, avait lu le dossier. Mais Scully s’en souvenait d’autant plus que cet horrible mutant ambulancier se nourrissait de tissus cancéreux afin de pouvoir se régénérer et qu’il avait voulu consommer la tumeur que la scientifique avait développée entre ses sinus et son lobe frontal, lui annonçant du même coup qu’elle souffrait de ce mal. Un moment impossible à oublier.

-Là nous parlons de radioactivité !
-Et l’homme-douve venu sur la côte Est dans un cargo russe ? La théorie la plus probable est qu’il a subit cette mutation à causes de déchets provenant de Tchernobyl.
-C’est différent.
-La seule chose différente que je vois dans cette affaire et que le monstre n’ai pas venu de Russie mais du Japon et qu’au vu de son apparence, il a été pris pour un démon Nippon par les gens auxquels il s’en est pris, chose d’autant plus probable qu’il appartient lui aussi à cette communauté et s’exprime dans cette langue.

Darren Wright était de plus en plus abasourdi.

-Vous pensez vraiment tout ce que vous dites ? Un homme contaminé par des déchets radioactifs de Fukushima qui, non seulement n’est pas mort, mais a muté pour devenir une espèce de monstre. Et il tuerait son prochain en le touchant parce qu’il est lui-même devenu hautement radioactif ?
-J’avoue que ça ressemble comme deux goutes d’eau à du paranormal mais si c’est hautement improbable, ce n’est, pour autant, pas impossible, la preuve. Avec Scully, nous avons croisés bien pire, y compris Eugene Tooms dont vous avez-vous-même pu voir des sortes de « frères de mutation ». Et puis la mutation est la base même du darwinisme, nous avons tous muté pour devenir ceux que nous sommes.
-Et parfois cela donne des monstres ! Précisa Black. Pourtant la pire de ses monstruosités n’est pas due aux déchets nucléaires mais à sa perversion ignoble !

Doggett approuva d’un signe de tête.

-Voilà. Encore une histoire dingue et une enquête dans la plus pure tradition des X-Files.

Il repensa quant-à lui à sa première enquête aux côtés de Scully aux affaires non-classées. Des meurtres commis par une chauve-souris-humaine qui avait due attendre 40 ans pour accomplir sa vengeance.

-Maintenant que cette histoire est finie, j’aimerai beaucoup tenir la promesse que j’ai faite à quelqu’un. Il faut que je vous emmène quelque part, et tout de suite.

John Doggett était rarement aussi énigmatique. Cela interpela ses interlocuteurs.




Humbug
Doodle de Gillian

Messages : 318
Date d'inscription : 23/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: X-Files Résurrection 5 Namahage

Message  Humbug le Mar 10 Jan 2017 - 10:55



Chapitre 13 « John Doggett & Monica Reyes »








E Manoa Road – Nord d’Honolulu
17h50

Les deux voitures arrivèrent dans une zone pavillonnaire non loin de l’Université d’Honolulu.
Doggett descendit en premier et fut suivi par ses quatre acolytes. Il se dirigeait vers une petite maison qui avait l’air, à la fois, simple et confortable.

A cet instant, Scully et Mulder se dirent que leur vieil ami John avait peut-être eu raison de démissionner à temps du FBI tout compte fait. Même si, d’une certaine manière, il avait « abandonner le combat », au moins, il était en vie contrairement à tous les gens que les deux anciens agents avaient perdus : sœurs, pères…

Le policier insulaire ouvrit la porte et entendit immédiatement un cri d’enfant, un cri de joie.

-Papa !!!!!!

Une petite fille accouru lui faire un câlin, puis une autre plus grande fit de même.

C’était deux fillettes brunes aux sourires « banane », étirés jusqu’aux oreilles. Doggett avait raison, on aurait dit deux copies calque de leur maman, Monica Reyes.

Le câlin des deux petites filles donna également un immense sourire à John, lui qui n’était pas particulièrement souriant d’habitude. Cela se voyait qu’il s’agissait là du rayon de soleil de sa vie, son arc-en-ciel de couleurs au milieu d’un ciel gris.

-Les filles, il faut que je vous présente plusieurs personnes, dont deux très vieux amis. Voici Fox Mulder et Dana

Scully. Ainsi que Jordan Black et Darren Wright.

-Bonjour ! Dirent les petites filles à l’unisson sur un ton enjoué.
-Vous êtes de la police aussi ? Demanda la petite Carly.

Doggett répondit.

-Jordan et Darren sont du FBI. Fox et Dana sont des anciens agents. Et tous les quatre ont en commun les affaires non-classés.
-Vous avez déjà vu des fantômes et des OVNIS vous aussi ? Comme mon papa et ma maman ? Demanda Carla.
-Oh oui ! Répondit Mulder avec un petit sourire en coin.
Soudain, dans l’encadrement de la porte qui menait au living room, apparu une grande brune, toujours aussi sexy, Monica.
-Bonjour !

Elle avait gardée cette voix douce et ce ton positif et enjoué, l’incarnation humaine de la positive attitude. Lorsque son regard aperçu Dana Scully, elle se précipita dans ses bras.

-Dana !!!
-Monica !

La scientifique était heureuse de la revoir, après tant d’années. Après une longue étreinte amicale, elle embrassa aussi Mulder, beaucoup moins longtemps, quelques secondes à peine, puis se retourna vers les nouveaux pensionnaires des X-Files et leur serra la main, avec un large sourire.

Tout le monde alla dans le salon et ils prirent tous place sur les canapés pour discuter. Les petites filles étaient allées jouer dans leurs chambres et des tasses de café trônaient sur la table basse ainsi qu’un pot de sucre en morceau.

-Vous avez l’air en forme tous les deux ! Dit Dana à l’égard de John et Monica.
-Vous aussi répondit la grande brune.

Mulder savait que les années avaient passées et qu’il était loin de sa superbe d’antan mais accepta le compliment.

-C’est gentil. Vous devez être au paradis ici.
-Ah, c’est sûr que ce n’est pas Washington ! Il fallait qu’on s’éloigne de ses sphères corrompues pour pouvoir se construire. Quand on a commencé nôtre histoire, avec John, on a décidé très vite de démissionner du FBI, au risque de passer pour des lâches qui fuient le combat, même si ça n’a jamais été nôtre intention.
Mulder, Scully, Wright et Black se regardèrent tour à tour, d’un regard insistant et lourd de sens. Mulder brisa le silence pesant.
-La guerre n’est pas finie ! Et surtout, elle est loin d’être perdu.
-Mulder, qu’est-ce que vous racontez ? L’invectiva Doggett.
-Nous avons retrouvé William.
-Quoi ???
Cette fois ce fut Reyes qui n’en croyait pas ses oreilles.
-C’est une longue histoire, précisa Scully.

Mulder enchaina.

-Mais pour faire court, disons qu’il est nôtre unique chance de repousser l’invasion Alien.
-Je croyais que l’invasion devait avoir lieu en décembre 2012. La date est passée !
-En fait, non, Monica. L’invasion n’a pas été annulée, elle a juste été repoussée pour surprendre tous ceux qui étaient au courant, justement pour leur faire croire qu’il n’y avait plus rien à craindre. Mais pendant ce temps, les répliquants placent leurs pions et ensuite : Echec et Mat !
-C’est pour quand ? Voulu savoir la grande brune.
-Le 31 décembre 2015 ! Ils veulent profiter de la fête du nouvel an pour attaquer !
-Vous croyez à ça, vous aussi ? Demanda Doggett à Black et Wright.
Ils baissèrent la tête et ce simple signe fut plus éloquent qu’un bon millier de discours.

Mulder ne divaguait pas. Doggett s’énerva.

-On est venu ici pour échapper à tout ça ! Pour élever nos filles au Paradis ! Ce n’est pas pour retourner en Enfer !
-John, attends.

Reyes ressembla à cet instant à la voix de la raison. Elle voulait entendre ce qu’ils avaient à dire, tous ce qu’ils voulaient leur dire.

-Dites-nous exactement de quoi il retourne et ce que vous attendez de nous !

Doggett la regarda de ses yeux les plus noirs. Il avait peur de replonger à nouveau dans le combat et de perdre ces deux fillettes, comme il avait perdu Luke, son premier enfant.

Jordan Black répondit. Cela apportait de la caution à ses dires, elle n’était pas Mulder, elle n’avait pas ses obsessions aveuglantes.

-Les Aliens ont répliqués de nombreuses personnes influentes, dans des lieux stratégiques : des Maires, des Shérifs, des Sénateurs etc… qui doivent faciliter l’invasion finale, grâce au pouvoir qu’ils exercent sur la population. Nous en avons déjà tué plusieurs, grâce à la magnétite, notamment Shannon MacMahon.

Le Lieutenant de Police regarda la jeune agent fixement. Elle savait que Doggett connaissait très bien cette femme et c’était pour ça qu’elle avait apportée cette précision. Elle voulait qu’il se sente concerné par tout ça, même en vivant au Paradis.

-Comment vous comptez repousser l’invasion le jour J. ? Ils sont beaucoup plus forts que nous.
-Grace à William. Répliqua Scully.

Reyes comprit.

-Il a des pouvoirs ? C’est ça, n’est-ce pas ?
-Et ils sont de plus en plus puissants. Précisa Mulder.
-Alors on pourrait gagner ? Dit Monica avec un léger sourire de satisfaction.
-Oui ! Répondit Darren Wright.
-Qu’est-ce que vous attendez de nous ? Demanda Doggett, résigné.

Scully reprit la parole.

-Nous avons des Chefs de résistance un peu partout aux Etats-Unis. Skinner et Kersh, entre autre.
-Kersh ? S’étonna John.
-Oui ça aussi c’est une longue histoire, lui dit Scully.
-Mais il nous faut quelqu’un dans l’archipel d’Hawaii. Précisa Mulder. Vous êtes les personnes idéales pour ça. Les seuls à pouvoir accomplir cette mission.
-Et ça consisterait en quoi ? Voulu savoir Monica.
-A organiser les choses pour qu’on soit tous prêt à les recevoir ! Répondit Jordan Black. Si on est organisé et rigoureux, on peut les vaincre, mais si il nous manque un simple pion sur l’échiquier, tout est fichu. On va se faire remplacer par des E.T métalliques en quelques semaines et toute vie sur Terre aura disparue.
Cela fit réfléchir les deux anciens agents. Ils se regardèrent. Cela se voyait dans leurs yeux qu’ils s’aimaient plus que tout.

Doggett inclina la tête et Reyes comprit qu’il acceptait.

-Comment doit-on s’y prendre ?

Les quatre acolytes des affaires-non classées étaient heureux de compter deux nouveaux membres éminents dans les rangs de la résistance, deux personnes d’expérience qui allaient chapeauter tout le travail de sape à l’encontre des Aliens dans tout l’archipel d’Hawaï,

John Doggett et Monica Reyes.


Humbug
Doodle de Gillian

Messages : 318
Date d'inscription : 23/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: X-Files Résurrection 5 Namahage

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum