[ Loss / Gat / EVERYME / Goldy ] La vérité sur les Golden Globes (partie 2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Loss / Gat / EVERYME / Goldy ] La vérité sur les Golden Globes (partie 2)

Message  noisette le Lun 10 Mai 2010 - 10:44

La Vérité sur les Golden Globes: Partie 2
Une fanfiction de: Loss, Gat, EVERYME et Goldfish




Récapitulatif:

Ses yeux s’étaient habitués à l’obscurité.
Il remonta le ventre de Gillian avec sa langue et arriva à l’armature de son soutien-gorge.
Elle attendait tout de lui. Ca le déstabilisait, mais il aimait ça.

Ce jeu ça avait longtemps fonctionné entre eux deux.
Je t’aime... moi non plus… tu me hais… va-t-en.
Il avait toujours gagné, et voilà que pour la première fois il perdait.

Il se leva brutalement du canapé et prit la main de Gillian qui le regarda d’un air dubitatif. Comme si elle doutait de son… amour ? Oui il s’agissait d’amour ce soir.
Il prit sa main et monta rapidement les escaliers.
Ils s’engouffrèrent tous les deux dans la chambre et David claqua violemment la porte.

[---]

Cette nuit là, David parvint à rendre Gillian véritablement heureuse pour la première fois de sa vie. Ils firent l'amour plusieurs fois, chaque fois avec plus de passion et d'intensité dans leurs rapports. Les caresses se multipliaient, accompagnées par de langoureux baisers. Leurs corps ne faisaient plus qu'un, leurs âmes s'unissaient pour atteindre un idéal qu'ils n'avaient jamais osé imaginer. Ils n'avaient plus de secret l'un pour l'autre.
Une dernière fois, ils atteignirent l'extase, avant de s'endormir dans les bras l'un de l'autre, la couverture recouvrant seulement le bas de leur corps...

----------------------------------------

- LE LENDEMAIN MATIN: 2° JOUR –

Le soleil filtrait entre les rideaux, venant caresser doucement son corps.
La senteur de sa peau était imprégnée en elle. Jamais elle n'oublierait cette nuit.
Sortant doucement de sa torpeur, elle esquissa un sourire. Les yeux encore fermés elle chercha sa présence à tâtons... mais elle était seule. Une sensation glacée lui parcouru l'échine. Elle ouvrit les yeux, mais un bruit familier, apaisant, lui parvint aux oreilles. Le bruit de la douche.

Mais ce moment de bonheur fut vite interrompu par la sonnerie du téléphone de David.
Elle décrocha et fut accueillie par une voix perçante*

"Alloo Davidounet!! C'est Téa!"

Il ne bougeait pas.
L'eau chaude dégoulinait doucement le long de son corps et son esprit était vide.
Il était apaisé, et se disait que Gillian devait être dans le même état.

"Gillian c'est vous??!"

C'était comme si a voix stridente de Téa avait éclaté sa bulle de bonheur.... et menaçait également de lui éclater les tympans.
Essayant de prendre une vois détachée elle répondit tant bien que mal.

"Bonjour, hum, désolée David n'est pas là, il a oublié son portable chez moi et..."

"GILLIAN SWEETHEART, TU VEUX BIEN VENIR ME FROTER LE DOS?"
David: hey tu me réponds?

*attrape une serviette et sort de la salle de bain*

David: déjà au téléphone? Mais tu te fatigues jamais?!

*vient s'allonger près d'elle*
Gillian perdit toute couleur du visage. Elle regardait David, déchirée entre l'envie de jeter ce maudit portable et de ne rien dire et la nécessité de lui dire... Perdue dans son regard, elle en oublia les cris perçants de Téa, ses jurons, ses menaces de mort... Le portable lui glissa des mains. David en profita pour l'embrasser et, sans même jeter un œil au portable, coupa la connexion
Il coupa le téléphone et se mit à embrasser Gillian qui semblait préoccupée.
Il posa son front sur le sien et la regarda.
David: ahmmm... quelque chose ne va pas? Tu as appris une mauvaise nouvelle?
Il fit un mouvement de tête vers le téléphone comme pour lui demander plus de précisions.
Gillian avala difficilement sa salive. Elle n'osait plus regarder David dans les yeux. Il aurait été si simple d'ignorer Téa, de faire comme s'il ne s'était rien passé.
Elle gagnait peu à eu le cœur de David... lui annoncer ça maintenant l'éloignerait surement d'elle. Mais qu’adviendrait-il s'il apprenait la vérité?
Elle n'osait se l'imaginer.
Prenant une grande respiration, elle plongea son regard dans le sien*

"C'était Téa..."

David: Tu veux du thé? Okay je vais t'en faire je reviens!

Il descendit du lit et se dirigea vers la porte. Il s'arrêta au bout de quelques secondes et se retourna.

David: oh... qu'est ce qu'elle a dit?
*Prise de court, Gillian le regarda avec des yeux ronds*

"Elle... elle veux me découper en rondelles"
David: o_° ahem elle t'a dit qu'elle voulait te découper en rondelles ou elle te la fait comprendre OU elle n'a rien dit du tout?

*silence*

David: est ce qu'elle a au moins demandé à me parler?
Gillian: "Oui elle a dit exactement: "Tu t'approches encore de mon Davidounet je te découpe en rondelles et te donnes à manger à mon hamster".
Hum non elle n'a pas demandé à te parler, elle était trop occupée à m'insulter"
Il posa ses fesses sur le bord du lit, prit sa tête entre ses mains, et se mit à marmonner des choses inintelligibles.
Il se retourna brusquement vers Gillian qui se demandait si elle devait se barrer ou aller vomir un bon coup.

David: des tartines! Je suis sûr que tu veux des tartines!

Il descendit rapidement les escaliers oubliant le téléphone sur le lit.


[DRIIIING DRIIIING DRIIIIIING]
La sonnerie la fit sursauter.
Regardant le téléphone comme s'il allait l'attaquer, il lui fallu quelques instants pour réagir.
Elle enroula le drap autour d'elle et dévala l'escalier.

"David tu ferais mieux de répondre, je crois que Téa ne m'aime pas trop..."
Il était là avec une spatule dans la main et juste une serviette blanche autour de la taille. Ca lui donnait un air con mais mignon.
Gillian sourit comme elle a l'habitude de le faire, en baissant la tête.

David: que se passe-t-il? Ca a encore sonné? Tu sais, je ne préférerais pas lui parler... Puis surtout elle n'a même pas demandé à ME parler! Tu penses qu'elle sait quelque chose?

Gillian: Nonnnn bien sur que non! Elle adore me téléphoner pour m'insulter et me menacer.

*Lève les yeux au ciel*

Gillian: "Elle t'a entendu m'appeler dans la douche, je pense que c'est suffisant... "

*La sonnerie s'arrête*
La serviette glissa à ses pieds. Il leva la tête avec un air blasé et regarda Gillian qui ricanait en remettant ses cheveux derrières ses oreilles.

David: la journée commence très bien!

*silence*

David: bon je pense que si elle ne rappelle pas... c'est qu'elle a saisi?
Gillian (toujours vêtue de son drap) s'avança vers lui et passa ses bras autour de sa taille.

"Je pense... mais est ce que tu pense qu'une femme saine d'esprit serait capable de renoncer à toi aussi facilement?... Non pas que je trouve qu'elle ait l'esprit très sain, mais bon elle a des yeux"
David: tu as de véritables œillères... regarde moi!

Il se mit à tourner sur lui même et un rire sincère échappa à Gillian qui s'excusa tout en restant hilare.
David se mit à rire lui aussi.

David: nan nan ne rigole pas. Regarde-moi! Sincèrement, il y a 2 jours on était à une soirée où il doit y avoir les plus beaux mecs de la Terre, et fais moi confiance, je ne suis pas à la première place!
Gillian l'examina de la tête aux pieds. Son regard pénétrant le fit rougir.

Gillian: "Et moi je ne voyais que TOI"

Avec un sourire éclatant, elle passa sa main dans ses cheveux, et rapprocha brusquement son visage du sien pour l'embrasser passionnément. Puis le souffle court, elle posa son front contre le sien.

Gillian: "Pourquoi doutes-tu autant de toi? Tu es le plus bel homme que j'ai jamais connu... mais pas seulement, tu es intelligent, drôle, attentionné (enfin dans tes bons jours) *rire* et.... tu sais rendre une femme heureuse au lit"
Elle se mit à rougir
Il la fixa un moment.

David: tu as quand même osé te marier presque sous mes yeux hein...
Gillian: "Et tu voulais que je t’accompagne pour choisir la bague de Téa...»

*Silence*

Gillian: "Hum, désolée....
Je... je ne pensais pas que tu t'intéressais à moi à l'époque..."
David: si je m'intéressais à toi... en fait tu m'exaspérais... on peut appeler ça de l'intérêt non?

Gillian baissa la tête et se mordit la lèvre inférieure.

David: qui plus est, nous ne sommes pas allés à la bijouterie donc la seule coupable ici d'avoir trahi notre confiance commune, certes non avouée mais naissante, c'est toi.
Gillian a toujours la tête baissée

Gillian: "Si j'avais eu conscience de tes sentiments, je t'assure que les choses auraient étés différentes... Je suis tellement désolée."

*Le regarde dans les yeux*

Gillian: "Je t'aime, je ne veux pas te perdre"
Il était appuyé sur le plan de travail de la cuisine et regardait dans le vide.
Il baissa la tête.
David: ce qui est fait est fait de toute manière. C'est comme ça.

Une larme coula sur la joue de Gillian. Elle avait un regarde vitreux. Comme si elle n'était plus là.
David se redressa d'un bon.

David: bon c'est pas tout ça mais j'ai froid moi! Tu veux bien surveiller les œufs qu'il y a sur le feu? Je vais aller m'habiller!
Gillian lui colla un baiser sur les lèvres et s'éloigna pour aller surveiller les œufs, pendant que lui filait à la salle de bain.
Quelques minutes plus tard, il la rejoignit dans la cuisine sans faire de bruit. Il s'approcha d'elle et l'embrassa doucement dans le cou pendant qu'elle s'occupait des œufs sur le feu. Elle se retourna et le regarda droit dans les yeux.

Gillian: "Tu sais, je crois que tu devrais parler à Téa. Une fois que ça sera terminé, que tu lui auras dit, alors on sera enfin tranquille."
Il s'éloigna un peu et alla s'asseoir à un des tabourets.

David: tu crois que c'est une bonne idée? Ce sera bénéfique pour qui? Sûrement pas pour moi... je pense qu'elle va me le faire payer... Quoi que même si je ne l'appelle pas, elle est capable de me le faire payer.
Gillian posa une assiette pleine sous son nez. Elle fit un mouvement pour aller s'asseoir en face de lui mais fut retenue par ses bras autour de sa taille et se retrouva sur ses genoux.

"Alors nous en sommes venus à la même conclusion. Et plus vite tu le feras, plus vite nous serons tranquilles"

*Elle lui déposa un baiser sur la joue*
David: je ne sais pas...

Il jeta un regard furtif vers son assiette

David: oh prends la si tu veux, je n'ai plus très faim. Je crois que je vais aller faire un tour...

Il se leva pour aller chercher les clés de voiture.
Gillian le regarda d'un air triste puis elle se leva aussi pour le suivre.*

Gillian: "Je viens avec toi"

Il la regarda avec un grand sourire, comme pour la remercier d'être là. Non, il n'avait pas envie de se promener seul. Il lui prit la main et tous deux sortirent de la maison.
Il prit la place du conducteur et commença à rouler.

David: je te préviens, je ne sais pas du tout où nous allons... Si tu as une destination en tête, je t'écoute!
Gillian prit une grande inspiration.

"Nous devrions aller voir Téa. Je ne me sentirais pas tranquille tant que tu ne lui aura pas parlé"

Elle prit sa main dans la sienne.
Il freina brusquement et se gara sur le côté.

David: Tea?! Au début je sortais pour me détendre hein... pas pour aller voir Tea.

*silence*

David: Bon... t'as vraiment besoin de ça?
Gillian rougit et baissa la tête.

Gillian: "Je... je suis inquiète. J'ai peur de te perdre. Tu va partir à la fin de la semaine?"

Elle avait les yeux rougis par des larmes qui menaçaient de couler.
David: oui je vais être obligé de partir... je peux pas rester éternellement chez toi. Et puis je commence déjà à manquer de fringues!

Il caressa la joue de Gillian en souriant.

David: Je ne sais pas vraiment ce que je vais faire après. J'ai l'impression étrange que ma vie a été mise sur pause...

Il soupira et jeta sa tête en arrière sur le dossier.
Gillian lui rendit son sourire, un sourire empreint de tristesse et d'espoir.

"Tu sera toujours le bienvenu chez moi....."

Elle caressa sa joue et l'embrassa.

Gillian: "Nous pourrions peut être passer chez toi, prendre quelques vêtements..."
Il lui embrassa la main et redémarra le moteur.
Il roula quelques minutes, s'arrêta devant une bijouterie et sortit de la voiture en souriant comme un gamin.
- La Bijouterie -

David: allez sors de la voiture!
Les yeux ronds, Gillian le regarda comme s'il lui était poussé une deuxième tête. Un infime espoir traversa ses pensées, mais elle n’osait trop espérer. Elle sorti lentement de la voiture. David lui prit la main, mais elle était comme paralysée.

"Pourquoi sommes-nous là?"
Il lui prit la main et entra dans le magasin. puis se retourna vers elle brusquement.
David: donne moi une des bagues que tu portes et retourne à la voiture je te rejoins.

Il s'adressa à un homme situé de l'autre côté du comptoir.
David: je cherche une bague. Pas trop grosse, pas trop petite. Pas clinquante mais pas banale. De l'argent, pas d'or. Un peu comme... celle là!

Il montra un anneau en argent surmonté d'un petit diamant et donna la bague de Gillian au vendeur.
David: c'est pour le tour de doigt...
Les mains tremblantes, Gillian triturait fébrilement le tissu de sa robe.
Elle attendait patiemment le retour de David. La jeune femme n'osait laisser exploser sa joie. Mais pouvait-elle en espérer autant de David? Le doute la rongeait.
Dans un sursaut, elle entendit la portière du conducteur s'ouvrir. David était de retour.
Il lui rendit la bague en la remerciant et redémarra une nouvelle fois le moteur.
Ils passèrent les 15 minutes suivantes silencieux et arrivèrent devant la villa imposante de David.


- Villa de David -

David: bon, je monte chercher quelques vêtements. Sers-toi un truc à boire, fais comme chez toi.
Encore légèrement troublée, Gillian mit un instant avant de comprendre ce qu'il lui disait.
Elle se dirigea vers le bar et leur rempli deux verres. Ses mains tremblaient encore légèrement... elle aurait du manger avant de partir!
Balayant l'immense living room des yeux, son regard fut attiré par une photo au cadre finement orné. Elle s'en approcha et ses yeux s'embuèrent. C'était une photo d'elle-même et de David.
Sa voix derrière elle la fit sursauter.
David: alors la visite se passe bien? Oh merci pour le verre

Ils se mirent à boire tous les deux puis un silence gêné s'installa.

David: bon bah j'ai pris des affaires, on peut y aller. A moins que tu ais envie de rester?...
"Je ne sais pas. Tu aimerais que je reste?"

Son regard en disait long.

"Mais je n'ai pas de rechanges. Tu as tout de prêt alors nous devrions peut être retourner chez moi. A moins que ça ne te déranges pas que je me balade nue chez toi"

Ils se mirent à rire.
David: bah on peut se poser un peu si tu veux. Tu veux piquer une tête?

Il montra d'un signe de tête la piscine chauffée derrière la baie vitrée
Gillian était plus détendue, elle lui adressa un sourire éclatant.

Gillian: "Avec grand plaisir!
Tu as un maillot pour moi?"
David: ah non désolé! Puis si j'avais un maillot de bain de fille chez moi, tu pourrais te poser des questions!
Tout les deux étaient au bord de la piscine. David était déjà en maillot de bain.

Gillian: "C'est vrai... ça me rassure!
Ne me dis pas que c'est une excuse pour me voir à nouveau nue?
Bon et bien allons y..."

Elle commença à défaire sa robe.
David rigolait comme un con dans cette piscine chauffée qui fumait.

David: allez plonge! Je te promets de ne rien regarder!

Il se mit les mains sur les yeux.
Gillian riait de le voir dans sa piscine à se cacher les yeux comme s'il ne l'avait jamais vue nue.
Elle fit glisser le reste de ses vêtements au sol.

"Bouh!"

Elle venait de se glisser derrière lui et s'accrochait à ses épaules.
David sursauta, se retourna et la prit par la taille en gigotant ses pieds dans l'eau pour ne pas couler.

David: waou mine de rien, ça fait faire du sport ce truc!

Il se mit à couler. Du moins c'est ce qu'il voulait lui faire croire...
Gillian se mit à rire.

"Hey! Ne m'abandonnes pas!"

Elle ne voyait pas que David faisait semblant de couler, et passa ses bras autour de sa taille pour le soutenir.
Il remonta à la surface et repris sa respiration quand ils entendirent un claquement de porte.

David: merde! Qu’est ce que c'est que ça! T'as invité quelqu'un? o_O
Gillian: O_O

"Qu'est ce que c'est?! Nonnn j'ai invité personne!"

Gillian commençait à paniquer, elle était nue dans une piscine avec David et quelqu'un allait débarquer à tout moment.

*Voix lointaine et perçante*

"DAVIDDDDDDDDDDDDD!!!!!!!!!!!!!!!!!! JE VAIS TE TUER!!!! Où ETES VOUS TOI ET TA TRAINéE???"
David: oh putain!

Il chopa Gillian par la taille et l'entraina sous l'eau dans un coin de la piscine.
Ils n'entendaient qu'un bruit sourd venant de la surface. Gillian commença à paniquer. Il lui prit le visage entre les mains et lui lança un regard réconfortant.
Prise de panique, Gillian s'accrocha déspérément à David. Evitant de bouger le plus possible.
Elle entendait les vibrations des pas de Téa s'approcher. Ses poumons étaient comprimés. Elle avait besoin d'air. Il suffit d'un regard à David pour qu'il comprenne. Il colla sa bouche contre la sienne pour partager son souffle.
Ils sentaient que les pas s'éloignaient et la porte claqua à nouveaux. Ils remontèrent à la surface et reprirent leur souffle pendant une bonne vingtaine de secondes.

David: pfiou c'est pas passé loin... elle est complètement hystérique... Faudra que je prenne l'habitude de verrouiller ma porte d'entrée moi.
Gillian osa un coup d'œil en direction des portes. Téa était hors de vue.

G: "Doucement.... "

Elle entendait Téa mettre la maison sans dessus dessous.

G: "Et c'est cette "hystérique" comme tu dis, que tu comptais épouser?"
David: oui... y a son physique pour compenser!....
C'était comme s'il venait de lui envoyer une gifle en plein visage.

"Alors... c'était pour ça la bague?"

Elle commençait déjà à s'éloigner de lui.
David: tu te poses vraiment trop de questions... profite au lieu de, sans arrêt analyser tout ce qui se passe. Regarde, on est en train de détruire mon mobilier en ce moment et je reste zeeeeen!
A cet instant, Gillian aurait tout donné pour pouvoir sortir de cette piscine.

"Non j'ai besoin de savoir... réponds moi. Est ce que tu comptes l'épouser?"
Il était déstabilisé, regardait à droite à gauche.

David: écoute, on en parlera quand on sera au sec et surtout au calme. Mais sache que je ne t'ai jamais menti
Gillian commençait à trembler, un froid parcouru son corps, l'eau ne parvenait pas à la réchauffer.

"Bien sur que tu ne m'as jamais menti... tu ne m'as rien dit"
David: je pense que tu as dû remarquer que je ne suis pas quelqu'un qui s'exprime beaucoup. Et puis je constamment coupable! Moi je ne t'ai pas embêté avec ton soi-disant copain!
C'en était trop pour cette fois. Gillian regarda si Tea était toujours là. Quand elle la vit monter les escaliers, Gillian sortit de la piscine, furieuse, ramassa ses affaires et commença à se rhabiller aussi vite qu'elle le put sans même s'essuyer.

"Je savais que je ne pouvais pas te faire confiance" cria-t-elle puis elle éclata en sanglots. "Je n'aurais jamais dû croire à tes prétendus sentiments".

Elle se tenait là, au bord de la piscine comme au bord d'un grand précipice. Tout semblait vide autour d'elle. Elle n'entendit même pas Tea redescendre comme une furie dans la pièce qui donnait sur la piscine.
Il sortit de l’eau, prit une serviette et recouvra le corps grelottant de Gillian.


Tea le regardait à travers la baie vitrée. Elle ouvrit la bouche pour parler, mais elle se contenta de lever les yeux au ciel comme si elle venait d’entrevoir une scène qu’elle avait déjà vue. Elle déposa quelque chose sur la table basse et partit en claquant la porte.

David se mit à frotter Gillian.

David : écoute, enlève ces fringues, tu es trempée, fais preuve d’un peu de bon sens… Si tu prends mal tout ce que je dis je n’y peux absolument rien…

Il regarda autour de lui comme s’il cherchait une solution ;
David : et puis comme tu veux ! Je ne vois vraiment pas pourquoi je perds mon temps ! Ouais je perds mon temps à te rassurer sur tout. Moi je n’ai droit à rien, et toi tu te conduis comme une princesse qu’on aurait contrariée !


Il partit précipitamment vers le living room.
Gillian le suivit, en colère plus que jamais.

"Eh!! Ce n'est pas moi qui te donne de faux espoirs depuis 2 jours et même plus que ça! Ce n'est pas moi qui suis allée acheter une alliance pour mon "copain"!!!"

Elle lui lança un death glare.

"Je ne te comprends pas. Ca fait deux jours qu'on est vraiment ensemble. On a passé une nuit extraordinaire et il faut que cette pétasse vienne encore tout gâcher en te faisant tourner la tête?!"

Gillian donna un coup de pied dans la table basse qui se renversa, avec le mystérieux objet dessus...
Une petite enveloppe tomba au sol.
David se rua dessus, l'ouvrit et sortit un test de grossesse... positif.

David: what... the... fuck?!
Gillian poussa un hurlement de rage et fondit en sanglots.

"Tu m'as juré qu'il ne s'était rien passé encore entre vous, que vous n'aviez pas... que vous n'aviez..."

Elle ne put terminer sa phrase. Cette idée la rendait complètement malade. Mais le pire, c'est que David lui avait menti, l'avait trompée, avait trompé sa confiance...
David: hey ! Calme-toi! Bon on l'a fait... une fois. Et en plus, c'était il y a plus de 6 mois, quand on s'est rencontré pour la première fois... Si j'étais impliqué dans cette affaire, elle serait enceinte jusqu'aux yeux!

Il se jeta sur le canapé.

David: j'en ai plus que marre...
Elle se jeta dans le canapé à côté de lui.

"C'est moi qui devrais en avoir marre, pas toi!"
Il tourne la tête vers Gillian.

David: fais ce que tu veux. Pars. Reste. Je ne dis plus rien.
"Tu n'es qu'un lâche, incapable d'affronter qui que ce soit. Je sais très bien que tu n'as pas envie d'être prisonnier de cette femme hystérique toute ta vie, mais tu es incapable de le lui dire et incapable de me dire que tu n'en as pas envie, non tu préfères lui offrir une bague de fiançailles pour te faire pardonner et me jeter comme une vieille chaussette!"

*Gillian se lève du canapé*

"Moi je sais ce que je veux dans ma vie. Puisque tu ne veux pas faire du chemin avec moi, oui David, je m'en vais"

Elle se dirige vers la porte, sort de la maison et ouvre la portière de la voiture.
David: excellente continuation à toi.

Il partit sur le patio pour s'allumer une clope.
Gillian regarda une dernière fois vers la maison de David, au cas où il aurait décidé d'arrêter de faire le con, mais personne n'en sortit, alors elle monta dans sa voiture... Elle roula un bon quart d'heure avant de faire demi-tour. Elle avait changé d'avis...

Si elle voulait récupérer David, ca ne servait à rien d'aller se morfondre chez elle. C'est chez son ennemie qu'il fallait qu'elle aille...
Il finit sa clope et sentit comme un malaise.
Gillian ne rentrerait pas chez elle.
Il chopa les clés de son 4x4 et fonça chez Tea.
Arrivé devant la maison hollywoodienne type de "l'autre" femme, il ne fut bizarrement pas étonné de voir la voiture de Gillian stationner.

Il entendit des cris provenant de l'intérieur de la maison et couru vers l'entrée.

David: Tea... Mais qu'est ce que c'est que ce putain de bordel? D'abord premièrement, Gillian, qu'est ce que tu fous ici? Deuxièmement Tea, qu'est ce que tu foutais chez moi tout a l'heure?

Tea: J'avais un petit cadeau pour toi il me semble

David: nan c'était plutôt un ramassis de conneries pondu par ton cerveau hypertrophié. Prends un lexomil, ça arrangera pas mal de monde!

Il se retourna vers Gillian en attendant une réponse
Gillian s'adressa à David avec un air très sérieux:

"Je suis venue parler à ta chérie, il me semble que je lui dois des explications et qu'elle m'en doit également. C'était une conversation dont tu n'avais pas à te mêler! De toute façon, on a terminé, n'est-ce pas?

Elle se retourna vers Tea qui acquiesça.

"Nous avons discuté, en essayant de ne pas trop hurler, et nous nous sommes mises d'accord. Puisqu'on ne peut pas continuer comme ça, nous avons décidé ensemble que c'est TOI qui allais devoir faire un choix! Ou tu choisis, ou tu nous perds toutes les deux!"

Elles regardèrent David avec leur regard pressant, chacune espérant intérieurement qu'il allait la choisir...
David: c'est une blague?

Il remarqua les sourcils froncés chez les deux jeunes femmes.

David: Nan mais sincèrement vous en êtes réduites à me laisser le choix? Mais ouvrez les yeux, vous ne vous rendez pas compte que peut-être que je ne mérite aucune de vous deux!

*silence*


David: si vous vous attendez à une réponse de ma part vous ne l'aurez surement pas devant vous deux. Je vous respecte bien trop pour ça, contrairement à ce que vous pouvez penser. Quant à toi Gillian, je te prierais de te renseigner quand tu prétends avoir des preuves soi-disant fondées, parce que la bague était pour toi. J'me casse.

Il claqua la porte d'entrée.
C'était comme si elle avait reçu un coup de poing. Il lui semblait que tout l'air de ses poumons s'était échappé, la laissant livide et paralysée.
Seuls les cris de Téa parvinrent à la sortir de son état de choc.
Sans réfléchir elle se mit à courir à la suite de David. Parvenue à l'extérieur elle eut tout juste le temps de voir la portière de sa voiture se refermer.
Il alluma une clope au volant et décida d'aller se saouler la gueule dans un de ces fameux bars lounge de L.A.


Dernière édition par noisette le Mar 11 Mai 2010 - 8:18, édité 2 fois

noisette
Doodle de Gillian

Messages : 239
Date d'inscription : 29/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Loss / Gat / EVERYME / Goldy ] La vérité sur les Golden Globes (partie 2)

Message  noisette le Lun 10 Mai 2010 - 10:46

Il s'arrêta devant la vitrine éclairée de néons et rentra au milieu de cette ambiance feutrée et mondaine remplie de jeunes et moins jeunes rigolant, pensant que ça ferait fuir leur solitude.

C'était l'endroit idéal.
Gillian laissa Tea se morfondre. Elle appela le plus vite possible un taxi. Il fallait qu'elle retrouve David avant que tout soit perdu!

La bague était pour elle, mais comment avait-elle pu être aussi conne?!!! Pourquoi avait-elle cherché des explications, pourquoi avait-elle pressé David pour qu'il parle? Pourquoi? Bien sûr qu'il n'allait pas lui dire en sortant de la boutique: tiens cette bague est pour toi! Veux-tu m'épouser?!

Gillian retomba les pieds sur terre quand le taxi arriva
Il commanda un verre de sky d'un ton blasé.

Une jolie fille lui fit un signe auquel il répondit poliment.
Il se trouvait pathétique mais il n'attendait plus rien de bien.
Il n'avait plus rien à perdre.
Gillian monta dans le taxi. Elle savait que David n'avait pas pu aller bien loin. Elle se doutait bien aussi qu'il n'était pas rentré chez lui, Tea ou elle aurait pu le retrouver trop facilement.

Alors elle demanda au chauffeur de taxi d'arpenter toutes les rues qu'elle connaissait où David était susceptible de se rendre. Il aurait surement besoin d'un endroit plein de monde où personne ne se serait soucié de lui.
Le barman lui servit un deuxième sky.

David: je sais que j'ai l'air désespéré, mais je n'ai pas commandé de deuxième verre.

Barman: ça vient de la dame là bas.

Il montra du doigt Gillian qui inspectait le bar avec une certaine appréhension.
Elle finit par se rendre compte que David la regardait et devint cramoisie.
Elle lui adressa un sourire timide et lui montra qu'elle était désolée. Ils restèrent comme ça quelques secondes puis il se décida à lâcher la pétasse blonde à côté de qui il se trouvait pour la rejoindre. Gillian appréhendait ce qu'ils allaient se dire. Cette fois, elle ne voulait rien gâcher.
David s'approcha d'elle avec un léger sourire. Il n'arrivait pas à être totalement agréable. Il voulait lui faire payer...

David: comment m'as tu trouvé?
Gillian baissa les yeux, honteuse.

"Je t'ai cherché dans tous les environs, je savais que tu ne rentrerais pas chez toi et j'ai vu ta voiture"

Elle releva la tête sans oser vraiment affronter son regard.
Il s'accouda au bar et se mit à regarder autour de lui
David: bah voila, je suis là. Merci pour le verre, tu voulais me saouler? J'avais pas besoin de toi pour ça...
Gillian baissa la tête à nouveau.

"Décidemment, je fais tout de travers. Je ferai mieux de m'en aller et de te laisser avec la jolie blonde. Tu avais raison, je suis trop stupide!"
Il montra la blonde de la tête.

David: cette blonde? Je ne la connais pas. D'après mon radar ultra perfectionné, elle cherche quelqu'un pour la nuit. Et toi?
Gillian osa enfin lever la tête et regarda David droit dans les yeux. Il vit qu'elle avait des larmes plein les yeux.

"Et moi je cherche quelqu'un pour la vie"
David: c'est pas dans un de ces bars pour bobos prétentieux qu'on trouve l'âme sœur, crois moi.

Il remarqua la tristesse transparaitre sur le visage de Gillian.

David: tu fais quoi? Tu vas rentrer chez toi? Regarder un DVD et t'endormir devant?
"Je pense qu'une bonne comédie romantique pourrait m'achever et m'empêcher de souffrir le martyr jusqu'à la fin de mes jours"

Elle lui sourit timidement.
David: moi je vais me regardé un film de mecs. Genre Terminator. Une connerie comme ça.

Il déposa un billet sur le comptoir en criant un "gardez la monnaie" au barman.

David: je vais rentrer. Passe une bonne nuit...
Gillian posa sa main sur son bras et le regarda fixement.

"Tu ne veux pas me laisser une chance?"
David: c'est-à-dire? Explique-moi ce que c'est que de te laisser une chance. Te laisser une chance encore de trouver un truc à me reprocher? Te laisser une chance de m'enfoncer? Explique-moi.
"Une chance pour te dire que je suis désolée et que je ne me suis jamais sentie mal de ma vie"

Elle le regarda les joues pleines de larmes.

"Tout à l'heure, chez Téa, je ne savais plus ce que je faisais, je ne me contrôlais plus. Et tout à l'heure, quand tu es entré dans cette bijouterie, j'étais heureuse d'abord, puis j'ai douté, comme toute femme pourrait douter quand elle sait qu'elle a une rivale potentielle"
Il hocha la tête.

David: okay. Je t'ai écoutée. Je comprends.... Je ne pense pas que je vais rester le reste de la semaine chez toi. Il me semble que ce soit préférable que je reste seul.

Il prit sa veste et l'enfila.
"C'est bien ce que je dis, tu ne me laisses aucune chance. Dans ce cas, ca ne sert à rien que j'insiste, que je te supplie, que je te dise que j'aurais dit "oui"..."
Il se met à chuchoter et se rapproche du visage de Gillian.

David: tu t'attendais à quoi? Je reviens sans arrêt vers toi mais là c'est allé trop loin. J'en ai marre du climat de suspicion qui règne quand tu es avec moi. Je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi tu t'accroches parce que quand tu es avec moi, on dirait que tu me hais.
"J'ai des doutes tout le temps parce que tu ne me parles pas et avec ton humour, j'ai toujours l'impression que tu te moques de moi, que tu ne veux pas de moi.

Et puis quand est-ce que tu es revenu vers moi? Hein?

Maintenant, si tu n'acceptes pas mes excuses cette fois-ci, tant pis, je n'ai plus envie de me battre. Tu peux te la garder ta bague!"

Elle se leva aussi et prit sa veste.
Il l'interrompit et l'embrassa longuement.
Il la regarda et sortit du bar pour se diriger vers sa voiture.
Elle resta immobile quelques secondes, savourant ce baiser puis regarda David s'en aller! "Le con" pensa-t-elle. Mais c'était plus fort qu'elle. Elle savait que si elle ne le rattrapait pas, ça serait terminé pour de bon! Alors elle sortit à toute vitesse du bar et cria:

"David, attends!!!"

Elle s'immobilisa un instant. Il la regarda. Elle s'approcha doucement, n'étant pas sure de sa réaction et elle l'embrassa.
David baissa la tête.

David: je ne te propose pas de monter dans la voiture vu qu'il y a la tienne garée à quelques mètres... Tu veux faire quoi ce soir? Toujours ta comédie romantique?
"Oui, je ne vais pas risquer de me la faire enlever une deuxième fois par la fourrière en 3 jours..."

*Elle rit*

"Eh bien... la comédie romantique me tente toujours en fait, mais pas seule..."
Il lui sourit du coin de la bouche.

David: bon bah... on va chez toi. Monte dans ta voiture et je te suis avec la mienne...tu es d'accord?
Elle lui sourit en retour.

"D'accord."

Elle l'embrassa furtivement et monta dans sa voiture. Il la suivit jusqu'à chez elle. Tout le long du chemin, elle repensa à ces trois jours. Allaient-ils enfin pouvoir se poser ne serait-ce qu'une minute pour profiter du temps à passer ensemble au lieu de s'engueuler pour des conneries? Puis elle repensa à la bague... Elle n'oserait pas en reparler. Elle ne voulait pas le brusquer... Elle attendrait, mais elle savait qu'elle était prête, quoiqu'il arrive.
Ils s'arrêtèrent devant la maison de Gillian.
David sortit de sa voiture et aperçut Gillian sortir de la sienne.

David: et merde... on était partis chez moi pour que je prenne des fringues et je les ai oubliées...
Gillian s'approcha de lui.

"T'en fais une tête! Tu as changé d'avis?"

Il lui expliqua pour les vêtements.

"Je te propose qu'on aille les chercher demain matin, tu n'as pas besoin de vêtements pour cette nuit"
David: tu me prêtes une de tes nuisettes?
"Je dois bien pouvoir t'en retrouver une du temps où j'étais enceinte si tu veux grande folle"

Ils explosèrent de rire ensemble. Elle glissa ses mains derrière son cou et approcha son visage en le regardant droit dans les yeux.

"Tu serais très sexy, y a pas de doute"
David: je sais que tu as un côté lesbienne non avoué. Mais je te préviens tout de suite, je ne changerai pas de sexe.

Il lui caressa la joue et lui mit les cheveux derrière les oreilles pour mieux la regarder.
"Je sais, ça doit être pour ça que j'attire autant de fans du sexe féminin que du sexe masculin et qu'elles répètent 'GAY FOR GA' à longueur de journée"

Elle se mit à rire, le regarda droit dans les yeux et l'embrassa.

"En attendant, ce soir, ce n'est pas avec une femme que j'ai envie de me retrouver au lit"
David: ouais moi j'attire pas les mecs, j'sais pas si c'est bon signe.

Il lui sourit et lui fit un clin d'œil. Il mit son bras par dessus l'épaule de Gillian et commença à avancer vers l'entrée.

David: bon alors t'as choisi ta comédie romantique ?
"Oui, mais c'est une surprise!" *Elle lui adressa un clin d'œil*

----------

Chez Gillian

Ils étaient assis sur le canapé, la tête de Gillian reposait sur l'épaule de David.
Le film commençait tout juste... le générique indiquait "4 mariages et un enterrement".
David: ooh un classique. Nostalgique de l'Angleterre?
Gillian lui sourit avec un pincement au cœur.

"Oui, Londres me manque beaucoup... Je t'y amènerais un jour si ça te dis"
David: ouais ce serait avec plaisir... Mais tu ne me laisseras pas conduire, je risquerais de provoquer un accident. D'ailleurs même quand je ne conduis pas je provoque pas mal d'accidents plus ou moins graves...

Il baissa la tête et se craqua les doigts nerveusement.
Ils en étaient arrivés à la scène où Hugh Grant se retrouve coincé dans une chambre où un couple fait l'amour*

Gillian rit. Plus pour ce qu'il venait de dire que pour la scène. Elle tourna vers lui un visage rayonnant.

"D'accord pour Londres... Tu ne peux pas savoir à quel point ça me fait plaisir!"

Elle posa tendrement sa main sur les siennes pour stopper ses mouvements nerveux.

"Détends toi, tout va bien... et tu n'a encore rien cassé"

Elle lui déposa un baiser sur les lèvres.
David: oui du moins pour le moment...

Il esquissa un sourire presque triste après le baiser de Gillian.

David: excuse-moi si je ne suis pas très démonstratif. J'ai pas mal de choses en tête.
Gillian senti que quelque chose n'allait pas. Elle passa sa main sur sa joue*

"Ca ne vas pas? Qu'est ce qui t'arrive?
David: il s'est passé beaucoup de choses ces derniers jours. Je suis un peu dans une sorte de transition bizarre. Les changements ça me fait toujours un peu peur. Mais je pense que ça va passer...

Il prit la main de Gillian et la porta jusqu'à ses lèvres.
Les mots de David la déstabilisèrent un instant. Elle prenait conscience de l'importance de cette semaine. Une légère angoisse s'insinua en elle. Elle avait toujours eu confiance, toujours su que David était le bon... mais avait elle fait le bon choix?
Mais lorsqu'elle croisa son regard toute angoisse s'envola. A partir de maintenant elle arrêterait de trop se poser de questions.
Il lui sembla qu'elle était parvenue à lui transmettre ses pensées.

"Tout ira bien"

Elle l'embrassa longuement. Tout deux ne virent pas le film s'achever.
Le portable de Gillian sonna.
David eut un rictus légèrement sarcastique.

David: va répondre, c'est peut-être ton mec.
Gillian: <_<

Elle fixa le téléphone un instant. Effectivement c'était son "mec" qui l'appelait.
Elle le prit d'une main, puis fixa David droit dans les yeux et coupa le téléphone.
Envoyant le téléphone valser quelque part au coin du canapé, elle passa ses bras autour de son cou et l'embrassa passionnément.
Il détacha ses lèvres des siennes [pour respirer quand même quoi] et l'observa en rigolant.

David: c'était qui? Ton "mec"? Largue le quand même non? Au lieu de l'éviter...
Gillian: "oui... Je ne sais pas quoi faire... j'ai essayé de lui faire comprendre, mais il s'accroche."

Elle se glissa sur ses genoux et passa sa main dans ses cheveux.

"Tu pense qu'on pourrais lui présenter Téa?"
Il explosa de rire.

David: le présenter à Tea? Ouais pourquoi pas... En parlant de Tea, j'aimerais bien savoir de qui elle est enceinte quand même...
Gillian: "Peut être que mon "mec" *fait les signes de guillemet* l'a mise enceinte?"

Ils rirent ensemble.

Gillian: "Non, je te promet que je lui parlerais. Je ne veux plus que quelqu'un se mette entre nous"
David hocha la tête en se mordillant la lèvre inférieure.

David: ouais c'est une bonne chose... et officiellement on dira quoi? Tu vois très bien ce que je veux dire par "officiellement"...
Gillian hocha lentement la tête.

"Hum... je ne pense pas que ça sera une grande surprise. Tout le monde pense que nous sommes ensemble depuis longtemps. Je n'ai pas envie que nous nous cachions"
David: je ne sais pas... j'ai pas non plus envie qu'on nous harcèle. C'est gênant. Je n'ai pas forcément envie de répondre à des "alors? Ça dure depuis quand?" ou encore "comment votre rencontre s'est déroulée?"...
Gillian posa la tête sur son épaule. David resserra son étreinte.

"C'est vrai... mais je ne sais pas toi, mais personnellement on me harcelle déjà pour ça, ça ne changera pas. Et si nous laissions faire les choses? Ne nous cachons pas, mais ne disons rien."
David: je préfère ne rien dire si ça ne te dérange pas. Du moins le temps que ça s'éclaircisse avec Tea. J'ai pas mal d'affaires à moi chez elle...
Gillian senti une vague de panique monter en elle. Elle enfouit son visage dans la nuque de David pour lui cacher sa confusion. Non elle n'allait pas tout gâcher avec ses suspicions.

"D'accord..... Mais... je pensais que ça n'avait pas été sérieux avec elle..."

Son ton se voulait dégagé, mais sa voix la trahis.
Il embrassa Gillian dans la nuque.

David: je n'ai pas un franc succès avec la gente féminine. Pas que je sois atrocement moche, mais quand on est un peu solitaire, pas facile de se socialiser... Elle était là et ça m'a fait du bien.
Gillian leva lentement les yeux vers lui. Une grande tristesse s'empara d'elle.

"Je suis là maintenant"
David: ouais...

Il lui sourit d'une manière un peu froide mais involontaire.

David: waou le film est fini, c'est passé vite! T'as prévu autre chose après?
Elle se leva de ses genoux et s'esquiva. Il la regarda avec un air interrogateur. Elle monta les escaliers pour s'introduire dans la chambre. Là, elle enfila une petite nuisette sexy et redescendit dans le salon.
David la regarda descendre les escaliers.

David: hey on avait dit que c'était pour moi la nuisette sexy!
David: tu l'avais achetée pour qui cette nuisette?
Elle le regarda d'un air malicieux.

^^

"Ca, je ne te le dirai pas..."

Elle s'approcha dangereusement de sa proie.
David: waou j'espère que tu l'as lavée depuis la dernière fois où tu l'as mise parce que c'est pas une nuisette qu'on met quand on va se coucher a 20h30 après un chocolat chaud...

*tête de 10 pieds de long pour Gillian*

David: je plaisante, je sais que tu as une hygiène irréprochable...
"Ouais, c'est mon habitude de ne pas me laver et de ne pas laver mes vêtements après une folle nuit d'amour. C'est pour garder une trace de mes chéris"

^^

Elle le regarda en se moquant de lui et s'assit sur ses genoux, face à lui.
Il la prit par la taille pour la rapprocher de lui.

David: oh tu es fétichiste en plus. On en apprend tous les jours!
"Ouais, tu ne savais pas? Tu ne t'es jamais demandé pourquoi tous tes slips disparaissaient dans ta roulotte?"

Elle plaqua ses lèvres contre les siennes.
David: alors déjà je ne porte pas des slips, je porte des boxers! Apparemment tu n'es pas une fétichiste très observatrice!
"Mais non ce sont des slips je t'assure!!!"

Elle se recula brusquement et s'arrêta. Elle regarda David avec des yeux ronds.

"Si ce ne sont pas tes slips, alors à qui sont-ils????" 0_o
David: je sais pas si je dois avoir peur ou me foutre de toi là.

Il explosa de rire.
Elle explosa de rire avec lui

"Je préfère ne pas savoir!"

Elle glissa ses mains sous le t-shirt de David.
David: aaaaaaaaarghhh o_+ =_O t'as les mains gelées ><
Avec un sourire malicieux, Gillian se mit à lui chatouiller les côtes.

"Aller avoue que les slips des shtroumpfs que je collectionne sont à toi!"
David prit un air choqué.

David: j'avoue quand j'avais 7 ans, ma mère m'achetait des slips comme ça. Mais j'ai changé depuis hein!

Il lui fit un grand sourire.
Gillian lui rendit son sourire.

"Oui maintenant tu est passé aux simpsons.
Et bien je pense qu'un enquête s'impose."

Elle glissa ses mains vers sa ceinture.
David: toi t'arrives toujours à trouver un truc pour me foutre à poil! Tu pourrais donner des cours à beaucoup de mecs. On a souvent du mal à trouver une raison pour déshabiller une fille!
Gillian: O_O

Elle éclata de rire.

"Trouve la fermeture éclair de ma nuisette, et tu l'aura ta raison"

Elle l'embrassa passionnément.
Il passa ses mains sur le dos de Gillian en cherchant la fermeture à tâtons.

David: gnnn... attends... ouais... trouvée! Bon alors la raison!
Gillian pris une voix d'hôtesse de l'air.

"Félicitations! Vous venez de gagner un ticket pour passer une nuit d'amour avec Gillian Anderson"
Il la regarda avec les yeux écarquillés.

David: c'est bizarre tu as parlé d'amour dans ta phrase mais le ton laissait penser tout le contraire.

Il vit l'air mi-étonné mi-triste de Gillian, comme si elle cherchait une explication à ce qu'il venait de dire.

David: je sais pourquoi tu fais tout ça. Parce que dans un sens tu as peur que je foute le camp. Alors viens là.

Il lui prit la main, l'embrassa et la fit asseoir sur le canapé alors qu'il se mettait à genoux sur le carrelage blanc du living room.
Prenant ses mains entre les siennes, il la regarda fixement.

David: je ne m'en irai nulle part. Tu comprends ça?
A ces mots, les yeux de Gillian s'étaient emplis de larmes.
Elle le regarda longuement dans les yeux, puis hocha lentement la tête
"Je t'aime"

Elle passa ses bras autour de son cou et lui murmura à l'oreille.

"Je t'aime tellement... jamais plus je ne douterais de toi"
Il était dans ses bras. L'odeur que sa nuque dégageait le rassurait. Il prit une grande inspiration et se remit face à Gillian.

David: désolé, je me drogue.

Il lui fit un sourire amoureux.
Gillian lui rendit son sourire. Essayant de lui montrer tout son amour. Mais ce n'était pas suffisant...

"Tu n'as pas à être désolé"

Elle l'embrassa avec passion. Des larmes de joie coulaient sur ses joues.
Puis sans un mot, elle se leva, lui pris la main et l'entraina vers sa chambre.

noisette
Doodle de Gillian

Messages : 239
Date d'inscription : 29/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Loss / Gat / EVERYME / Goldy ] La vérité sur les Golden Globes (partie 2)

Message  noisette le Lun 10 Mai 2010 - 10:49

- 3° JOUR -

Il ouvrit les yeux brutalement comme si une masse s'était abattue sur lui.
Il tourna la tête à droite et aperçut Gillian allongée sur le ventre. L'atmosphère était tellement humide qu'il eut l'impression de respirer de l'eau.

Il se leva lentement et alla à la salle de bain pour se passer de l'eau sur le visage.
Un bruit de pas résonna dans la chambre.
Encore à moitié endormie, Gillian se glissa derrière David.
Elle déposa un baiser sur son dos et passa ses bras autour de sa taille.

"Bonjour"
David sursauta.

David: bonjour? T'es matinale... Il doit être à peine 4 heures du matin.

Il se retourna.

David: je sais pas ce que j'ai... je ne me sens pas très bien...
"Je ne pouvais pas dormir sans ma bouillote"

Elle lui sourit mais son visage était pale.

"Qu'est ce qui t'arrive? Tu es malade?"

Elle passa sa main sur son front. Il était brulant.

"Tu devrais retourner au lit"
Il fronça les sourcils, baissa la tête et s'appuya sur le lavabo.

David: nan nan... je sais pas... j'ai la tête qui tourne... On a bu hier soir?
Gillian l'entoura de ses bras pour le tenir.

"Non... non nous n'avons rien bu."

Elle fronça les sourcils.

"Sauf quand nous étions chez toi"
David: bon... bah je ne pense pas que ce soit lié à la boisson...

Il prit une inspiration douloureuse.

David: mphh... j'ai un gros trou noir. Tu m'as assommé ou quoi?

Il lui lança un sourire fatigué.
Gillian, ne comprenais pas. Elle passa sa main dans ses cheveux à la recherche d'une bosse.

"Non je t'assure que je n'ai rien fait"

Elle le transporta jusqu’au lit.

"Je ne comprend pas. Tu as l'impression qu'on t'a assommé? Mais nous sommes seuls ici..."
Il s'allongea et regarda le plafond.

David: mon dieu... la pièce tourne!
Gillian commençait à paniquer. Elle passait fébrilement ses mains sur son visage dans une tentative de l'apaiser.

"Je vais appeler un médecin"
Où as tu mal? Je ne comprends pas... tu pense que quelqu'un serait entré cette nuit?"
Il tourne la tête pour la regarder.

David: Nan, n'appelle pas de médecin, j'ai mal nulle part... j'ai juste l'impression d'être dans du coton. Et j'ai pas les yeux en face des trous... Tu te sens pas mal toi?
Gillian avait déjà le téléphone en main.

"David ce n'est pas normal. Je n'ai rien fait, tu ne t'es pas assommé, nous n'avons pas bu.
Est ce que tu as entendu du bruit cette nuit ou ce matin?"

Elle se passa fébrilement la main sur le front.

"J'ai de légers vertiges, mais je me suis levée trop rapidement, c'est normal..."
David: je me souviens juste m'être réveillé en sursaut à cause de quelque chose. Et toi tu t'es réveillée à cause de quoi? De moi?
Gillian: "Oui... je ne sentais plus ta présence et j'avais froid. Tu ne sens pas un courant d'air?"
Il grelottait.


David: si je suis gelé... mais je pensais que c'était ma fièvre. Tu penses à quoi au juste?
Elle remonta la couverture sur lui. Et sans un mot, se précipita hors de la pièce.
Elle revint quelques instants plus tard, le visage blême.

"La Véranda est grande ouverte... quelqu'un est entré"
Il se leva d'un coup et tomba sur la moquette de la chambre.

David: mpphhh... heureusement qu'il y a de la moquette ici...

Gillian l'aida à se relever et le fit asseoir sur le lit.

David: tu es sûre pour la véranda? Tu avais peut-être oublié de la fermer hier soir.
Gillian faisait les cent pas*

"Oui... oui j'en suis sure. Elle était fermée. Et je ne laisse jamais ouvert la nuit"

Elle s'arrêta brusquement, quelque chose attira son œil... un morceau de papier posé sur la table de nuit.

"Il y a quelque chose"

Elle désigna le morceau de papier d'un mouvement de tête, mais n'osa pas s'en approcher.
David tourna la tête vers la table de nuit.

David: Je vois trouble alors il va falloir que tu lises ce truc... qui peut-être était là hier soir. C'est peut-être tout simplement une liste de courses que tu as laissée là.
D'une main tremblante, Gillian prit le morceau de papier et le lut silencieusement. Une fois sa lecture achevée elle se laissa tomber sur le lit.

"Ce n'est pas une liste de courses..... C'est Ed, mon "copain"... Il est furieux... Tu avais raison, j'aurais dû lui parler"
Il se mit à rire bruyamment.

David: et il m'a fait quoi? Il m'a injecté quelque chose? Parce que je ne pense pas qu'il m'ait frappé...

*silence*

David: il a écrit qu'il voulait te parler?
Gillian n'osait plus croiser son regard... elle se sentait tellement honteuse.

"Non... il dit que nous le découvrirons assez vite. Il dit que ce n'est pas grave mais que ça pourrait le devenir si tu ne t'éloignes pas de moi. Apparemment toute discussion est exclue..."
David: oh...

Il sourit encore.

David: décidément rien n'est fait pour que nous soyons ensemble... Quoi que Tea s'était calmée puisque vous m'aviez demandé de faire un choix. Choix que j'ai fait d'ailleurs... Mais sincèrement je me vois mal me battre avec un mec qui irait jusqu'à mettre en danger la vie de la personne dont il est soi-disant amoureux. Parce qu'entrer par effraction chez toi, étant donné qu'il ne savait pas que j'étais là, c'est plutôt grave...
Gillian lui souris tristement

Gillian: "Je ne veux pas que tu te battes. Il n'y a que toi... Je t'aime, je veux passer le restant de mes jours avec toi, et ce n'est pas un psychopathe à la con qui pourra se mettre entre nous."

Elle se leva brusquement et s'agenouilla devant lui.

"Et si nous partions à Londres?"
Il regarda Gillian en souriant.

David: à Londres? Tu penses franchement qu'ils vont déplacer le tournage à Londres? Mais sinon je n'aurais pas dit non...
Gillian: "Et si nous y allions pour quelques temps? Pour les vacances? J'étouffe ici, j'ai besoin de partir un peu"

Elle lui prit les mains.

"Et je te promet que je vais lui foutre la peur de sa vie à cet idiot. Je vais le menacer de le poursuivre en justice s'il ne te laisse pas tranquille"
Il secoua lentement la tête de gauche à droite.

David: je suis sûr que si on part, tu ne reviendras pas.
Gillian: "Non, je te le promet... A moins que tu ne souhaites rester là bas"

L'espoir se reflétait dans ses yeux. Elle l'embrassa.

Gillian: "Quoi que nous fassions je resterais avec toi"
David: en toute honnêteté, non. Je ne souhaiterais sûrement pas rester là bas si on venait à partir.

Il vit Gillian baisser les yeux.

David: j'aime bien le côté complètement artificiel de cette ville. C'est la Saint Trous du Cul tous les jours ici. Il suffit de sortir de chez soi pour le voir. C'est comique d'ailleurs.
Gillian ne parvenait pas à cacher sa déception. Un léger sourire s'étira sur ses lèvres, mais ressemblait plus à une grimace qu'autre chose.

"C'est justement ce que je n'aime pas ici... Je ne dis pas que je déteste vivre là... mais je suis également très attachée à Londres. J'ai grandi là bas."

Elle prit une grande inspiration.

"Et si nous partagions notre temps entre Londres et ici?"
Il avait un air blasé qui n'arrivait pas à partir.

David: tu peux pas imposer ce genre de train de vie à ta fille qui grandit et qui je pense, malgré le fait que je ne sois pas un expert en la matière, a besoin de repères...
Par dépit, elle baissa les yeux.

"Je sais... Et de toutes façons tant que je jouerais dans la série je resterais ici"

Elle lui prit la main sans le regarder.

"Enfin peut être que pour les vacances... à l'occasion"
Il rigola pour détendre l'atmosphère et se releva pour s'asseoir contre la tête de lit.

David: bon bah y a toujours un psychopathe qui veut me tabasser et plus si affinités!

Il fit un sourire cynique jusqu'aux oreilles.
Gillian sourit malgré elle et lui caressa la joue.
Sans dire un mot elle prit le téléphone et parti dans une autre pièce.
Depuis la chambre David l'entendit crier comme il ne l’avait jamais vu faire. Des insultes, des menaces se déversaient en un flot continu.
Au bout de quelques minutes Gillian revint dans la chambre, le sourire jusqu'aux oreilles. Elle s'assit près de David et l'embrassa.

"Je pense que nous n'avons plus rien à craindre"
Il l'observait avec étonnement.

David: par pitié, même si on jour tu me détestes, ne me parle jamais comme ça.

Il se cacha sous la couette.
Gillian ris de le voir si intimidé. Elle se glissa sous la couette et lui sauta dessus.

Gillian: "Je te promet que je ne te parlerais jamais comme ça... sauf si tu décides de retourner vers Téa"

Elle rit et reprit vite son sérieux.

"Hey on dirais que ça va mieux!"
Il sortit de la couette, tout décoiffé.

David: ouais ça va un peu mieux pour quelqu'un qui ne sait pas ce qui lui est arrivé et qui s'est réveillé à 4h du matin. MPhhh... Câlin...

Il se blottit contre le ventre de Gillian.
Gillian lui caressa les cheveux, il couvrait son ventre de baisers.
Enfin détendue, elle senti le sommeil la gagner à nouveau.

"Hummff je t'aime..."

Réveil toujours en sursaut. J'en ai marre de toujours me réveiller comme si je faisais un arrêt cardiaque. Je me retourne, je la cherche. Personne. Super, soit elle est repartie avec son mec, soit elle est partie tout court, soit elle est partie chercher un p'tit déjeuner (soyons positif, pensons à la 3e possibilité)

Je sors du lit, je vais voir dans la salle de bain. Personne. Encore.

Je cours dans les escaliers.


David: GILLIAAAAAAAAAAAAAAAN?

Et là j'attends une réponse. Comme un con.
Je nous ai préparé un bon petit déjeuner. Rien de tel après la nuit que nous avons passé.
Mes écouteurs sur les oreilles, une fleur à la main, et le plateau déjeuné de l'autre j'ai réussi à trouver un bon équilibre. Le pauvre je veux lui épargner un réveil avec tout le déjeuner renversé dans le lit.
Avec mille précautions, je sors de la cuisine et me dirige vers l'escalier quand...
BAM!

Ohhhh nonnnnn David je vais te tuer!!!!

"David?!"

Son casque sur les oreilles. SON CASQUE SUR LES OREILLES. C'est pour ça qu'elle ne me répondait pas. Et pour couronner le tout je viens d'entrer en collision avec le magnifique petit déjeuner qu'elle m'a préparé. Je vais sentir le café jusqu'à la semaine prochaine. Mais j'm'en fous. Elle est belle. Ouais.

David: tu essaies de me bruler au 3e degré?

Je lui souris. Elle pourrait croire que je lui en veux.

Ahhhhh mais quel ravissement que d'être couverte de Nutella! Adieu ma belle nuisette!

"David... Nonnn bien sur que non! Je voulais te faire la surprise.
Tu m'as fait peur!"

Je me penche pour ramasser les restes de notre petit déjeuner et...

"AIE!"

Foutue tasse brisée! Maintenant j'ai le doigt qui saigne.

Merde, elle vient de se couper à cause de moi maintenant.
Je lui attrape le doigt, je le lèche pour aspirer le sang. Elle me dit que je suis taré mais je ne l'écoute même pas.

David: va mettre ton doigt sous l'eau froide et désinfecte. Ca va aller mieux. Moi je nettoie notre foutoire.

Je le regarde lécher mon doigt, comme hypnotisée. Il est fou de faire ça,mais ce geste me touche profondément.

Gillian: "Merci"

Je l'embrasse brièvement et pars vers la salle de bain désinfecter mon doigt meurtri.

J'essuie tout le Nutella renversé dans les escaliers.
Je fais ça machinalement, je pense à autre chose. Le robinet dans la salle de bain. Elle est près de moi mais je me demande ce qu'elle peut penser de tout ça. Du fait qu'on est très heureux mais qu'on a aussi pas mal d'emmerdes pour X ou Y raisons.

David: j'ai fini de nettoyer! Je retourne faire un autre p'tit dej. Des tartines?

"Oui je veux bien! Merci!!"

Il nous prépare un autre petit déjeuner. Il est adorable!
Si seulement nous n'avions pas toutes ces emmerdes... je me demande ce qu'il en pense.
Dernier coup d'œil à mon reflet... j'ai vraiment l'impression de n'avoir jamais été aussi heureuse.
Je descends et le retrouve dans la cuisine en train de préparer des œufs brouillés. Je me glisse silencieusement vers lui et le surprend en l'enlacent par derrière.

"Tu es un amour. Merci pour tout"

Elle glissa ses mains autour de moi. Pendant une fraction de seconde j'ai cru que c'était ce malade mental qui revenait me fracasser le crâne.

Elle me remercie. C'est dingue, à l'écouter on croirait que je suis l'homme parfait. Faut qu'elle arrête, je vais finir pas y croire.

David: t'as fait la lessive, femme?

Allait-elle me mettre une droite? Vu sa tête elle est en train de choisir entre baffe et bisou.

Typiquement David.... Je prends un air faussement choqué.
Seul David est capable de me donner envie de l'étrangler et de l'embrasser jusqu'à ce qu'il ne puisse plus prononcer de telles phrases.

Je souris malgré moi et prend une voix grave.

"Femme remue toi un peu! Tu me la fais cette omelette?!"

Et une petite claque sur les fesses au passage...

Elle rêve celle la.

David: nan ce sont des œufs brouillés! S’pas une omelette!

Elle me regarde d'un air de dire "c'est la même chose, ducon." mais nan c'est différent. Il faudra que je lui donne des cours de cuisine.
Je finis c'est putain d'œufs, je les lui sers dans une assiette magnifique. Elle sourit comme si je lui avais offert des bijoux. Note à moi-même: après une dispute, lui faire des œufs.

David: je ne mange pas hein, j'essaie de me remettre des brûlures au café bouillant.

Je fais semblant de chouiner. Ca l'exaspère. J'adore ça.

Et voilà qu'il se met à chouiner.... Il m'a bien cernée. Ca m'exaspère, mais comment lui résister?

Gillian: "Tu es trop faible? Ohhhhh Davidounet chéri!!"

Je contourne la table et m'assoie sur ses genoux. Je l'embrasse sur le front et lui présente une fourchette pleine.
Je sais que j'ai l'air d'une mère poule. Mais l'expression embarrassée sur son visage est irrésistible.

Mais qu'est ce qu'elle me fait?

David: j'ai pas faim, m'man.

Je me lève. C'est vrai quoi, merde, on dirait qu'elle fait manger un gosse.
Je me sers un jus d'orange, je le bois d'une traite, après quoi je soupire comme un gamin de 4 ans.

David: tu fais quoi aujourd'hui? Des rendez vous?

Il a l'air d'un gamin perdu... Ca m'exaspère autant que ça m'attendris.
Si j'ai des choses à faire....? Oh non j'allais oublier!!
Je perds totalement le fil de la réalité à son contact!

Gillian: "Ohh nonn! J'allais oublier! J'ai cette séance photo cet après midi!"

Encore un après midi de perdu!

Bon, bah je sens que je vais passer une journée en solitaire...

David: oh... c'est pour quel magazine?

Elle serait pas en train de me mentir?...Ca y est, ça m'a rendu paranoïaque l'intrusion de cette nuit. Ceci dit, il y a de quoi.
Il a l'air déçu et... méfiant. Bizarre.
Arg faut que j'arrête de m'imaginer des choses!

Gillian: "C'est pour FHM... ils vont encore vouloir me faire poser en sous-vêtements"

Je déteste ça! Si seulement je pouvais annuler et rester avec lui.

Gillian: "Tu veux venir?"

David: te voir à poil devant une trentaine de personnes? Nan merci je préférerais éviter ça...

Je réagis sans doute très mal. Elle a peut-être besoin de moi. Mais je me vois mal l'accompagner. Les gens se poseraient trop de questions. Tant pis.

Je dois dire que j'ai du mal à cacher ma déception. Je déteste faire ce genre de choses, un peu de soutient aurait été le bienvenu.

Gillian: "Je ne serais pas à poil! .... et... ça m'aurait fait plaisir... ce n'est jamais agréable d'être exposée comme ça. Voir quelqu'un que j'aime parmi tout ces gens m'aurais fait du bien..."

Et voilà je rougis maintenant. Je ferais mieux d'aller me préparer au lieu de me ridiculiser comme ça.

David: bon, je t'accompagne... mais j'espère que ça ne va pas durer plus de 2 heures...

Je me surprends à faire des efforts. Ca me rend dingue d'agir comme ça. C'est peut-être ça l'affection, l'amour même. Oh les grands mots...
Note à moi-même numéro 2: arrête de philosopher sur des choses que tu ne connais pas.

Et ben! En voilà une surprise!

Gillian: "Qui êtes vous et qu'avez vous fait de David Duchovny?"

Je pense que mon sourire a enfin réussi à le contaminer. J'adore le voir sourire.

Gillian: "Merci! Et peut être qu'avec un peu de chance tu pourra choisir ma tenue"

Je lui fais un clin d'œil et l'embrasse longuement.

Davis: arrête de me faire sourire. J'dois pas te sourire. Je dois te faire souffrir.

Je lui pince le ventre doucement. Elle déteste ça, ça lui fait peur.

David: te faire souffrir. Ouais je sers qu'à ça, c'est bien connu.

Elle me crie dessus en me suppliant d'arrêter sinon...

David: sinon quoi? A part toi j'ai pas vraiment de choses à perdre.

Il va me le payer, il va me le payer.... il va... QUOI?!
Bon on arrête de se tortiller Gillian!
Est ce que j'ai bien entendu? Rien à perdre sauf moi?.... wow on ne m’avait jamais fait de telles déclarations. Et pourtant il semble tellement détaché... typiquement David. Je déglutis péniblement et passe mes mains sur ses joues.

Gillian: "David je... est ce que tu te rends compte de ce que tu viens de me dire?.... c'est l'une des plus belles choses qu'on m'ai jamais dit...
Je sais que je te donne parfois l'impression que je doute de tes sentiments et que tu me fais souffrir.... mais c'est faux! Je doute parfois, mais c'est parce que j'ai tellement peur de te perdre... j'ai douté au début, mais plus maintenant"

Je me serre dans ses bras.

Gillian: "J'ai un aveu à te faire.... je crois que je suis en train de tomber amoureuse"

Elle "croit"?!
Ca me foutait les boules tout ça...
Je passe mon temps à lui montrer une sorte d'indifférence presque palpable. J'en ai besoin. Sans ça, je suis une larve. Et elle dit qu'elle croit m'aimer.
Je devrais m'en foutre.
Elle "croit". Mais qu'est ce qu'elle fout là alors? Enfin plutôt qu'est ce que je fous là, vu que je suis accessoirement chez elle.
Merde, marre que ma connerie me revienne comme un boomerang dans la gueule.

Bon, adoptons un ton posé, calme, zen.


David: heu... tu crois?

Tiens tiens... aurais je réussi à casser sa façade?
Sa panique est palpable, vais je encore le torturer?
Je le regarde droit dans les yeux.
Tu vois ce que ça fait maintenant!

Gillian: "Est ce que tu pense que si je n'étais pas sure nous aurions passé autant de temps ensemble? Que je me serais fait autant de mauvais sang pour toi cette nuit? Que je me serais battue pour toi?
Regarde-moi bien"

Je prends son visage entre mes mains et le rapproche du mien

Gillian: "Je t'aime... ce que je ressens est tellement fort... jamais je n'ai ressenti de telles choses envers quelqu'un... c'est tellement fort que ça m'effraye parfois... mais dans le bon sens...
J'ai envie de passer ma vie avec toi... je veux te faire l'amour toutes les nuits... je... épouse moi"

David: heu... c'est une demande officielle vraiment officielle? Nan parce que je ne veux pas tout gâcher mais tu viens de foutre en l'air ma future demande. Tiens je devais aller chercher ta bague demain d'ailleurs. Merci, merci beaucoup.

Ohhh nonnnn j'ai tout gâché!! Je suis tellement stupide!!
Nonn tu ne vas pas encore rougir! Il manquerait plus que ça!

Gillian: "Oui... excuse moi j'ai tout gâché... c'est que... après ce que je t'ai fait vivre, comme quoi tu pensais que je souffrais avec toi, j'ai eu peur que tu abandonnes l'idée"

Ouais elle avait tout gâché. Ma belle surprise. La bague. J'étais énervé mais tellement heureux.

David: je ne dis pas non hein... mais laisse moi l'opportunité de faire une demande potable.

Ca y est, je sens que je foire tout. Encore.

Il n'a pas t'air très à l'aise... tout est de ma faute! J'ai gâché sa belle demande... comment me faire pardonner?

Gillian: "Oui oui bien sur! Tu sais ce que je vois dans tes yeux, vaut toutes les demandes du monde"

Je l'embrasse, un baiser qui j'espère lui transmet tout mon amour.

Elle m'embrasse comme elle respire. C'est d'une fluidité sans nom. Ca me fait plaisir.
On clos la discussion sur la demande. Ca reviendra quand ça reviendra.
Je me retourne vers sa silhouette déjà fuyante.
Je l'aime... Je l'aime? Je l'aime.

David: je t'aime.

Je manque de rater une marche. La force de ses mots m'ont coupé le souffle. C'est la première fois qu'il me le dit clairement.
Je me retourne lentement et rencontre son regard plein de... d'amour?

Gillian: "Oh David..."

Je fonds dans ses bras et l'embrasse avec passion. Sans dire un mot je l'entraine vers la chambre




Il est quelle heure?
C'est quoi ce téléphone?
Mphh merde 14h!

David: réveille-toi, ton téléphone sonne depuis 15 bonnes secondes! T'avais pas une séance photo d'ailleurs?

J'ai faim.
Pourquoi David me secoue comme ça. Ne me dit pas qu'il a encore envie de...
MERDE!! Ma séance photo!!
Je bondis sur le téléphone

Gillian: "Hullo?"

Ohhh non c'est Mario le photographe avec qui j'avais rendez vous! Je ne comprends rien avec son accent Italien! Il semblerait que je sois en retard d'une heure! J'essaye de m'excuser comme je peux. Je raccroche et me précipite dans la salle de bains.

Gillian: "Choisis-moi une robe s'il te plaît! Nous sommes en retard pour la séance photo!"

David: que je te choisisse une robe? Tu m'as bien regardé?!


Je suis pas coiffé, encore en calbut, et je parle même pas ce qui dépasse.
J'ouvre l'immense armoire de madame, et contrairement à ce que pensais, il n'y a que 4 ou 5 robes grand maximum.

David: la noire. Ouais la noire elle est bien.

En un temps record, je suis lavée et maquillée... mais toujours nue...
Je pointe la tête hors de la salle de bain et je le vois, l'air un peu perdu ma robe préférée en main.

Gillian: "La noire est l'une de mes préférées! Tu vois que tu te débrouilles bien!
Maintenant vient ici, j'ai fini de me laver!"

David: je t'apporte ta robe?

Quand elle a ouvert la porte, une tonne de vapeur d'eau est sortie de la salle de bain. Elle en est sortie comme une créature venue de nulle part.
Une créature toute mouillée par contre.

David: tu veux pas te sécher d'abord?

Oops j'avais oublié ce détail!
J'attrape une serviette à la volée et m'essuie rapidement. Je lui prends la robe des mains.

Gillian: "Et voilà! Merci pour la robe! Mais j'ai oublié mes sous-vêtements"

J'espère qu'avec mes yeux de chat potté il saisira le message.
Je n'ai vraiment pas envie de sortir de la salle de bain chauffée

David: je suis vraiment obligé de choisir tes sous-vêtements?

Bon allez, j'ouvre ce tiroir.
Je chope un soutif noir, un...

David: un string noir? C'est le genre de chose qu'on a juste pour le montrer ça nan?

Il me fait rire... je vais éviter de trop sourire il pourrait le prendre mal.

Gillian: "Oui... mais je n'ai pas pour habitude de le montrer au premier venu... juste à toi"

Je laisse tomber la serviette et met mes sous-vêtements sous son œil avide.

Gillian: "Il a l'air de te plaire"

Cette fois je ne retiens pas mon rire.

Je dois avoir l'air vraiment intelligent avec mon œil a demi-ouvert.

David: tourne-toi que je vois mieux.

Elle le fait en rigolant.
Oui je ne suis pas subtil, et alors.

David: j'espère que tu ne devras pas enlever cette magnifique robe..... Calvin Klein? Ca va on s'emmerde pas, à ce que je vois.

Quelle subtilité... Enfin je ne vais pas me plaindre! C'est toujours flatteur.
J'enfile ma robe et lui tourne le dos.
Il remonte ma fermeture éclair.

Gillian: "On va me prêter des vêtements pour la photo, ne t'inquiètes pas.
Et est ce que j'ai l'air de collectionner les fringues? J'ai le droit de me faire plaisir de temps en temps."

Il ne me reste plus qu'à me coiffer et nous serons prêts à partir...

Gillian: «Bon et si tu arrêtais de baver devant moi pour aller te laver?"

Je l'embrasse rapidement et le pousse dans la salle de bains

Me... laver? o_O

Bon de toute façon j'ai pas le choix, elle m'a enfermé dans la salle de bain.
Je me douche. Je me sèche [moi]. Je m'habille. Je sors.
Et aussi étrange que ça puisse paraître je suis le premier prêt.

David: qu'est ce que tu fous! Je suis devant la voiture!

Je sors de la maison en courant.

Gillian: "Tu croyais que j'allais partir sans me coiffer?
Désolée je ne suis pas un mec moi j'ai besoin d'avoir des cheveux décents"

Je ris. A peine suis-je montée dans la voiture, qu'il démarre en trombe.

David: bon c'est où ton shooting avec Super Mario?

Elle a l'air stressé.
Une femme ça stresse vraiment pour rien.
David doit sentir mon stress. Je prends sa main pour me détendre.

Gillian: "Super Mario est au centre ville. Tu ne risques pas de te tromper, tu verras un gros "FHM" placardé sur le bâtiment. Nous ne sommes plus très loin."


- Bâtiment de FHM -

Je me gare à côté d'un de ces gros bâtiments impersonnels remplis de jeunes golden boys aussi clinquants que leurs chaussures Armani.
Je me marre. Vivement qu'on se taille.
Je sors de la voiture, je lui prends la main, et j'entre la tête la première dans le merdier.

David: tu veux pas que je reste dans le hall?......

Nous nous tenons toujours la main lorsque j'approche vers le bureau de l'accueil. Un bon nombre de regards sont déjà rivés sur nous.

Gillian: "Non je veux que tu assistes à la séance"

"MA GILLIAN!! TE VOILA ENFIN!"

Et voilà Super Mario vient de faire son entrée...

Il a l'air complètement barge ce photographe.

David: ouais bah tout bien réfléchi je viens avec toi.

Je m'agrippe à elle, je m'accroche comme je peux. Elle étouffe un peu. Rien à foutre.

Je vais étouffer! David semble s'être greffé à moi.
Il faudrait être aveugle pour ne pas voir que nous sommes ensemble... enfin que j'appartiens à cet homme des cavernes.

Gillian: "Bonjour Mario!"

Mario: "Ma Gillian qué c'est oune plaisir dé té voir!"

Ohh non il m'embrasse sur les deux joues... argg ces Italiens!
David serre encore plus son étreinte.

David: HEEEEY MARIO C'EST CA?

Quel con.

David: ici on embrasse pas!

J'enlève mes mains des hanches de Gillian. Il semblerait que ce ne soit pas passé inaperçu. On est officiellement dans la merde tous les deux.

Quelle honteeeeeeeee. Je parie que d'ici 10 minutes une horde de paparazzis va débarquer.

Mario: "Ma qué tou es oune rigolo toi! Yé soupose qué vous êtes David?!"

Gillian: "Bon et si nous passions à la séance photo! Nous avons déjà perdu beaucoup de temps! Qu'est ce que je vais devoir porter?"

David: elle porte tout ce qui maintiendra son intégrité. A savoir des trucs qui ne font pas partie des vêtements pour un tournage de film porno.

Elle me regarde d'un air blasé. Elle a pas commencé, qu'elle en a déjà marre. Great, on est deux comme ça.
Je lui chuchote à l'oreille.

David: ce mec est un abruti.

noisette
Doodle de Gillian

Messages : 239
Date d'inscription : 29/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Loss / Gat / EVERYME / Goldy ] La vérité sur les Golden Globes (partie 2)

Message  noisette le Lun 10 Mai 2010 - 11:04

--Dans la loge des vêtements et maquillage--

Je chuchote à l'oreille de David
Gillian: "Pitié que ça se termine vite"

Mario: "Ma cé qué yavé oune belle nouisette en tête... ça aurait mis son corps magnifique en valor"

Oh non! J'aurais dû m'en douter! Je sens la colère monter en David.
Je lui prends la main pour le calmer.

Gillian: "Mario... ce n'est pas vraiment ce que nous avions convenu..."
Je crois que je me suis dédoublé à ce moment là.
Au moment où j'ai malencontreusement déposé un poing magistral sur la face de ce nabot braillard.
Je me regarde lui déboiter la mâchoire.

J'ai mal. Hey mais j'ai mal. Mon poing droit est tout endolori.
Je regarde Gillian qui me lance un regard interrogatif. Je ne peux même pas savoir si elle m'en veut ou non.

J'ai un vague regard dans le vide et je me casse.
Je retourne à la voiture.

Je n'ai aucune idée de ce qui m'est passé par la tête.
Plus rien n'a de sens.
J'ai foiré toute sa séance photo.
Il ne me reste plus qu'à l'attendre. Attendre son sermon.
O_O

Je rêve... je dois rêver! Il ne s'est rien passé! Quand j'ouvrirais les yeux Mario sera en train de me proposer des tenues indécentes et David ruminera dans son coin en le fusillant des yeux.
Mais non... le pauvre homme est par terre, en train de pousser des jurons en Italien.

J'ai à peine le temps de bredouiller des excuses que David est déjà parti.
Et bien je ne pense pas que c'est cette année que j'aurais droit au titre de "femme le plus sexy du monde".

Je cours hors du bâtiment et le retrouve prostré dans la voiture.
Je m'assoie en silence. Nous n'osons pas dire un mot.
J'hésite entre l'envie de le tuer et la fierté. Cet homme serait capable du pire pour moi... Si ce n'est pas de l'amour...

Mais là n'est pas le moment de philosopher. Du coin de l'œil j'aperçois un flash. Génial, il ne manquait plus que les paparazzis.

Gillian: "Démarre!! Vite!!"

Je démarre la voiture et on roule. On roule on roule on roule.
Je me décide à ouvrir la bouche.

David: tu vas pas me faire la morale? Ca m'étonne!

Il semblerait que les paparazzis aient abandonné la poursuite.
J'ose enfin jeter un coup d'œil vers lui.

Gillian: "Tu as de la chance que ce pauvre homme n'ai rien eu de grave sinon je ne sais pas ce que j'aurais fait mais.... je ne suis pas contente!
David ce que tu as fait est inacceptable, j'espère que tu en es conscient."

Je lui prends la main

Gillian: "Mais je ne me permettrais pas de te faire la morale... si la situation avait été inversée... si j'avais été à ta place, je pense que la fille serait morte à l'heure actuelle."

Je lui souris

J'arrête la voiture.

David: je veux qu'on rentre tout de suite. Je ne veux plus sortir avant longtemps. Je pète un câble depuis quelques jours. Je ne supporte plus rien ni personne en dehors de toi. Tu te rends compte, j'ai mis un pain à un photographe!

Je me regarde dans le rétroviseur. Je suis ridicule.

Il est vraiment en train de peter un plomb.

Gillian: "Ecoutes, ce que tu ressens est normal... mais de là à ne plus vouloir sortir..."

Je secoue la tête et passe ma main sur sa joue pour l'obliger à me regarder.

Gillian: "Nous allons rentrer, tu va te reposer, je vais te faire un bon repas.
Demain tout ira mieux"

Je l'embrasse et sors de la voiture pour prendre sa place. Il vaut mieux que ce soit moi qui conduise.

David: j'extrapole... je ne vais pas refuser de sortir. Mais tu vois je flippe un peu. Entre Tea qui, j'en suis sûr, prépare un plan machiavélique, et ton mec qui veut me tuer, j'ai de quoi ne pas être tranquille.

Elle ne dit rien, la tête baissée. Elle déchire nerveusement une carte de restaurant qui se trouvait dans la voiture.


David: rentrons.

Elle ne répond pas.
Tant pis, je démarre.


-Chez Gillian-

Le trajet s'est fait en silence. Un silence pesant, qui m'a tout simplement donné envie de tuer quiconque qui pourrais s'approcher de nous. Je comprends mieux ce qu'il ressent.

Arrivés chez moi... chez nous? Je me dirige tout droit vers la salle de bain.
Un bon bain ne nous ferait pas de mal.

"David viens là au lieu de bouder!"
Elle se trompe. Je boude pas.
Je suis heureux d'être revenu à un endroit où je sais qu'on me foutra la paix.


David: j'arrive...

J'enlève ma veste, je me pose 2 minutes sur le lit pour regarder le plafond.
Quand je me relève je la vois dans le coin de la porte avec pour seul artifice son air de petite fille qui ne sait pas trop ce qu'elle fait là. Elle a emmené avec elle toutes les odeurs chaudes du bain. Ca m'fait des frissons. Je la rejoins sans hésiter, entrant dans la salle de bain sous son regard. Ce regard qui me rend plus fort, qui me tire d'une torpeur omniprésente depuis quelques temps. Mon remède.

Son regard me transperce. Sans le lâcher des yeux et avec des gestes lents, je déboutonne sa chemise, puis vient son jean... le reste de ses vêtements se retrouve à terre.
Je lui prends la main et l'entraine avec moi dans le bain.
Naturellement, je me retrouve dos à lui, la tête sur son torse. Je sens ses bras m'entourer et ferme les yeux.
J'aimerais rester éternellement dans cette position.

Gillian: "tout ira bien... je te le promets"

La lumière de la salle de bain trouble ma vue, me fait voir des étoiles. J'ai les yeux ouverts mais tout est noir.
Elle soupire parfois et passe la langue sur ses lèvres. Elle s'endort presque sur moi et je ne fais rien, moi le pire des lâches.
Je m'approche de son oreille et chuchote.

David: je me suis aperçu que les gens disaient "je t'aime" comme s'ils disaient les mots "lessive" ou "ordinateur". Ca ne te rend pas triste?

Une douce torpeur m'envahis doucement. Je suis prête à sombrer dans le sommeil quand se voix grave me parviens aux oreilles, provoquant un frisson remontant le long de ma colonne.

Gillian: "Si c'est triste... J'ai toujours considéré que dire 'je t'aime' était un engagement, pas quelque chose qu'on dit à la légère."

Je tourne légèrement la tête... ses lèvres sont si près. Il passe la langue sur ses lèvres. Irrésistible.
J'en profite pour capturer ses lèvres dans les miennes.

[David]
La vapeur d'eau se fraye un chemin entre nos lèvres.
Je sors mes mains de l'eau et les passes sur ses cheveux humides.
Son baiser devient de plus en plus profond et je vois sa tête au dessus de la mienne. Comme une protection. La trinité. La mère, la femme, l'amante.
Et tout aussi religieusement j'embrasse son cou ruisselant jusqu'à en suffoquer.

[Gillian]
Le contact de son corps contre le mien est brûlant, électrisant...
Ses caresses et ses baisers provoquent en moi une douce chaleur qui se répand lentement en mon ventre. Je n'ai plus conscience que de sa présence, de l'odeur de sa peau contre la mienne, de nos battements de cœur qui battent à l'unisson.
Je me liquéfie. Nous ne faisons plus qu'un.

Mes mains glissent le long de son torse... je sens une partie de son corps s'éveiller plus bas...


[David]
L'eau du bain cache le bas de son corps. Je la devine à tâtons comme elle devine mon amour derrière cette buée enivrante.
Le bruit de l'eau la fait rire. Elle a les joues rosies par la chaleur et elle mord espièglement un de ses doigts.
Elle me cherche. C'est moi qui la trouve.

[Gillian]
Il a le sourire du chat qui a avalé le canari. Il me dévore des yeux, son regard brûle en moi.
Mes lèvres glissent sur sa nuque et s'arrêtent un instant. Après quelques instants de douce torture, je contemple mon œuvre: un beau suçon.
Et maintenant qui est le canari?
Enfin mes lèvres remontent lentement vers les siennes.
Je l'entraine sous l'eau. Nous sombrons tout les deux dans un baiser interminable... dans un cocon de chaleur.


[David]
Ca me rappelle notre excursion dans la piscine.
J'entends des bruits sourds. Des bruits de gouttelette d'eau, son corps s'immergeant peu à peu.
L'eau entre dans mes oreilles, mon nez, j'ai les yeux irrésistiblement fermés.
Seule ma bouche goûte la sienne sauvagement. Je la mords presque inconsciemment pour me nourrir, essayant d'attraper tant bien que mal le souffle de ces années que j'ai passées à ne la voir qu'à travers la planche vitreuse de ma connerie abyssale.
Je m'arrête une seconde et je la regarde une Nième fois. Capturer cette image pour ne jamais l'occulter.
Elle est face à moi, la tête sous l'eau. Ses cheveux flottent autour de son visage comme un voile funeste. Mais elle est tout le contraire. Pleine de vie. De ma vie. Et je retourne alors m'abreuver en son berceau.
Ses lèvres.

[Gillian]
Je me liquéfie. Il n'y a pas d'autres mots.
Jamais je n'ai vécu une telle chose.
Telle l'eau qui nous submerge, mon âme se déverse dans la sienne.
Son souffle est devenu mien. Je sais que je commence à étouffer, mais je ne peux me résoudre à détacher mes lèvres des siennes.
Inlassablement mes mains parcourent son visage, ses cheveux, son torse, son dos... son être entier.
Nos deux corps sont comme figés dans le temps, liés éternellement de ce ballet aquatique.
Je ne veux plus refaire surface.


[David]
L'air vient à manquer.
Je perds ma lucidité, je la perds de vue, elle. Mais je ne crains rien, ma vie pendue à ses lèvres.
Elle sort de l'eau. Je la suis naturellement.
Ses jambes de part et d'autres de moi, elle me regarde de haut.
Ca la gêne.
Elle respire rapidement pour se remettre de son apnée. Moi je vais bien.
Elle a souffert pour moi. Je m'en veux.
Je passe ma main avec une violence amoureuse autour de son cou pour amener ses lèvres aux miennes. Elle feint une résistance. Je m'en fous.
Je me perds au milieu de sa peau mouillée, j'embrasse ses joues, son front. Et je me perds encore plus en elle.

[Gillian]
Mes poumons brûlent d'être restés aussi longtemps sans air.
J'accueille avec soulagement ses caresses et ses baisers. Ses lèvres m'insufflent une énergie nouvelle. Je les capture avec avidité.
Je bascule... il se relève lentement, son corps se déploie au dessus du mien. Je bascule peu à peu dans une folie douce.
Enfin nous nous joignons. Nos corps ne font plus qu'un.


[David]
Je vois son visage se transformer par la douleur si délicieuse de cette fusion.
Ce n'est pas une union. Non, c'est bien plus important, plus beau.
Comme si je n'avais jamais fait ça auparavant. Je me sens con.
Mes oreilles sifflent, j'ai la tête qui tourne.
J'entends sa voix lointaine. Puis elle se rapproche... lentement... pour venir comme un bruit m'écorchant le cœur. Ce qui me ramène a une plus belle réalité.
Son regard dans le vide.
Et ma tête doucement déposée sur sa poitrine.

[Gillian]
Après ce qui me semble être une éternité, j'ouvre enfin les yeux.
Je vois des étoiles.
J'ai l'impression d'être sortie de mon corps.... trop faible pour supporter la puissance de cette union.
La lueur diffuse de la salle de bain m'éblouis.
La vapeur qui envahit la pièce forme un cocon qui nous enveloppe, qui nous protège. Il est le seul qui existe à mes yeux, le seul qui compte.
Les battements de son cœur me bercent.
Les tremblements de son corps contre le mien... en moi... résonnent en moi comme une douce mélodie.
D'une main tremblante je caresse ses cheveux, j'embrasse toutes les parties de son corps qu'il m'est possible d'atteindre.

Gillian: "Je t'aime"

A qui appartient cette voix?
Ces mots sont bien dérisoires face à ce que je suis en train de vivre. Ce n'est pas de l'amour, c'est bien plus beau, bien plus fort.


[David]
Je me relève pour la voir. Elle ricane et fuit mon regard.
J'en ai trop vu d'elle. Ca l'énerve un peu je crois. Mais la sensation d'ambigüité qui l'envahit lui donne un autre visage.
Je lui demande à voix basse si elle veut sortir du bain. Elle me répond qu'elle aimerait bien si je voulais bien déplacer le gros tas qui me sert de corps.
Son rire résonne dans la pièce comme un souffle de vie. Je souris, sors de l'eau et lui prends la main.
Elle s'assied sur le bord de la baignoire comme une gamine qui attend qu'on s'occupe d'elle.
J'attrape alors une serviette chaude que je dépose sur ses épaules. Elle fait semblant de grelotter pour attirer mon attention. Je trouve ça mignon mais je ne lui dis pas.
Je ne lui dis rien, elle sait déjà.

[Gillian]
Nous n'avons plus besoin de parler.
Je me plonge dans son regard et ce que j'y vois me coupe le souffle, ça dépasse les mots...
Jamais je ne me suis autant ouverte à quelqu'un. J'ai l'impression qu'il me connait mieux que je ne me connais moi-même.
Il sait que je fais semblant de grelotter. Mais ça lui plait et il me prend volontier dans ses bras. Seule la chaleur de son corps m'apaise.
Nous partageons la même serviette.
Je suis enveloppée dans la senteur de sa peau
Je me sens petite dans ses bras, mais j'aime cette sensation. Quoi qu'il arrive, je sais que je ne risque rien. Je trouverais toujours refuge dans ses bras... mon véritable "chez moi".
Je feins un bâillement. Il le sait mais me prend dans ses bras et me dépose sur le lit.


[David]
Je l'allonge doucement sur le lit.
Je retire la serviette tandis que je la recouvre d'un drap tiède.
Elle gémit. Elle s'étire comme un chat et se cambre. J'en profite pour déposer un baiser sur ce ventre qui me nargue.
Je rentre sous le drap comme un voleur et descend le long de son corps.
Elle finit de tendre ses membres par un rictus d'étonnement.
Je la sens comme apaisée. Et je le suis aussi.
En fin de compte je finis par poser ma tête sur le bas de son ventre, entre ses cuisses, et elle me caresse le dos en chantant à voix basse un air que je crois connaitre.

[Gillian]
Gillian: "Joyyy to the world...."

Je chante sans vraiment être consciente de ce que je fais.
Il ne s'est toujours pas enfui... bizarre. Il s'est peut être bouché les oreilles.
Je lève légèrement la tête et l'aperçois, lové contre moi. La figure même de l'amour.
Je passe tendrement la main dans ses cheveux et nos regards se croisent.
Son regard éveille un désir incommensurable en moi...
Je pourrais passer des journées entières à le regarder, le caresser.
Et je lui souris... tout simplement

"bRINNNNNNNNNG!!!"

Encore ce téléphone!! Ne pourrons-nous jamais être tranquilles??
D'un geste impatient, je coupe le téléphone et le laisse décroché.


Cette sonnerie m'a littéralement cassé.
Je tente tant bien que mal de revenir à ma douce rêverie mais le doute et la peur reprennent le dessus.

David: tu attendais un appel?

Il est inquiet. Je le sens.

Gillian: "Non je n'en attendais pas. J'ai débranché le téléphone.
Je ne suis là que pour toi."


Je lui souris... Un sourire qui se veut rassurant.
Je lui caresse le dos et les cheveux.

Je reviens où j'étais. Sur son ventre.
Je passe dessus une main qui n'est pas anodine.
Nous sommes seuls dans cette chambre, seuls dans cette villa. Mais j'ai le sentiment qu'elle ne m'appartient jamais.
Je lui prends la main et la relève légèrement.

David: qu'est ce que tu aimerais dîner?

Je n'avais pas réalisé à quel point j'étais affamée jusqu'à ce qu'il évoque le dîner.
Je passe ma langue sur mes lèvres. Un geste qui ne passe pas inaperçu...

Gillian: "Humm j'ai bien envi de lazagnes..."


J'éclate de rire et elle me regarde avec de grands yeux de biches.

David: des lasagnes? Je pensais à quelque chose de plus simple...

Je passe pour un con. Décidément en plus d'avoir un autre mec qui colle au cul de la seule fille qui m'intéresse, je suis pas capable de préparer un diner romantique.

David: bon heu... si je tente les lasagnes... tu m'aideras?

Oh nonnn!!
Je ne pensais pas qu'il comptait réellement me préparer à dîner lui même. Quelle idiote je suis!!
Il a l'air gêné... c'est adorable.

Gillian: "Ohhh excuses-moi! Je n'ai pas réfléchi... je ne pensais pas que... c'est tellement gentil!"

Je passe ma main dans ses cheveux et ramène son visage vers le mien.
Je l'embrasse tendrement.

Gillian: "Bien sur que je vais t'aider! Mais tu n'es pas obligé... On peut faire quelque chose de plus simple"

Je l'embrasse à nouveau.


Un grand ouf de soulagement résonne en moi.

David: je sais faire les tagliatelles au saumon par contre...

J'ai la tête baissé comme un gosse qui demande à se faire pardonné. Je ne la lève que pour croiser ses yeux rayonnants qui me redonnent confiance. Ce peu de confiance. C'est déjà ça. Je n'en laisse pas une miette.

Le pauvre. Il a l'air tellement embarrassé.... je me sens si honteuse, j'ai l'impression de profiter de sa gentillesse.
Je lui offre mon plus beau sourire en espérant me faire pardonner.

"Des tagliatelles ce serait parfait! J'adore ça!"

Je l'embrasse avec tout mon cœur. Il semble se détendre à nouveau.


J'enfile un t-shirt, un caleçon, et mon jean.
Je la vois dans le miroir. Elle met cette nuisette noire toute simple. Elle est pieds nus et marche comme une danseuse. J'aime bien la taille qu'elle a quand elle ne porte rien. C'est elle.
Je sors un sourire niais qui précède une séance d'auto-flagellation intérieure et on descend tous les deux dans la cuisine.

David: heu... alors... il faut des tagliatelles, jusque là ça va. Du saumon fumé et de la crème fraîche. Y a tout ça ou il faut que je sorte faire des courses?

Il a remis son jean... J'adore le voir porter ce jean, ça le met vraiment en valeur...
Arg arrête de baver il te parle!
Sortir faire des courses?... non... Non c'est décidé je ne veux plus le quitter, ne serais ce que pour quelques minutes.

Gillian: "Non c'est bon, je pense avoir ça. Ne t'embêtes pas."

Il ne reste plus qu'à prier pour que j'aie du saumon!


Je me mets à fouiller les placards. Je remue tout, elle va m'assassiner.
Je jette un regard vers elle. Nan bah elle s'en fout, elle cherche le saumon dans le fridge. Ouf.

David: j'ai les pâtes. Tu peux mettre l'eau sur le feu pendant que je découpe le saumon? Heu... Gillian... y a du saumon?...

Saumon, saumon... viteee!
Petit petit petit!
Roh qu'est ce qu'il m’arrive! Je crois que ma tête a passé trop de temps dans le réfrigérateur!
Juste au moment où j'allais abandonner, une couleur rosée attire mon œil... Merci mon Dieu! Le saumon est là!

Je sors du frigo, à moitié congelée et lui tend le saumon.

Gillian: "Et voilà! Je vais faire chauffer l'eau"

Je lui vole un baiser au passage.


On a vraiment l'air de deux abrutis dans la cuisine.
On se croise du regard. On se marre. Elle me passe le saumon et je commence à découper.

David: on devrait monter un resto. Ca permettrait d'éliminer tous les pourris de cette ville. Dont super Mario.

Je ris. Ce que nous faisons est tellement banal... et pourtant je ne voudrais me trouver à un autre endroit pour rien au monde.
Je verse les pâtes dans l'eau bouillante.

Gillian: "C'est une idée... Mais je ne pense pas que nous ayons le droit d'empoisonner nos clients. Enfin nous pourrions faire une exception pour Mario."


David: oh tu sais je pense que personne ne remarquerait sa disparition. Ah si peut-être les morpions qui vivent sur les poils de son torse.

Gillian fait une grimace significative.
Elle pose sa tête sur le bar auquel elle est assise.
Elle me fixe.

David: arrête, ça me déconcentre!

Je plonge mon regard dans le sien, décidément il ne peut pas s'empêcher de faire ce genre de remarques, et voilà qu'il prend son air innocent maintenant, ahhh David...
Mais soudain mon regard est attiré par une chose étrange, et j'entends un léger bourdonnement. Non ! Un bouillonnement !

Gillian : Daviiiiiiiid les pâtes !! Ca déboooorde !!

Ou comment perdre son sang froid et paraître ridicule ... Et en plus il se brûle. Ahhh Fichues tagliatelles !


Je lâche mon couteau, je cours vers les plaques à induction dernier cri [elle se fait pas chier Gillian..]. Je baisse la température, l'eau devient calme et les bulles disparaissent.
Merde, je me suis brûlé le doigt. J'ai mal mais je sers les dents, histoire qu'il me reste un semblant de virilité.

David: bon je crois qu'on peut mettre les pâtes là nan?......

Après cette mésaventure, nous avons fini par dîner, un dîner
Inoubliable. Evidemment des tagliatelles au saumon un poil trop cuites auraient pu avoir raison de ce moment, mais il était si parfait, David était si parfait,
Il avait même fouiné un peu et déniché deux chandelles qui à elles seules nous plongeaient dans une ambiance romantiquement épurée. Un air de jazz s'échappait doucement de mon vieux phono ressorti pour l’occasion.


Nous avons longuement discuté, de tout, de rien, de nous...
Les heures défilaient à toute vitesse. J’étais maintenant assise sur le divan près de lui, je sentais la fatigue m’envahir, je ne le voulais pas mais j’ai fini par m’assoupir, la tête sur son épaule. Avant de sombrer paisiblement j’ai entendu ce mot « demain » …



- 4° JOUR -

J'ouvre les yeux comme d'habitude. D'un coup.
Si je n'avais pas de cage thoracique, mon cœur danserait sur le carrelage.
J'ai le bras engourdi. Elle a dormi sur moi pendant plusieurs heures.
Je me rends compte que je lui ai passé mon t-shirt. Les frissons viennent donc de là.
Je dégage lentement mon bras pour ne pas la réveiller et jette un œil vers l'horloge digitale.
9h37.
Ca va, ça reste correct.
Elle commence à bouger, râle comme pour me reprocher de m'être échappé de son emprise. Ses caprices la rendent belle.

Je la réveille avec un "hey.." prononcé doucement à son oreille. Elle ouvre un œil et fronce les sourcils.

Elle a de la chance d'avoir une baie vitrée aussi ensoleillée le matin.
Ca rend le réveil moins sordide et on s'aperçoit moins de la cuite qu'on a eu la veille. On se rend moins compte que la nana qu'on a ramené le soir d'avant n'était qu'une Nième emmerde dans le tas qui s'amoncelle déjà derrière soi.
Bien sûr je parle pour moi...

Elle se lève enfin, et m'embrasse au coin des lèvres.

Pourquoi fallait-il qu'il se lève ? On était si bien.
Je me lève donc, difficilement mais je me lève. Je l'embrasse au coin des lèvres et me dirige vers la salle de bain. Une bonne douche me fera le plus grand bien.
Je commence à faire couler l'eau mais je vois qu'il me manque quelque chose.

Gillian : Daviiiid. C'est toi qui a pris mon shamp... *SLAM* Dav... ? David ?

Je sors précipitamment, c'est la porte d'entrée qui vient de se refermer. Plus personne. Mais c'est pas vrai ! Où est-ce qu'il est encore parti !


[...]
Je regarde ma montre.
J'ai mis 25 minutes et je n'ai pas reçu d'appel sur mon portable.
Pour une fois dans ma vie j'ai été discret et surtout efficace. Note à moi-même: ne pas acheter de bague à chaque fois que j'ai envie d'être efficace si je ne veux pas me retrouver sur la paille avant la fin du tournage.

Je me gare devant la villa.
Je pousse lentement la porte d'entrée. Personne en vue. C'est mauvais signe.


Elle a laissé trainer mon t-shirt sur le canapé. Et après c'est moi qui suis désordonné? Cette fille est parfaite.


David: des survivants?

J'ai l'impression de m'être endormie sous la douche.
La colère de le voir partir sans me prévenir a fait place à l'inquiétude.
Quand va-t-il revenir?
Sa présence me manque déjà.
Je secoue la tête.... si c'est pas de l'amour...
Je me sens bête, seule sous cette douche, les doigts fripés.
Je suis incapable de passer quelques minutes sans sa présence. Je ne veux pas qu'il parte.
Je me demande ce qu'il penserait du fait que nous vivions ensemble?

Bon il est temps que je sorte de là, je commence à ressembler à une shtroumpfette fripée.

Le carrelage est glissant... BAM! Et me voilà par terre!


J'entends un bruit sourd venir de la salle de bain.
J'entre en trombe et la voit assise adossée contre la baignoire en céramique blanche, tenant ses genoux contre sa poitrine. Elle a l'air désemparée, perdue.
Je m'avance doucement vers elle.
Ses cheveux mouillés recouvrent une partie de son visage, que je dégage délicatement.
Je lui demande si elle a besoin de mon aide, elle fait "non" en secouant rapidement la tête de gauche à droite.
Je lui dis que j'insiste. Que je veux être là quand elle a besoin, et même quand elle n'en a pas besoin.
Je sors de ma poche une petite boîte que j'ouvre lentement.
Elle comprend.
Elle laisse échapper un rire bref entre joie et peine.
Et je suis là, comme un con, à attendre. Un mot, un geste.
Toujours attendre.

OH... MON... DIEU!
Je n'arrive plus à respirer.
Je ris... c'est douloureux, mais je ne peux pas m'en empêcher.
Tout est trouble, la lumière de la salle de bain semble irréelle, la pièce est comme emplie d'étoiles. Je n'arrive pas à empêcher mes larmes de couler.
C'est donc pour ça qu'il est parti... et moi qui lui en voulais!
La bague est magnifique, tout en restant discrète... Il me connait bien. C'est tellement moi, tellement... nous.
Il attend une réaction, une réponse.
Je m'agenouille tant bien que mal, et passe une main tremblante sur sa joue. Oh ses yeux... Jamais je n'oublierais ce moment.
Lentement, je hoche la tête. Les mots semblent coincés dans ma gorge.

Enfin dans un souffle j'arrive à prononcer ces mots:

"Oui.... oui je le veux"

Je l'embrasse avec passion. Tout semble s'évanouir autour de nous.


Elle m'embrasse.
Je n'ai pas eu le temps de réaliser réellement ce qui venait de se passer.
Je crois que je suis plus surpris qu'elle.
Elle se radosse à la baignoire et garde la tête baissée. Je la regarde prendre la bague d'une main hésitante et la passe à son doigt. Elle regarde sa main quelques secondes et se met à rire.
Et je suis là, encore là, à ne rien dire, à ne rien partager. Ca me frustre. J'ai envie de crier.
Mais je ne sors qu'un lamentable "je ne me suis pas trompée, elle te va à ravir".

Nous ne parvenons plus à détacher nos regards de la bague... la preuve de notre amour.

"Merci... Elle est magnifique... je l'adore, tu ne pouvais pas trouver mieux"

Je prends sa main dans la mienne, pour sceller notre union.
J'ai du mal à reprendre mes sens.
Ce sourire ne me quitte pas, et les larmes coulent à flot sur mes joues.
Je plonge à nouveau dans son regard, un regard empli d'amour. J'y descelle un avenir merveilleux.
Il a l'air aussi sonné que moi.


Je plonge volontiers dans ses bras et lui murmure tout mon amour

"Je t'aime, je t'aime, je t'aime, je t'aime......."

Je flotte... et enfin il me dépose tendrement sur le lit.

Elle s'est fait mal en tombant.
Ca me préoccupe.
Elle s'en fout et ne veut plus me lâcher.
J'ai peur. Peur de ne pas être à la hauteur. Que tout ceci ne soit qu'un rêve qu'il soit difficile de concrétiser.

David: je suis inquiet... à propos des gens... des ragots.

Il a l'air si inquiet. Ca me fait de la peine de le voir dans cet état pour des choses aussi superflues.

Je passe ma main sur sa joue, mon pouce vient se poser sur ses lèvres.

Gillian: "Chuuut, calme toi... tout va bien.
Je me fiche de ce que peuvent dire les gens. Je veux finir ma vie avec toi et ça personne ne pourra m'en empêcher. Je t'aime, il n'y a que toi pour moi. Pense à la vie qui nous attend"

Je l'embrasse à nouveau.


Je soupire difficilement.
Elle a sans doute raison. Mais c'est toujours aisé de dire ça. Toujours facile de dire que tout va bien se passer.

Un sourire persiste sur son visage. Des larmes glissent lentement entre ses lèvres qu'elle humecte timidement, toujours la tête baissée.

Je me lève, je mets mes mains dans mes poches et je lui lance un regard amusé.

David: alors? Robe blanche et p’tits fours?
Je lui souris, étonnée.
Je sais que je ne suis pas arrivée à le convaincre. Des larmes coulent encore sur mes joues, mais cette fois ce ne sont plus vraiment des larmes de joie.
J'aimerais tellement vivre la vie des couples normaux...

"J'aimerais faire quelque chose de simple si tu veux bien."

J'essaye de me relever, mais mon dos me fait mal. Je serre les dents, il n'a pas besoin de s'inquiéter encore plus.


Elle reste mi-allongée mi-assise.
Je lui demande si son dos est douloureux. Sa réponse est affirmative mais elle précise que ça passera.
Ca m'inquiète.
Je chope le téléphone le plus proche. C'est son portable. Je regarde l'écran pour former le numéro d'un médecin et je me rends compte qu'il est décroché. Je le colle à mon oreille et sort un "allo?" légèrement agressif. On me raccroche au nez. Charmant.
Je tends le téléphone à Gillian.

David: tu sais à qui appartient ce numéro?

Oh non ça recommence. Ce taré n'a toujours pas compris que je ne voulais pas de lui? J'ai l'impression de vivre un mauvais film d'horreur.
Ca m'irrite. J'ai envie de tranquillité. D'oublier le monde extérieur dans les bras de mon fiancé..."fiancé"... ce mot me donne des frissons.
Je n'ose même plus croiser son regard.

Gillian: "Oui... c'est Ed. Mon ex... Je pensais pourtant avoir été très claire avec lui"

Je me laisse tomber sur le lit... mauvaise idée! Mon dos me lance atrocement.
Je sais qu'il a entendu mon gémissement de douleur.
Je passe mes mains sur mes yeux.

Gillian: "Je suis tellement désolée.... je voudrais que le monde extérieur disparaisse.."


David: moi j'aimerais déjà que ta douleur disparaisse, avant toute chose.

Je reprends le téléphone et appelle le médecin.
Je tombe sur sa secrétaire. Voix claire et hautaine de jeune fille candide. Il la baise. C'est sûr.

Je raccroche et me retourne vers Gillian.
David: il fait des visites. Il n'est pas à son cabinet. Tourne toi je vais te masser.
Gillian: "Ohhhhmmmpff"
Je tombe lamentablement sur mon ventre.

Gillian: "Non je t'assure que ça va aller, tu n'as pas besoin de.... ohhhhhhhhhh!"

Toute idée de résistance s'envole quand je sens ses mains se poser sur moi. C'est divin... La chaleur et la douceur de ses mains me font perdre la tête... la douleur disparait peut à peut.
Une lueur attire mon regard. Il s'agit de ma bague... je suis comme hypnotisée.


Je passe mes mains dans le bas de son dos brûlant.
Elle a une trace rouge qui coupe sa colonne.
Ca a dû être douloureux.
Je masse machinalement. J'espère que ça lui plaît. Mais je pense à autre chose.
Le coup de fil. Enfin plutôt l'espionnage d'une conversation tout à fait privée.
La notion d'héroïsme n'est pas excessivement développée chez moi, et je flippe comme une fillette face à ce mec que je n'ai jamais vu de ma vie. Oui et alors? Je ne suis pas trouillard, je suis juste raisonnable.

David: tu devrais rappeler ton ex...

Ses mains sont magiques. La douleur part peu à peu, et je me sens doucement sombrer dans un doux sommeil.
J’entends sa voix... lointaine... si lointaine.
Il me faut un moment pour comprendre ses mots.
La tension revient alors en moi comme un boomerang.

Gillian: "Oui... oui je vais le faire.... Maintenant?"


David: nan mais tu l'as déjà appelé, parlé, tout ça tout ça... mais on ne sait toujours pas ce qu'il m'a fait la nuit dernière. Il m'a peut-être drogué. Et si ça se trouve je fais une hallucination et en fait t'es pas devant moi et en fait...

Elle me coupe et me dit que je commence à raconter n'importe quoi.

David: si je reçois un autre appel de ce mec, j'appelle la police.

Il délire... je rierai si je n'avais pas aussi peur.
J'ai envie de me retourner et de le prendre dans mes bras, mais mon dos me fait encore trop souffrir.

Gillian: "J'espère lui avoir fait assez peur pour que nous n'ayons pas à appeler la police"

"BRIIIIIIIIIIIIIINGGGGGGGG!!!!!!!!!!!!!!!"

Je regarde mon téléphone avec appréhension... c'est encore lui.
Je l'attrape et le donne silencieusement à David.


J'attrape le téléphone et le colle sur mon oreille.
Il a une voix de con, c'est affligeant. Il braille des trucs que seuls des losers en marcel peuvent sortir. Je lui dis d'aller se faire mettre et de s'acheter une poupée gonflable. Je raccroche.

Gillian a l'air complètement dépitée.

David: je suis désolée. Ce n'était pas vraiment ce que j'attendais de cette journée. Ni ce que j'attendais de cette semaine. Je crois que c'est beaucoup trop compliqué...

Une poupée gonflable?!
Je suis mortifiée, mais je n'arrive pas à contrôler le fou rire qui monte en moi.
Entre deux fous-rires, je parviens à lui dire que je ne lui en veux pas.

"Aller viens là"

Je parviens à me tourner et à le tirer vers moi, dans mes bras.


Je suis dans ses bras, sur le lit. Les yeux fermés je savoure cet instant. Je voudrais qu'il ne s'arrête jamais. Ou s'il devait prendre fin, que ce ne soit que quand toute notre vie sera réglée. Lâcheté quand tu nous tiens.
J'entends du bruit derrière moi. Sûrement le vent, sûrement autre chose.

Ma dernière image c'est son visage. Ses yeux terrorisés.
Ma chemise blanche qui prend une teinte rouge petit à petit.
Ses cris, ses pleurs.
Le plafond qui tourne, tourne, tourne.
Et le trou noir.



Fin de la partie 2

noisette
Doodle de Gillian

Messages : 239
Date d'inscription : 29/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Loss / Gat / EVERYME / Goldy ] La vérité sur les Golden Globes (partie 2)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum