Le canard rose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le canard rose

Message  noisette le Dim 9 Mai 2010 - 16:30

LE CANARD ROSE


Avertissement : NC17



Scully était assise en face de lui. Elle croisait et décroisait ses jambes nerveusement. Il la regardait à travers ses lunettes, dissimulant un air moqueur.

- Je vous écoute, agent Scully.

Elle souffla un bon coup. Elle devait mettre sa culpabilité et sa honte de côté et garder son calme.
- Par où dois-je commencer ?
- Je veux tout savoir. Depuis le début. Insista-t-il.
- Lundi matin, soupira-t-elle, je suis arrivée plus tôt que d’habitude.
- L’agent Mulder était là ?
- Pas encore.
- Qu’avez-vous fait ?
- Ce que je fais toujours quand j’arrive la première. J’ai regardé si Mulder avait laissé un dossier sur le bureau. Elle soupira. Il n’y avait pas de dossier. Elle s’arrêta.
- Qu’avez-vous trouvé ?
- Il y avait un paquet qui m’était destiné.
- Vous l’avez ouvert ?
- Oui.
- Que contenait-il ?
- Il contenait un objet. Elle se mit à rougir.
- Quel genre d’objet ?
- Le genre embarrassant Monsieur.
- Agent Scully !
- Très bien… Elle posa l’objet sur le bureau. Cet objet.
- Qu’est-ce que c’est que ça ? Demanda Skinner en attrapant l’objet du bout des doigts.
- C’est un canard vibrant Monsieur.
- Un canard vibrant ? Demanda-t-il en souriant.
- Je vous en prie ! Ne rendez pas la situation plus difficile qu’elle ne l’est !
- Très bien. Donc, ce canard vous était destiné ?
- Oui. Il y avait un petit mot avec le paquet qui me désignait.
- De qui ?
- Je ne sais pas. La carte n’était pas signée.
- Dans quel but vous a-t-on adressé cet objet ?
- Monsieur !! S’énerva-t-elle. Je ne veux en aucun cas m’étaler sur le but réel de cet objet !!
- Pardonnez-moi. Il reprit. Que disait le message ?

Elle ne répondit pas et lui tendit la carte. Elle perçut une once de gène quand il se mit à la lire. Elle baissa les yeux. Elle n’avait jamais été aussi humiliée de toute sa vie.
- Que s’est-il passé ensuite ?
- Mulder est arrivé.

Flash Back

Scully fut prise de panique en entendant son partenaire entrer. Elle replia, tant bien que mal le petit paquet qui se trouvait sur le bureau. Elle était rouge de honte. Mulder écarquilla les yeux :
- Ca ne va pas ?
- Qu’est-ce que tu fais là ? Demanda-t-elle, replaçant nerveusement une mèche de cheveux.
- Je travaille ici, jusqu’à preuve du contraire. Répliqua-t-il.
- Oui... Elle ricana. Mais pourquoi si tôt ?
- Scully, c’est moi qui devrais te poser cette question. Pourquoi es-tu là si tôt ?
- Je… J’avais… Je me suis levée tôt j’en ai donc profiter pour venir… Elle regarda autour d’elle… Faire du rangement.
- Du rangement ? Il regarda autour de lui.
- Je n’ai pas eu le temps de commencer.
- D’accord… Soupira-t-il.

Il s’approcha et vit sa partenaire de plus en plus nerveuse. Elle attrapa le paquet et le cacha sous son bras.
- Qu’est-ce que c’est ? Demanda-t-il.
- Rien !!
- Rien ? S’étonna-t-il. Scully, qu’est-ce que tu me caches ?
- Mulder… Elle se reprit. Ce n’est rien. C’est juste un petit paquet que l’on m’a livré.
- Tu te fais livrer tes achats au bureau ? Pour quelle raison ?
- Sur quoi travaillons--nous aujourd’hui ? Demanda-t-elle.
- Scully… Il tendit la main. Donne-moi ça.
- Non.
- Scully !! Insista-t-il.
- Non Mulder !! Elle resserra son bras sur le paquet. C’est extrêmement gênant.
- Pourquoi ? Se moqua-t-il.
- Problème féminin arrivé plus tôt que prévu. Ca te va ?

Mulder se mit à rougir.
- Désolé… Il attrapa un dossier.

Scully souffla, soulagée.

*

- Ensuite, Mulder l’a découvert.
- Comment ? Demanda Skinner.
- J’étais tellement nerveuse que j’ai fait tomber le paquet en sortant du bureau.
- Comment a-t-il réagit ?
- Il s’est moqué de moi… Comme d’habitude.

Flash back

- Et merde… Lâcha-t-elle.

Elle s’empressa de le ramasser, mais cela était trop tard. Mulder éclata de rire.
- C’est donc ça, ton problème féminin ?
- Je me passe de tes commentaires Mulder !! S’énerva-t-elle.
- Quand tu parlais d’avoir une vie privée, je ne m’imaginais pas du tout que…
- Mulder arrête !! Coupa-t-elle.
- Je pensais que tu avais repris tes esprits, que le fait de…
- Mulder !!!

*

Scully s’arrêta.
- Agent Scully ? Que s’est-il passé ?
- Une violente dispute a éclaté. Il n’arrêtait pas ses sarcasmes…

Flash back

Elle le poussa, à bout de nerfs. Elle ne supportait plus ses moqueries. Elle lui accrocha le regard. Jamais il ne l’avait vu dans un tel état de colère :
- C’est peut-être toi ! Accusa-t-elle.
- Moi ?
- Oui, toi ! Qui d’autre à part un esprit aussi dérangé que le tien !

*


- Pourquoi avez-vous pensé que cela pourrait venir de lui ?
- Pour me punir. Souffla-t-elle. Quelques semaines plus tôt, Mulder m’a envoyé sur une enquête et j’ai rencontré quelqu’un. J’ai pensé que suite à cela, il voulait me punir.
- Vous punir de quoi ?
- D’avoir été attirée par un autre homme que lui. Murmura-t-elle, honteuse.
- Qu’a-t-il dit pour sa défense ?
- Il m’a affirmé qu’il n’était pas l’auteur de cette mauvaise blague.
- Ensuite ?
- Je ne l’ai pas cru… et je l’ai giflé. Cette blague de mauvais goût s’est transformée en guerre civile.
- Veuillez approfondir agent Scully.
- Je n’avais plus le contrôle de moi-même. J’ai littéralement retourné son bureau. Et ensuite, il s’est produit l’accident. Mulder a essayé de me retenir, je l’ai bousculé, l’étagère lui ai tombé dessus et lui a fracturé le bras. Fin de l’histoire.
- Je vous remercie agent Scully. Vous pouvez disposer.

Elle se leva et sortit du bureau. Mulder l’attendait à l’entrebâillement de la porte. Elle le regarda et le suivit en silence jusque dans l’ascenseur.
- Qu’a dit Skinner ? Demanda Mulder.
- Suite à ta déposition, c’est classé sans suite. Il m’a demandé de ne pas ébruiter l’affaire et que si ce genre d’incident se reproduisait, je devrais songer à trouver un autre boulot.
- Mon bureau avait besoin d’être rangé de toute façon. Sourit-il.
- Je tiens à te remercier de m’avoir soutenue après ce que je t’ai fait Mulder. Je suis vraiment désolée… De tout ça.
- Ce n’est rien. Je l’ai un peu cherché.

Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent. Elle sortit la première.
- Ils ont retrouvé ton admirateur secret ? Demanda-t-il.
- J’ai préféré ne pas donner de suite. Je veux oublier toute cette histoire.
- Je suis lavé de tout soupçon ? Demanda-t-il en souriant.
- Oui. Cela va de soit.
- Moi, je n’aurais pas pris le rose. Lâcha-t-il.
- Mulder !!! Elle se tourna pour lui faire face.
- C’est quoi la prochaine folie après le tatouage et le canard ?
- Mulder… Elle lui empoigna le bras qui n’était pas en écharpe. Encore un mot là-dessus et tu regretteras jusqu’à la fin de tes jours d’être un homme.

Il acquiesça de la tête. Scully insista du regard, pour être sure qu’il avait bien saisi le message. Une fois fait, elle le lâcha et enfonça la clé dans la serrure.


------------------------------


Ils restèrent figés quelques instants. Scully soupira puis se dirigea vers le bureau. Elle regarda l’étagère décrochée puis posa l’objet qui avait failli lui coûter sa place.
Elle s’assit et balança :
- Tu t’en serviras de presse papier.
- A défaut d’autre chose. Répliqua-t-il.

Elle lui lança un regard noir. Il éclata de rire et s’approcha à son tour du bureau. Il reluqua ce petit canard rose, qui détenait en lui l’un des plus gros mensonge de l’agent Scully et qui lui avait valu un bras en écharpe.
Il soupira. Assez fort pour qu’elle l’entende… Il n’en avait pas fini avec cette histoire. Il attrapa le canard.
- Mulder… Soupira-t-elle.
- Quoi ? demanda-t-il innocemment.
- T’es un vrai gamin. Pose ça.
- Coin coin !! S’exclama-t-il.
- Mulder !!!
- COIN COIN COIN !!!! Hurla-t-il. ( MDR merci goldy Very Happy )

Elle se leva et arracha le canard de ses mains :
- Mais tu es complètement fou !!
- Pardon.

Il baissa la tête… Non pas pour se cacher de sa stupidité mais pour étouffer un rire incontrôlable.
S’en était trop, il éclata de rire. Scully écarquilla les yeux puis se laissa prendre. Il avait un rire communicatif. Il en profita pour se rapprocher d’elle.
- On est beaucoup trop sérieux, Scully. Sourit-il.
- Trop ? Tu plaisantes ? Je n’appelle pas cela être trop sérieux ! Dit-elle en montrant l’étagère à son partenaire.
- Cet objet, il lui prit des mains, prouve le contraire.
- Comment ça ? Rétorqua-t-elle.
- Tu caches peut-être bien ton jeu…
- Mulder…
- C’est bon ! Je retire ce que j’ai dit. Je ne voudrais pas regretter d’être un homme.

Cette dernière phrase la laissa songeuse… Elle regretterait sans doute d’être un agent du FBI trop consciencieuse… Elle regretterait sans doute d’avoir arrêté sa carrière de médecine… Elle regretterait sans doute de ne pas avoir de bureau à elle… Mais elle ne regretterait sans doute jamais qu’il soit un homme.

------------


- Il n’empêche que… Commença-t-il.
- Quoi ? Coupa-t-elle, en soupirant.
- Rien. Répondit-il.
- Mulder… S’il y a une chose que j’apprécie chez toi, c’est ta sincérité et…

Un bruit bizarre les coupa. Ils se retournèrent.
- Mulder ?
- Je t’assure que je n’y suis pour rien.

Mulder sourit et regarda l’objet se déplacer sur le bureau.
- Il vibre ? Sourit-il. Intéressant.
- Mulder !!! S’exclama-t-elle.
- Quoi ? nous n’avons pas eu le temps de voir toutes les fonctions l’autre fois… enfin tu vois.

Elle frappa d’un coup sec sur le canard qui s’était approché d’elle. Ses joues s’empourprèrent. Elle aurait aimé effacer de sa mémoire cet écart de conduite… Malheureusement… Elle savait par-dessus tout que Mulder serait toujours là pour lui rappeler… Etant donné qu’il était le principal intéressé.
Elle s’enfonça dans le fauteuil, honteuse. Elle ferma les yeux… Dans l’attente d’une de ses répliques cinglantes qui la mettrait encore plus mal à l’aise.
Ce moment ne vint pas… Un poids sur ses jambes… Elle ouvrit les yeux. Son partenaire se tenait là, à genoux devant elle… Une de ses mains sur ses cuisses… Elle frissonna d’abord de ce contact… Comme toujours puis s’énerva quand elle vit qu’il y déposa l’objet vibrant. Il semblait s’amuser de la situation. Il n’éprouvait aucune gène.
Elle garda son calme et attrapa le canard. Elle le serra si fort que Mulder eut un moment de recul. Comme si il avait perçu un message subliminal à travers ce geste. Il cherchait forcément à la provoquer. Il avait peut-être tout simplement besoin d’une explication. Et c’était sa manière à lui de lui faire comprendre. Comme toujours. Mais son humour, parfois dépassait les bornes.
Le bruit étouffé de l’objet dans sa main la déconcentra de son but ultime. Elle lui ferait payer un jour, c’est sur.
- C’est extrêmement gênant. Souffla-t-elle.
- C’est toi qui a commencé. Sourit-il.

Il attrapa le canard dans la main de sa partenaire… Il la regarda et prit une petite voix pour essayer de la faire sourire :
- C’est vrai ça agent Scully, je suis témoin ! Il fit bouger le canard.
- Mulder… Sourit-elle.
- Je n’imite pas bien le canard ? Demanda-t-il en faisant la moue.

Il soupira et entrelaça ses doigts dans les siens…
- Ecoute… Il prit un air sérieux… J’essaie juste de savoir… De comprendre ton comportement…
- Je sais…

Elle lui sourit. Une réponse suffisante à sa question… Elle l’attrapa par la cravate et l’approcha d’elle… Elle l’embrassa tendrement… Une réponse claire à sa question. Mulder glissa sa main dans ses cheveux… Prolongeant ce moment si particulier… Ce baiser n’avait rien à voir avec la fougue de cette fois là…

*Elle était furieuse. C’était sans doute ce qu’il cherchait d’elle. Sans rien comprendre, elle l’agrippa violemment, l’embrassant dans un élan passionné… Les boutons de sa chemise volèrent à travers la pièce, s’échouant sur le sol… Le contact de l’étagère au creux de son dos lui arracha un cri de douleur… Elle sourit, ne lâchant pas la prise qu’elle avait sur lui. Il eut à peine le temps de reprendre son souffle… L’étagère s’écroula sous la pression de ses deux corps acharnés. Scully recula… Regardant béate son partenaire… Coincé sous cette étagère... Il semblait souffrir*

Elle chuchota quelques mots à son oreille qui le fit sourire. Ils se levèrent… Il était temps pour eux de quitter le bureau…
Sans jamais lâcher sa main… elle s’arrêta et lui murmura :
- Chez toi ou chez moi ?

Il plongea son regard dans le sien… Il avait tout le temps de se poser des questions... Elle avait tout le temps de regretter d’être trop sérieuse dans son travail… Mais ça… Elle ne le regretterait pas…



THE END...

noisette
Doodle de Gillian

Messages : 239
Date d'inscription : 29/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum