CONCOURS AUTOMNE 2010 - FIC N°1 de SamParker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CONCOURS AUTOMNE 2010 - FIC N°1 de SamParker

Message  noisette le Lun 15 Nov 2010 - 9:30

FIC N°1 de SamParker


Une décision perturbante

Je venais de lui dire que j’allais bien. Mais m’avait-il cru, j’en doutais fortement. Impossible de me contrôler, je craquai comme une bleue.
Cette histoire me prenait aux trippes depuis le début. Fallait bien que ça arrive :

- Je vais te raccompagner Scully OK ?
Je n’eus pas le courage de répondre et hochai seulement la tête. Il passa son bras autour de mon épaule et m’entraîna vers la voiture. Je m’y installai et le trajet de retour se passa dans le silence. Lui, concentré sur la route et moi toujours aussi perdue. Que ce serait-il passé s’il n’était pas arrivé. J’étais pétrifiée.
Une main se posa sur mon épaule. Je sursautai, tournai les yeux, nous étions devant chez moi. Il me regarda plein de tendresse et me tendit sa main que je saisis sans vraiment m’en rendre compte. Nous entrâmes dans le corridor et j’ouvris la porte de mon appartement, y entrai et me retournai vers lui :

- Ca va aller, Dana ?
Dana, ce prénom sonnait tellement bizarre dans sa bouche. C’était, si ça l’avait été un jour, devenu tellement rare. Nous deux c’était Mulder et Scully et non Dana et Fox :

- Oui…
Je marquai une pause. Il me regarda d’un air interrogateur :

- En fait, je, enfin, si ça te dérange pas…
- Je vais rester.
- Merci Mulder.
Je m’écartai de la porte pour le laisser rentrer.
- Mais tu sais que tu peux toujours compter sur moi Humm.
- Bien sur mais je ne voulais pas te déranger.
- Oh tu sais je n’avais rien de plus intéressant à faire de toute façon, dit-il sur un ton totalement ironique afin bien sûr de me détendre :
- Eh, ça veut dire quoi ça, répondis-je sur la défensive.
- Ne le prends pas mal, je voulais juste…
- Je sais, dis-je un sourire en coin.
- Mesdames et Messieurs, Scully, le retour !!!
- Tu veux boire quelque chose ?
- Non merci ça va aller.
Nous nous installâmes sur le sofa. Il remarqua que j’étais toujours tendue mais n’y prêta pas attention :
- Mulder…
- Ne te sens pas obligée d’en parler Scully.
- Si, il le faut. Tu sais que je ne suis pas du genre à laisser paraître mes émotions. Mais toute cette histoire m’a perturbée. Même avant de me retrouver face à ce type. Je veux dire Mulder, collectionner des parties de corps humain. Il faut vraiment être malade.
- Je sais. Mais c’est bien là le problème de ces personnes Scully. Ce désir qu’ils ont pour telles ou telles parties du corps humain ne se contrôle pas.
- Hum je sais, c’est juste que c’est inconcevable pour moi c’est tout.
- J’ai bien vu que cette histoire t’avait touchée, tu sais.
- Je ne sais pas comment tu fais pour toujours tout remarquer chez moi.
- C’est parce que je te connais bien.
- Oui sans doute.
- Tu dois être fatiguée.
- Nan ça va.
- Ouais mais il est tard. Alors laisse moi la place je veux dormir…
- Mulder…
- Je ne dors que sur un canapé.
- Ok, c’est toi qui vois.
Je me levai en direction de ma chambre, me retournai vers lui :
- Merci de rester.
- Pas de problème. Bonne nuit Scully.
- Bonne nuit Mulder.
Malgré sa présence plus ou moins proche, le sommeil fût long à venir.
Je n’arrivais pas à occulter cette journée de ma tête. Il me faudrait un moment avant de réussir à trouver le sommeil.
Avais-je rêvé… Je pensais que tout était fini. Je pensais être rentrée chez moi en compagnie de Mulder. Je pensais être sauvée. Mais ce monstre était encore là. S’approchant de moi avec son regard rempli de perversité. Il me désirait. Cela se voyait. Mais que désirait-il en moi exactement.
Je ne pouvais rien faire Il allait prendre ce qu’il voulait et en finir avec moi.
Il était maintenant face à moi son regard s’arrêta à nouveau sur moi et plus particulièrement sur mes cheveux :
- Vous devez prendre grand soin de vos cheveux, n’est-ce pas ?
- Je vous en supplie, laissez moi tranquille.
- Vous utilisez quel type de shampoing ?
- Laissez-moi partir.
- Partir, non je ne crois pas.
Il passa sa main dans mes cheveux, les sentit et m’empoigna…
- Non…
- Ne vous en faites pas se sera pas douloureux.
- Non NOOOOONNNNNN
- Scully, Scully, je suis là c’est rien…
- Mulder.
- Tu as juste fais un cauchemar.
- C’était si réel…
- Mais c’est fini, je suis là… Ok.
Il était là c’était vrai, j’étais chez moi et tout était fini:
- Oui. Merci Mulder.
- Arrête de me remercier Scully.
- Ok.
Il avait prit mon visage dans ses mains. Son regard était plein de tendresse. Depuis que nous nous connaissions notre collaboration du début s’était transformée en amitié.
Cette forte amitié et ce respect réciproque rendaient notre relation particulière.
Il nous suffisait parfois de simplement nous regarder pour nous comprendre.
Sa quête de la vérité était aussi devenue la mienne et même si nos avis divergeaient souvent, ils étaient toujours pris en considération.
Je ne pourrais pas dire combien nous étions restés dans cette position mais lorsqu’il brisa enfin le silence qui s’était installé entre nous, je fis un bond :
- Scu… Oh excuse … Ca va tu es sûre ?
- Oui je suis désolée de t’avoir réveillé.
- Pas de soucis. Si je suis resté là c’est pour toi non ?
- Hum.
- Dana.
L’entendre prononcer mon prénom me fit rire.
- Quoi ?
- Ca fait tellement bizarre de t’entendre m’appeler comme ça.
- Je sais.
- Un peu comme si tu avais quelque chose à me demander… C’est le cas ?
- Non du tout.
Il sourit à son tour et replongea son regard dans le mien. Il était si pénétrant. Pourquoi fallait-il que ce soit ce soir que je m’en rende compte. Je veux dire ce n’était pas la première fois que tous les deux nous passions un moment à nous regarder dans les yeux sans rien dire, mais aujourd’hui c’était différent. Pourquoi, je ne le savais pas mais j’avais l’impression de le découvrir et le sentiment que lui aussi. Cela venait peut être tout simplement de mon état psychologique, mais c’était à la fois bizarre et agréable. Sentir que l’on existe pour quelqu’un en qui on a pleine confiance et que l’on apprécie.
Il lâcha mon visage et me prit les mains. Ses gestes étaient doux. Il cherchait sûrement à me réconforter, mais peut être qu‘il voulait aussi autre chose et si c’était le cas, nous passerions de Mulder et Scully à Fox et Dana. Ses mains caressaient doucement les miennes comme pour les réchauffer malgré le fait qu’elles n’en avaient pas besoin. Si nous ne disions rien sur nos sentiments de peur de perdre ce lien qui nous unissait au lieu de profiter du moment et de laisser venir les choses. Il dut sentir que quelque chose me perturbait car son expression changea. Une de ses mains lâcha la mienne pour à nouveau se poser sur mon visage. Un frisson me parcourut le corps. Son regard se fit de plus en plus profond. Et alors que les secondes passaient et que je m’y perdais de plus en plus son visage se rapprocha doucement du mien. Tous ses gestes étaient réfléchis. Il était sûr de lui. Je fermai les yeux consciente que ce qui allait se passer allait à tout jamais changer nos vies. Mais je ne voulais pas qu’il en soit autrement. Nos lèvres se touchèrent doucement. Une sensation de bien être m’envahit. Peut être que toute cette histoire était en fait un rêve, une invention tout droit sortie de mon esprit perturbé par cette affaire qui avait faillit me faire perdre la tête, mais je me sentais bien.
Il glissa sa main dans mes cheveux. Comment savait-il. J’étais bête, il ne le savait pas mais ce genre de geste avait pour effet de me faire perdre pied. Je tremblai. Il détacha ses lèvres des miennes et je rouvris les yeux. Nos respirations étaient rapides. Il devait pouvoir percevoir les battements de mon cœur qui tambourinait dans ma poitrine.
Un sourire se dessina à nouveau sur ses lèvres. Que voulait-il dire. Je devais le savoir. Je ne pouvais pas rester là à me demander le pourquoi du comment de ce qui venait de se passer. Je baissai les yeux.
Au bout d’un moment il attrapa mon menton et me fit relever la tête :
- Scully, je voulais juste que tu saches. Je serais toujours là pour toi. Je ne veux pas te forcer à faire ce dont tu n’as pas envie. Mais si tu ne veux pas commencer cette aventure avec moi sache que cela ne changera en rien nos relations. Elles resteront telles qu’elles le sont aujourd’hui.
Il me lâcha un peu précipitamment et quitta ma chambre me laissant complètement perdue seule avec cette décision à prendre.
Il avait dit le contraire mais ce qui était sûr, c’était qu’elle changerait à tout jamais nos vies.


FIN.

noisette
Doodle de Gillian

Messages : 239
Date d'inscription : 29/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum