CONCOURS AUTOMNE 2010 - FIC N°5 de Ginnain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CONCOURS AUTOMNE 2010 - FIC N°5 de Ginnain

Message  noisette le Lun 15 Nov 2010 - 10:59

FIC N°5 de Ginnain


"Vous devriez essayer », leur avait-il soufflé avant de s'éloigner au bras de Sheila.
Scully ne savait pas pourquoi cette phrase résonnait encore à ses oreilles. Embrasser Mulder n'avait jamais été une priorité pour elle. Certes, elle ne pouvait pas se passer de son partenaire. Elle ne pouvait plus vivre sans lui. Mais elle s'était habituée à vivre à côté de lui jour après jour sans ressentir le besoin de l'approcher, de le toucher.
Pourtant, ce soir-là, de retour à Washington, allongée dans son lit, elle ne parvenait pas à fermer l'oeil. Elle revoyait en boucle dans sa tête le bal, catastrophique soit dit en passant, auquel elle avait assisté avec Mulder. Tous ces couples qui s'enlaçaient et s'embrassaient à n'en plus finir. Tout cela lui paraissait absolument incroyable.
Elle repensa alors à toutes les occasions où elle aurait pu embrasser Mulder. Des instants dramatiques de leur vie où ils avaient été tellement proches que n'importe qui les aurait cru mariés depuis toujours? Des soirées passées chez l'un ou chez l'autre à regarder un vieux film en noir et blanc à la télévision? Des soirées au Bureau où l'alcool aurait pu tout excuser? Jamais, dans ces moments-là, Scully n'avait ressenti le besoin de toucher les lèvres de son partenaire.
Le soir, seule dans son appartement, il lui arrivait pourtant d'y penser. Scully savourait presque chaque soir, ce moment où le sommeil allait l'emporter et où elle pouvait laisser aller son imagination. Elle se voyait, dans la rue, dans son appartement, au bureau, au motel, dans n'importe quel endroit anodin, prendre le risque et sauter le pas. Ses lèvres chaudes la faisaient frissonner de la tête aux pieds. Elle le regardait ensuite, sans dire un mot, le sourire aux lèvres et ils repartaient comme si rien ne s'était passé.
Mille fois elle aurait eu l'occasion de l'embrasser. Mille fois elle s'était retrouvée dans son lit à regretter de ne pas avoir tenté. Avant et si ca n'avait pas été Mulder, elle l'aurait fait sans hésiter. Avant, elle n'avait rien à perdre. Aujourd'hui, elle risquait tout.
Son imagination laissait enfin place au sommeil et au rêve. Rares furent les fois où elle avait rêvé de son partenaire et de cette situation délicate. Les seules fois où dans ses rêves elle avait franchi le cap, le réveil avait été douloureux car rapidement, la réalité avait repris le dessus.
Ce soir-là, elle savait qu'elle ne rêverait pas. Elle ne voulait pas, une fois de plus, se réveiller et prendre conscience qu'il n'y avait aucun espoir.

Le lendemain, au bureau, Mulder était arrivé en avance. Il travaillait déjà sur leur prochaine mission. Lorsqu'elle s'assit à son bureau, Scully réalisa que rien n’avait changé. Mulder l'avait à peine regardée lorsqu'elle était entrée. Il ne s'était pas inquiété de savoir si elle avait passé une bonne nuit. Après tout, leur mission n'avait pas été extrêmement dangereuse pour une fois et il n'y avait pas véritablement de raison de s'inquiéter.
La matinée fut longue pour Scully. Elle ne parvenait pas à se concentrer et à oublier les paroles qu'elle avait entendues. Elle était comme une jeune fille qui baisse les yeux chaque fois que le garçon qu'elle aime croise son regard. Elle avait à peine adressé la parole à son partenaire, même lorsqu'il avait essayé de s'intéresser à ce qu'elle faisait. Parler boulot était le cadet de ses soucis ce matin-là.
Lorsque la pause de midi arriva enfin, Scully se leva, enfila son manteau et se dirigea vers la porte. Mulder la rattrapa avant qu'elle n'ait pu franchir le seuil. Il la regarda fixement quelques secondes avant de lui demander si quelque chose la tracassait. Il ne l'avait pas trouvé dans son assiette ce matin.
Elle répondit, sure d'elle, comme à son habitude, que tout allait bien et qu'il n'avait pas besoin de s'inquiéter pour elle. Ce à quoi il n'avait pas répondu. Il savait que cela ne servait à rien. Il ne lui demanda même pas où elle allait manger. Il avait probablement encore une montagne de travail et allait certainement passer toute sa pause déjeuner au labo ou à passer des coups de fils pour avoir davantage d'explications sur le dossier qu'il traitait.
Si seulement elle avait l'audace de se lancer. Elle serait fixée. Elle l'aurait fait. Ca serait passé et elle n'y penserait plus.
Pendant une heure, elle repensa à la situation devant sa salade verte. Son estomac criait famine; pourtant, elle n'avait pas faim et sentait son ventre se nouer toutes les deux secondes dès que le visage de son partenaire apparaissait dans sa tête.
Elle imagina mille et un plans pour se sortir de cette situation, mille et une astuces pour réaliser ce qui la torturait.
Elle se décida enfin, à passer à l'acte. Si elle ne le faisait pas, il ne le ferait pas. Si elle n'agissait pas, elle rentrerait encore chez elle pendant des jours, des semaines, des mois voire même des années en regrettant toujours un peu plus de n'avoir pas été assez courageuse. Cela ne lui ressemblait pas. Elle n'était pas du genre à se dégonfler! Si Sheila l'avait fait, elle pouvait le faire. S'ils avaient essayé tous les deux, alors elle pouvait essayer avec Mulder.
Elle se prit la tête dans les mains, secouant nerveusement ses cheveux auburn. Qu'elle avait l'air stupide! Si quelqu'un avait pu lire dans ses pensées, on l'aurait traitée de « petite gamine stupide ». Alors que les gens de son âge pensaient au mariage ou aux enfants, elle en était encore à se demander si elle devait tenter ou non d'embrasser un homme dont elle ne pouvait se passer depuis plus de 6 ans! Mais où est-ce qu'elle avait la tête?!
Scully quitta le restaurant, résolue.
Assise à son bureau, elle avait le regard fixé sur un dossier dont elle n'avait rien retenu depuis une heure.
Elle était revenue au bureau, le ventre vide et l'estomac noué. Sa résolution n'avait pas duré longtemps. A peine avait-elle appuyé sur le bouton de l'ascenseur, à peine avait-elle franchi ses portes qu'elle s'était dit que ce ne serait pas possible. Elle ne se voyait pas faire ça. Pas maintenant. Il lui faudrait une bien meilleure occasion.


FIN.

noisette
Doodle de Gillian

Messages : 239
Date d'inscription : 29/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum