CONCOURS "PREMIERE RENCONTRE : POV SCULLY" - FIC N°4 de DanaK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CONCOURS "PREMIERE RENCONTRE : POV SCULLY" - FIC N°4 de DanaK

Message  noisette le Lun 14 Juin 2010 - 8:37

FIC N°4




GLINGGG !!


Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent sur un couloir sombre, n’ayant aucune fenêtre. S’est-elle trompée ? Pourtant non, c’était bien l’étage qu’on lui avait indiqué. Comment pouvait-il y avoir de la vie dans cet endroit si sinistre : dans un sous-sol ! Quelqu’un traversa le couloir de part et d’autre ; il y avait bien de la vie ici !

Aucune place au doute, il fallait y aller ! Elle avança d’un pas décidé vers le fond du couloir avec tout de même un peu de crainte. Elle ne laissait pas la place à ses questionnements intérieurs sinon elle rebrousserait chemin et après tout c’est elle qui avait choisi de prendre cette mission.


Au fond du couloir, derrière une grande étagère bleue en fer portant de gros cartons scellés, elle aperçut une porte dans un recoin sombre ; c’était de là qu’était sortie la personne qu’elle avait vue de loin. Le bureau du fameux Agent Mulder devait donc se trouver ici.


Elle frappa et ouvrit doucement la porte pendant qu’une voix cynique lui lançait :

- « Désolé il n’y a personne à part le plus mal-aimé des agents du FBI ».

Ça commençait bien !

Où avait-elle atterri ? Est-ce réellement le bureau d’un agent du FBI ?

Un instant arrêtée à l’entrée de la porte à côté d’un meuble à casiers, elle contempla le nouvel univers qui serait certainement le sien pour quelques temps : Des notes éparses punaisées aux murs, accolées à quelques photos bizarres, et au milieu, un étrange poster montrant une soucoupe volante – un OVNI comme diraient certains – avec une grande inscription « I Want To Believe ». Sur les meubles et les bureaux, nombres dossiers et papiers en tout genre s’amoncelaient. Apparemment son nouveau partenaire de travail n’était pas un passionné du rangement ! Un instant elle espéra ne pas devoir ranger tout ce bordel même si, à son sens, cela se révèlera certainement et rapidement nécessaire. Intriguée par toute cette étrange ambiance, elle s’avança de quelques pas et y découvrit un homme travaillant à une table lumineuse pour diapos qui ne daignait même pas lui décocher un regard ne serait ce que pour l’accueillir.

C’est donc lui le fameux agent Mulder ?! Pensa t elle. Je vais me présenter cela l’obligera à considérer ma présence !

Soudain en reposant une diapo, l’agent sursauta comme surpris que quelqu’un ait pu entrer dans son bureau. Etait-il si absorbé par son travail pour ne pas m’avoir entendu entrer ? Pourtant il a répondu quand j’ai frappé à la porte !


- « Agent Mulder ?! », débuta Scully en lui tendant la main par politesse, « Je suis Dana Scully, j’ai été chargée de vous assister … »

- « Oh ce que c’est agréable de se sentir tout à coup considéré et respecté » lança t’il d un ton ironique en guise d’approbation.

Que signifie cette réflexion ? pensa Scully surprise.

- « Dites-moi qu’est-ce que vous avez fait comme boulette pour échouer ici ?», dit-il de nouveau penché sur ses diapos.

Comment pouvait-il croire qu’elle avait pu être sanctionnée d’une manière ou d’une autre par ses supérieurs pour se retrouver ici ?! Elle qui avait toujours été dévouée et impliquée dans ce qu’elle faisait.

Piquée dans sa fierté, Scully répondit :

- « J’en sais rien mais j’avais envie de travailler avec vous », pensant dévier la conversation en lui disant du plus sérieusement du monde qu’elle avait beaucoup entendu parler de lui, ce qui évidemment attira l’attention de son futur partenaire qui voulut en savoir plus. Cependant, elle ne s’attendit pas à recevoir une réflexion cinglante – et un peu paranoïaque – sur le doute qu’elle pourrait être là juste pour l’espionner. Après tout, ce n’était pas tout à fait faux, repensant à son entretien avec les « grands patrons ». C’était l’une de ses missions mais elle refusait intérieurement de jouer les « agents infiltrés » dont le seul but serait de faire fermer les affaires non classées. Piquée au vif, Scully tenta de se justifier en parlant de ses qualifications … mais Mulder la coupa aussitôt lui montrant qu’il s’était déjà bien renseigné sur elle ! Et c’est elle qui est accusée de l’espionner, c’est le comble ! pensa t elle. Après avoir farfouillé dans un des tas de papiers, il sortit un paquet de feuilles : c’était une copie de la thèse de physique de Scully. Il semblait amusé par ce qu’elle avait rédigé avec tout son cœur et fut dépitée de sa réaction ne sachant comment le prendre. Se moque t il de mon travail ? Pour qui se prend-il ?

D’une froideur destinée à cacher son énervement naissant, Scully lui dit :

- « vous avez pris la peine de lire ça ? ».

Pourquoi avait-il lu sa thèse ? N’avait-il pas assez d’infos sur elle comme ça ? En quoi son travail avait-il pu l’intéresser ?

- « Bien sûr et j’ai apprécié »,
répondit Mulder retournant à ses diapos avant de lui balancer une nouvelle pique :

- « en général dans mon travail, les lois de la physique sont rarement respectées ».

Pendant que Mulder allait éteindre la lumière, Scully, bras croisés, essayait de prendre un peu de recul sur ce début de rencontre, mais elle commençait à s’insupporter des piques incessantes de son futur partenaire et fit un rapide point sur la situation. Pourquoi avait elle accepté cette affectation ? N’était ce pas une grosse bêtise ? Elle qui avait tant de qualifications ! Comment pouvait-elle se retrouver là dans cet endroit sinistre avec ce personnage tant critiqué ?la réputation de ce dernier n’entachera t’il pas la sienne à l’avenir ?
Mulder la fit sortir de ces pensées :

- « N’empêche que je veux quand même connaitre votre diagnostic là- dessus ».

Bizarre ! Pourtant on dirait qu’il compte bien m’impliquer dans son enquête ! Se rapprochant de l’écran de rétro projection, elle écouta avec attention l’histoire de cette jeune fille retrouvée morte dans la forêt de l’Oregon avec 2 marques dans le bas du dos.

- « Dr Scully pouvez-vous identifier ses marques ? ».

C’est le moment de prouver mes compétences, se dit-elle.

Elle observa avec attention les 2 points rouges visibles sur le dos du cadavre et dit :

- « ça ressemble à des traces de piqûres, de morsures animales, » se retournant vers lui, cherchant une réponse dans son regard de peur que ce soit juste un test de sa part, puis reprit :

- « … ou d’électrocution peut-être ».

Mulder changea de diapo en lui demandant si elle s’y connaissait en chimie. Scully détailla alors, avec étonnement, la structure étrange de la molécule affichée.

- « Elle est organique »

Mais dubitative, elle propose :

- « Ou alors une sorte de protéine de synthèse », en se retournant vers Mulder afin d’avoir une meilleure réponse.

Mais en fait, il n’en avait pas et lui expliqua qu’il avait déjà rencontré ça dans d’autres affaires. Scully lui demanda alors s’il avait la moindre théorie ce qui le fit sourire.

- « J’ai beaucoup de théories ! » dit-il en se rapprochant d’elle d’un air à la fois amusé mais en même temps suspicieux mais de quoi elle ne le savait pas.

- « … mais peut être pourriez vous m’expliquer pourquoi la police du bureau enregistre ces cas en tant que phénomènes inexpliqués et les range aux oubliettes » reprit il.

Ça y est nous y revoilà, pensa Scully.
En même temps, elle fut déstabilisée par le changement d’attitude de Mulder qui venait de passer d’un discours neutre de présentation de l’enquête à un ton transpirant une sorte de suspicion, peut-être même teinté de paranoïa.

- « Croyez-vous à l'existence des extraterrestres, agent Scully ? »

Scully préféra rester prudente et se raccrocha à ce qu’elle maitrisait sur le bout des doigts et ce qui l’avait toujours rassurée : la Science.

- « En toute logique, je devrais vous dire non, », agacée par la tournure des événements ce qui eut l’air d’exaspérer Mulder.

- «… étant donné les distances qui séparent les régions les plus éloignées de l’espace, l’énergie requise pour les traverser excède les capacités d un vaisseau spatial », expliqua t’elle convaincue de sa démonstration.

- « argument bien connu » argue t'il et allant s’assoir sur le bureau pendant qu’elle écoutait attentivement la suite. « Vous savez que cette jeune femme est la 4ème étudiante de sa promotion, la 4ème à mourir dans des circonstances mystérieuses. Quand la science conventionnelle ne vous apporte aucune réponse, est-ce que l’on ne doit pas en fin de compte introduire le fantastique dans le champ des plausibilités ? ».

Scully fut un peu ébranlée, même si elle le cacha très bien comme elle avait toujours su le faire, par ce qu’il avançait, cependant il n’avait peut-être pas tout à fait tort dans ce qu’il disait. Mais s’en était trop pour elle, elle ne pouvait pas y croire et donc appuya avec force de persuasion une éventuelle erreur dans le rapport et commença à s’énerver :

- « Moi ce que je trouve fantastique c’est que certains croient qu’il existe des réponses en dehors du domaine des sciences ! Toutes les réponses sont ici ! Il suffit de savoir où regarder».

Mulder semblait amusé de cette réaction et la nargua d’un :

- « On devrait appeler le FBI : le FBoeil !! »

Ce qui ne fit que faire monter encore plus Scully en pression mais elle se tut ne jugeant pas utile d’envenimer encore plus la situation !!

Un fois retourné à son bureau, Mulder lui lança :

- « Allez à demain agent Scully et bon pied bon œil !! », se retournant juste pour lui jeter un regard furtif que Scully eut du mal à interpréter, mais elle se plut à penser que cela marquait une trêve dans leur discussion houleuse et qu’au final cet homme si cynique n’était peut-être pas si austère à sa présence …

- « … nous partons pour le très plausible état de l'Oregon à 8H pile ! », conclut-il
en se remettant à ses diapos


Scully resta plantée là un instant. Qu’est-ce qu’il pouvait l’énerver ! Déjà ! Mais qu’est-ce qui lui plaisait bien au fond (déjà) son nouveau partenaire. Scully laissa échapper un léger sourire à cette pensée, accompagné un regard tendre en direction de son partenaire de nouveau concentré sur sa tâche. Bref instant de lâcher-prise : après tout, personne ne pouvait la voir – elle ne risquait rien – puis se décida à partir.

Sur le chemin du retour, elle se dit qu’en effet son nouveau travail ne serait pas facile. D’ailleurs, il lui faut au plus vite rejoindre Ethan pour annuler leur weekend en amoureux. Mais au plus profond d’elle, elle savait que ce n’était pas grave, qu’elle devait suivre son nouveau partenaire coûte que coûte …

C’était peut-être son destin après tout …

Non voyons c’est ridicule !



FIN

noisette
Doodle de Gillian

Messages : 239
Date d'inscription : 29/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum