- - - Quand le passé ressurgit - - -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

- - - Quand le passé ressurgit - - -

Message  titechhiuaua le Jeu 11 Fév 2010 - 11:48

- Dana Scully.
- Bonjour ! C’est Walter.
- Bonjour, comment allez-vous ?
- Très bien merci et vous ?
- Est-ce que vous travaillez cette après-midi ?
- Non pourquoi ?
- On pourrait se voir ?
- Bien sûr.
- Au parc à 15H ?
- Ok, à toute à l’heure.
Elle se posait des questions. Certes ils se voyaient souvent mais jamais il ne l’avait appelé ainsi pour la voir en pleine après-midi. D’habitude, il venait diner chez eux ou alors Scully lui déposait William pour le week-end. Scully lui avait demandé d’être le parrain de William et il tenait très bien son rôle. C’est avec appréhension qu’elle se rendit au rendez-vous. Elle était un peu en avance, elle voulait profiter du calme qui régnait dans le parc à cette heure là. Dans le parc. Elle s’assied sur un banc et profita des quelques rayons de soleil qui perçait le ciel en ce début de printemps. Elle avait fermé les yeux et appréciait le peu de chaleur que ceux-ci procurait sur son visage. Elle fut soudain surprise de sentir des mains se poser sur son visage pour lui cacher les yeux. Son cœur se mit à battre, elle venait de reconnaitre son parfum, elle posa ces mains sur celles qui lui cachaient les yeux et reconnu au toucher cette peau qui l’avait tant fait chavirer. Des larmes commencèrent à se frayer un passage. Il les sentit toucher ces mains, il les enleva doucement tout en gardant une de ces mains dans les siennes. Elle ouvrit enfin ces yeux et ces larmes doublèrent d’intensité quand elle vit son visage. Elle retira sa main qu’il tenait pour étouffer ces sanglots qui commençaient à monter. Il était bouleversé de la voir ainsi. Elle se leva et commença à partir. Il se dépêcha de faire de même pour pouvoir se mettre devant son chemin. Puis elle lui cria entre deux sanglots :
- Je te croyais MORT !
Il s’en voulait de lui avoir fait du mal. Il s’approcha d’elle et l’a prit dans ces bras. Elle se laissa faire et se blottit dans ces bras. Elle laissa échapper tout ce qu’elle retenait depuis si longtemps. Mais soudain, elle se retira des bras de Mulder.
- Laisse-moi s’il te plait.
Elle commença à partir mais à nouveau il se mit sur son passage.
- Laisse-moi passer. Je ne me sens pas prête à parler de quoi que se soit avec toi.
- Attend, je…
- Ne rend pas les choses plus difficiles qu’elles ne le sont depuis que tu es là !
- Prend ça s’il te plait et je te laisserai.
Mulder lui tendait une enveloppe. Scully l’a prit et partit à sa voiture. Quand elle fut entrée dans celle-ci, elle laissa tomber sa tête dans ces bras sur le volant et laissa exploser tout ce qu’elle avait en elle. Mulder qui l’avait suivit au loin fut très touché de la voir si mal. Il aurait aimé courir la prendre dans ces bras et pouvoir effacer toutes ces années qui les avaient séparés. Scully se reprit, elle essuya ces larmes et regarda avec intensité cette enveloppe qu’elle tenait entre ces mains. Elle avait été surprise de le voir et surprise de sa propre réaction qu’elle en avait préféré le fuir. Elle ouvra la lettre :

Ma chère Scully,
Si tu as cette lettre, c’est parce-que nous n’avons pas pu nous parler, j’avais pensé à cette éventualité et avait paré contre avec cette lettre. La première chose que j’ai à te dire s’est excuse-moi, je suis désolé de tout le mal qu’à pu créer ma décision et mon absence. J’ai sais que j’ai pris une décision seul alors que l’on aurait dû la prendre à deux. Je voulais me faire oublier pour que toi et William puissiez vivre normalement et sans danger. Si je reviens aujourd’hui s’est parce que je pense qu’ils m’ont oublié et que je n’ai pas l’intention de me faire entendre à nouveau mais plutôt de passer du temps avec vous deux. J’ai mit cette quête de côté, elle ne m’a apporté que des ennuis et je n’ai pas envie quelle m’éloigne à nouveau de vous. Je n’ai plus qu’une chose à te dire, c’est que je vous aime toujours autant tous les deux et vous me manquez terriblement.
A bientôt j’espère.
Mulder


Quelques larmes coulèrent à nouveau, elle était très touchée par cette attention de la part de Mulder. Lui qui autre fois n’arrivait à mettre un mot sur ce qu’il pouvait ressentir. Tout un coup elle se sentit perdu, elle ne savait pas quoi penser de tout ça.
avatar
titechhiuaua
Sandwish de Tooms

Messages : 62
Date d'inscription : 28/04/2009
Age : 33
Localisation : Marne(51)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: - - - Quand le passé ressurgit - - -

Message  titechhiuaua le Ven 12 Fév 2010 - 7:16

Quelques jours plus tard
- Skinner.
- Bonjour s’est Dana.
- Bonjour. Comment allez-vous ?
- Bien merci… je … est-ce qu’il est possible que vous puissiez laisser un message à Mulder ?
- Bien sûr.
- Dites lui 15H au parc cette après-midi.
- Je vais lui dire. Dana ?
- Oui ?
- Vous êtes sûr que tout va bien ?
- Oui, ne vous inquiétez pas.
- William est-il au courant ?
- Non, je ne tiens pas à lui en parler pour le moment. J’ai besoin que les choses soient plus claires avant.


Mulder avait tellement peur de l’a raté qu’il était venu en avance. Pour rien au monde il n’aurait voulut rater ce rendez-vous. Mulder ferma les yeux et repensa à sa rencontre avec Scully quelques jours plus tôt. Son cœur se serra de se rappeler dans l’état d’émotion qu’était Scully mais un sourire vint étirer ces lèvres quand il se rappela la douceur de sa peau quand il avait posé ces mains sur son visage et qu’elle avait posée les siennes par-dessus. Il en frissonna. Quand il ouvra les yeux de nouveau, s’était pour la voir s’approcher de lui. Elle s’assied près de lui.
- Comment vas-tu ?
- Bien et toi ?
- Bien et William ?
- Bien aussi. Excuse-moi pour ma réaction l’autre jour.
- Je ne t’en veux pas, je peux comprendre. Je suis heureux de te voir.
- Moi aussi.
- Que fais-tu de beau dans la vie ? Tu es toujours au FBI ?
- Non. J’ai préféré retourner à la médecine pour pouvoir m’occuper de William. Je travail dans un service de pédiatrie.
- Et sa te plait ?
- Beaucoup. Et toi ?
- Rien de bien intéressant. Tu vis avec quelqu’un ?
Scully baissa sa tête de peur de voir le regard de Mulder lorsqu’elle lui dirait la vérité.
- Oui.
- Je le connais ?
- Juste de nom.
- Qui est-ce ?
- Daniel Waterston.
- Le prof avec qui tu avais eu une histoire ?
- Oui.
- Je vois qu’il a su rattraper le temps perdu ! Et comment vous vous êtes revu ?
- C’est… c’est mon chef de service. Et excuse-moi Mulder mais je n’avais plus aucunes nouvelles de toi depuis très longtemps, trop longtemps même. J’avais besoin de me sentir aimer, je me sentais si seule.
- Et tu es amoureuse de lui ?
- Je pensais l’être.
- Comment ça tu pensais ?
- Ecoute Mulder, je n’ai pas envie de parler de ça avec toi.
- Il est gentil avec vous ? Tu es heureuse au moins ?
- Tout se passe bien, ne t’en fais pas.
- William a des frères et sœurs ?
- Non.
- Tu n’as pas pu ou tu n’as pas voulut.
- Mulder s’il te plait.
Mulder regardait Scully, il avait posé une question et il lui tenait à cœur de connaitre la réponse.
- Je n’ai pas voulut.
- Pourquoi donc ?
- J’avais envie de m’investir pour William. J’en ai tellement eut envie de ce petit bout que j’ai voulut tout mettre en œuvre pour qu’il ne manque de rien. Et surtout en prifter en maximum.
- Je comprends. Mais si tu veux, je peux essayer de t’en faire un ! Là maintenant, tout de suite !
- Mulder !
Scully avait sourit. Elle retrouvait son humour et sa lui faisait plaisir. Il lui avait tant manqué, elle était heureuse de le revoir.
- Je n’ai pas envie de bouleverser vos vies mais tu crois que l’on pourra tout de même se revoir ?
- Bien sûr.
- Et pour William ?
- Je préfère attendre un peu si sa ne te dérange pas.
- Comme tu voudras.
- Est-ce que Daniel sait que je suis le père de William ?
- Oui mais par contre, il ne sait pas que tu es de retour.
- Pourquoi donc ?
- Laisse-moi le temps de tout régler dans ma vie. Te revoir a bouleversé beaucoup de choses et je ne veux pas tout perdre en voulant sauter des étapes.
- Je comprends.
Ils discutaient de choses et d’autres, chacun heureux de retrouver l’autre. Ils discutaient comme-ci jamais ils n’avaient été séparés. Une seule ombre au tableau, ils n’étaient plus ensemble.
avatar
titechhiuaua
Sandwish de Tooms

Messages : 62
Date d'inscription : 28/04/2009
Age : 33
Localisation : Marne(51)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: - - - Quand le passé ressurgit - - -

Message  titechhiuaua le Dim 21 Fév 2010 - 11:02

Quelques jours plus tard
Scully et Daniel étaient invités chez Skinner. Quand ils arrivèrent, il y avait déjà quelques convives. Scully demanda à Skinner :
- Alors, que nous vaut cette invitation si mystérieuse ?
- Ah ! Ah ! Vous le saurez quand tout le monde sera là.
- Il y a encore du monde à venir ?
- Oui.
- Il est invité aussi ?
Skinner savait très bien de qui elle parlait.
- Oui.
- Mais pourquoi ?
- Et pourquoi pas !? Vous comptez tous les deux pour moi et puis de quoi as-tu peur ?
- Rien.
Il voyait bien qu’elle était embarrassée.
- Daniel n’est pas au courant s’est ça ?
Elle le regarda et il comprit dans son regard qu’il avait raison. Il voyait très bien qu’elle était troublée.
- Tout se passera bien.
Scully retourna vers les convives. Daniel avait remarqué que Scully était tendue depuis son retour de la cuisine.
- Tout va bien ?
- Oui.
- Tu es sûr ?
- Oui pourquoi ?
- Je te sens tendue.
- Non s’est rien.
Les derniers convives arrivèrent et dans le lot Mulder était là. Quand Skinner le présenta, Daniel eut un temps d’arrêt et tourna la tête vers Scully. Il voulait comprendre.
- Tu savais qu’il était vivant ? Et qu’il serait là ?
- Je viens de l’apprendre il n’y a que quelques minutes.
- Et depuis quand sais-tu qu’il est vivant ?
- Bientôt deux semaines.
- Et tu ne m’as rien dis !
- C’est pas le moment d’en parler.
- Se n’est jamais le moment avec toi !
Mulder qui suivait de loin leur comportement se doutait qu’il y avait de l’eau dans le gaz entre eux et que Scully ne lui avait toujours rien dit. Il se retrouvait donc au pied du mur en le voyant débarquer. Skinner lança les hostilités avec un apéro :
- Un peu d’attention s’il vous plait. Si je vous ai invité ce soir, s’est parce que j’avais quelque chose d’important à vous annoncez. Il est vrai qu’à mon âge beaucoup aimerait une retraite bien paisible mais se ne sera pas encore mon cas car je viens d’être promu directeur général !
Tout le monde le félicita et la soirée commença. Deux heures plus tard, Daniel se leva et s’excusa de devoir partir auprès de Skinner car il devrait être de très bonne heure à l’hôpital.
- Dana reste avec nous ?
- Oui, elle prendra un taxi. Bonne fin de soirée et encore toutes mes félicitations !
- Merci bonne fin de soirée à toi aussi.
Daniel partit. Mulder était heureux de ce départ. Un jeu de regard s’installa entre Mulder et Scully. Tous les convives partirent, il ne restait plus que Mulder et Scully qui aidait Skinner à débarrasser.
- Allez-y aussi tous les deux. Mulder, ça vous dérangerait de raccompagner Dana ?
- Laisse, je vais prendre un taxi.
- Je serai plus tranquille de savoir qu’il te raccompagne que de te savoir seule dans un taxi.
Scully obtempéra. Skinner l’avait fait exprès pour essayer de forcer le destin et d’essayer de faire en sorte qu’ils en profitent pour se parler. Ils prirent leurs affaires et partirent. Dans l’ascenseur, Mulder s’approcha de Scully et l’embrassa. Surprise, elle eut un temps d’arrêt puis lui rendit son baiser sans comprendre ce qui lui prenait de faire cela. Chacun passe ces bras autour de l’autre. Un baiser fougueux et sensuel était entrain de s’échanger. Mulder passa légèrement une main sous le chemisier de Scully, il avait besoin de sentir un peu la peau de Scully sous la sienne. Mais s’est à cet instant qu’elle se rendit vraiment compte de ce qu’elle faisait et arrêta le baiser.
- Mulder arrête !
- Tu en as autant envie que moi !
- Je ne peu pas.
Mulder était déçu mais il respecta néanmoins son choix et arrêta. Il lui tourna le dos et regardait intensément ces portes qui n’allaient pas tarder de s’ouvrir. Il sentit soudain le malaise qui venait de s’infiltrer dans cette cabine d’ascenseur. Il avait peur d’avoir un peu trop laissé parler ces sentiments et de ce faite que Scully s’éloigne un peu de lui. Elle était derrière lui, la tête baissée de peur qu’il se retourna et de voir son regard. Elle l’avait laissé l’embrasser sans aucune barrière, le laissant faire ce dont il voulait jusqu’à ce qu’elle réagisse. Elle ne comprenait pas pourquoi elle l’avait laissé faire. Quand les portes s’ouvrirent, Mulder sortit de l’ascenseur sans même là regarder. Sur le chemin pour aller chez Scully, aucun des deux n’avait dit quoi que se soit. Une fois la voiture garer, ils osèrent enfin se regarder :
- Merci de m’avoir raccompagné.
- De rien. Passe une bonne nuit.
- Toi aussi.
Mulder se pencha vers Scully et déposa un baiser sur ces lèvres. Il accentua celui-ci ne sentant pas Scully le repousser. Elle appréciait le contact de ces lèvres qui l’envoutaient complètement. Quand elle reprit ces esprits, elle le repoussa une nouvelle fois.
- Je suis désolé.
- On ne va pas jouer au chat et à la souris comme lorsque nous étions au FBI.
- La situation est déjà assez difficile alors s’il te plait n’en rajoute pas !
- Je n’ai pas envie de te faire du mal mais comprend aussi que s’est difficile pour moi aussi de te voir avec un autre homme et de ne pouvoir te toucher.
- Ecoute Mulder, je crois que l’on devrait attendre un peu avant de se revoir.
- Mais pourquoi ?!
- Je ne sais pas où j’en suis et je n’ai pas envie de te donner de faux espoir.
- Tu m’as rayé de ta vie ?
- Bien sûr que non mais aujourd’hui la situation est différente.
- Différente de quoi ? Je t’aime et je suppose que toi aussi vu comment tu as réagi à mes baisers alors je ne vois pas où est le problème !
- Le problème comme tu l’appelles se nomme Daniel.
- Ok et bien alors téléphone moi quand tu auras envie de me voir.
Mulder avait rallumé le moteur de sa voiture et regardait en face de lui sans adresser aucun regard vers Scully. Elle savait qu’elle l’avait blessé mais elle ne savait pas comment s’y prendre ne sachant pas elle-même où elle en était ni se qu’elle pouvait vraiment ressentir. Tout se mélangeait dans sa tête et elle n’arrivait pas à aligner tout se que son cœur et sa tête avaient assimilés en si peu de temps. Elle n’osa rien rajouter et descendit de la voiture. Mulder commença à partir et une ombre derrière une fenêtre disparue.
avatar
titechhiuaua
Sandwish de Tooms

Messages : 62
Date d'inscription : 28/04/2009
Age : 33
Localisation : Marne(51)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: - - - Quand le passé ressurgit - - -

Message  titechhiuaua le Lun 22 Fév 2010 - 16:49

Deux semaines plus tard
Scully et sa mère préparaient le thé et les petits gâteaux pour le goûter.
- Qu’est-ce qu’il ne va pas Dana ?
- Tout va bien.
- Pas à moi.
- Maman, s’il te plait.
- Je me fais du souci pour toi.
- Tu n’as pas à t’en faire, je te le promets.
Elle n’avait rien voulut y dire mais sa mère ressentait très bien dans son regard que quelque chose n’allait pas bien. Elles retournèrent au salon rejoindre tout le monde. Ils discutaient de choses et d’autres quand Daniel se leva et demanda l’attention de tous. Il se tourna vers Scully et lui demanda :
- Dana, veux-tu devenir ma femme ?
Scully regarda tout le monde autour d’elle. Tous avaient le regard braqué sur elle. Elle se leva et répondit avant de partir :
- Je suis désolé, je ne peux pas.
William qui ne comprenait pas ce qu’il se passait n’y pourquoi elle avait refusée, alla vers sa grand-mère pour lui demander :
- Qu’est-ce qu’il lui arrive ?
- Je ne sais pas.
Margaret Scully commençait à comprendre pourquoi sa fille n’avait pas l’air très bien, du moins en partit. Daniel alla rejoindre Scully dans sa chambre. Elle sécha ces larmes dès qu’ele le vit. Il vint s’asseoir près d’elle et lui demanda :
- Ai-je le droit à une explication ?
- Il n’y a pas d’explication, je n’ai pas envie de me marier.
- C’est à cause de lui ?
Scully le regarda enfin et continua à son tour :
- Lui, il s’appelle Mulder.
- Tu n’as pas répondu à ma question.
- Il n’a rien à voir là dedans.
Elle avait baissée le regard en lui répondant de peur qu’il ne décrypte quoi que se soit dans son regard.
- Tu mens très mal Dana. Où alors s’est à toi que tu mens ! Mais regarde-toi ! Depuis qu’il est revenu tu n’es plus la même, tu es si lointaine ! J’ai l’impression de retrouver la Dana qui était venu me voir à l’hôpital lorsqu’elle travaillait avec lui. Et la suite on la connait tous, William en est le résultat !
Un silence s’était installé entre eux, Daniel reprit la parole :
- Je vous ai vu vous embrassez dans sa voiture.
Elle avait relevée la tête et avait plongée son regard dans le sien afin d’essayer de comprendre :
- Alors pourquoi cette mascarade et en plus devant ma famille !
- Parce que je voulais être sûr de ce que tu ressentais pour moi. Je n’aurai pas pu vivre et craindre de rentrer un jour et que tu sois partis avec lui. Nous n’aurons jamais d’avenir ensemble tant qu’il sera dans les parages ! Il va falloir que tu fasses un choix, s’est lui ou s’est moi.
- Je ne peux pas priver William de son père.
- Mais il ne le connait même pas !
- Sa ne veut pas dire qu’il ne le connaitra jamais.
- Ok, j’ai compris. J’aurais simplement que tu sois honnête.
- Honnête pour quoi ?
- Pour tout ! Qu’il était revenu, que vous vous étiez embrassés, tout ça quoi !
Scully ne lui répondit rien et Daniel en profita pour continuer :
-Je rentre à la maison. Quand tu rentreras ce soir, je serai déjà partit. J’espère simplement que tu sais ce que tu fais et que tu seras heureuse.
Daniel partit et William monta aussitôt vers elle. Il hésita un instant avant d’entrer
- Pourquoi il s’en va ?
- On ne va plus habiter ensemble.
- Pourquoi donc ?
- Parce que l’on ne s’aime plus.
- Il y a quelque chose d’autre ?
- Non pourquoi ?
- Alors pourquoi mamie à l’air tracassée ?
- Tu sais bien qu’elle se fait toujours du souci pour nous.
- Pourquoi j’ai l’impression que tu ne me dis pas tout ?
Scully baissa la tête quelques instants, elle avait besoin de courage. Elle l’a releva et plongea son regard dans celui de son fils.
- Tu as raison, je ne te dis pas tout. Laisse-moi simplement régler quelques petites choses et je te promets que je t’en parlerais.
- S’est promis ?
- Promis.
William vint se blottir tout contre sa mère. Il éprouvait le besoin de lui faire un gros câlin, il l’a sentait tendu, un peu perdue et triste. Il voulait essayer de lui remonter le moral. Quelques temps plus tard, Charles vint les rejoindre.
- Je peux me joindre à vous ?
- Bien sûr.
- Je vous laisse discuter ensemble.
William partit et Charles prit sa place.
- Comment tu vas ?
- Je suis perdue.
- Comment ça se fait ?
- Mulder est de retour.
- Je comprends mieux.
- Qu’est-ce que tu comprends mieux ?
- Ton air si perdu lorsque l’on s’est téléphoné l’autre jour. J’ai sentit que tu n’allais pas bien quand vous êtes arrivés et surtout pourquoi tu as dis non à Daniel.
- Mais Mulder n’a rien à voir là dedans.
- Tu es sûr de toi ?
Scully hésitait puis elle fini par lui répondre :
- Non.
- Vous vous êtes revus ?
Scully lui fit signe de la tête et Charles continua :
- Il s’est passé quelque chose ?
- On… on s’est embrassé. Mais j’y ai mit un terme et depuis on ne s’est pas revu.
- Daniel sait quelque chose ? Son retour ou sur vous deux ?
- Walter nous avait invité ensemble, s’est comme ça qu’il a sut car je ne lui avais pas encore dit. Et il m’a dit tout à l’heure qu’il nous avait surpris.
- Pourquoi t’avoir demandé en mariage alors ?
- Dans l’espoir que je reste sienne.
- Je commence à te sentir soulagé.
- Je vais reprendre ma vie en main et non faire ce que les autres attendent de moi.
- Sa s’est une bonne chose. Et Mulder ?
- Mulder ? On verra plus tard. De plus que je ne sais pas ce que peut être notre relation. J’ai besoin de stabilité et de comprendre quelle place il tient et que je souhaiterais qu’il tienne.
- Prend ton temps, surtout ne précipite pas les choses. Je n’ai pas envie de revoir un jour la Dana que j’ai connu lorsque Mulder est partit n’y celle qui avait l’air de s’ennuyer avec Daniel. Mais un petit conseil si je peux me permettre tout de même, s’est que si tu penses qu’il tient une place en particulier dans ta vie, alors n’attend pas aussi longtemps que lorsque vous avez travaillés ensemble.
- Je ne referais pas deux fois la même erreur.
- En tout cas, tu sais que tu peux compter sur moi. N’hésite surtout pas.
-Merci.
avatar
titechhiuaua
Sandwish de Tooms

Messages : 62
Date d'inscription : 28/04/2009
Age : 33
Localisation : Marne(51)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: - - - Quand le passé ressurgit - - -

Message  titechhiuaua le Mar 23 Fév 2010 - 12:28

Deux mois plus tard
Au téléphone :
- Mulder.
- Bonjour, s’est Scully.
- Comment vas-tu ?
- Sa va et toi ?
- Mieux depuis que j’ai décroché ce téléphone.
Sans s’en rendre compte, Scully avait sourit. Il savait toujours trouver les mots.
- Je… Tu crois qu’il serait possible de se voir ?
- Bien sûr ! Quand voudrais-tu ?
- Ce soir ?
- Ok. Viens à la maison. Est-ce que William sera là ?
- Non, il sera chez Walter. Je ne lui en ai pas encore parlé.
- Tu ne veux pas qu’on se rencontre ?
- Sa n’a rien à voir. Nos vies à tous les deux ont changées il y a deux mois. J’avais besoin d’un peu de temps mais aussi de te revoir avant de lui parler de quoi que se soit.
- Viens à la maison, ça me fera plaisir de te recevoir.
- A ce soir.
- A ce soir Scully.
Ils raccrochèrent tous les deux. Un sourire béa se dessina sur chacun des visages. William vint rejoindre Scully.
- S’était qui au téléphone ? Et pourquoi tu souris comme ça ?!
- Pour rien mon chéri. Tu es prêt ?
William lui fit signe de la tête oui et ils montèrent en voiture ensemble. Sur la route, William redemanda :
- Sérieusement maman, qu’est-ce qu’il y a ? Y a trop longtemps que je ne t’ai pas vu sourire comme ça.
Scully ne répondit toujours pas et William continua :
- Allez maman ! Réponds-moi !
- Ce soir, je sors !
- Toi ! Tu sors !?
- Bein oui ! Qu’est-ce qui t’étonne ?
- A part quelques fois avec Daniel, je ne me rappelle pas que tu sois déjà sortit ! Et puis tu sors avec qui ?
- Tu es bien curieux !
- Il est beau ? Il est gentil avec toi au moins ?!
- Qui te dis que s’est homme d’abord ?
- Tu n’es pas comme ça quand tu vois une copine.
- Alors pour répondre à ta question, oui il est gentil. Ne t’inquiète pas.
- Je pourrais le voir quand ?
- Tu ne trouve pas que tu vas un peu vite là ?! Chaque chose en son temps. Tu le rencontreras mais pas tout de suite.
Heureusement pour Scully, elle venait de se garer devant chez Skinner ; l’interrogatoire allait pouvoir s’arrêter. Scully était entrain de discuter avec Skinner quand William fit réapparition après avoir déposé ces affaires.
- Walter ! J’ai un scoop pour toi !
- Et lequel ?
William regarda Scully et elle comprit de quoi allait parler son scoop. Elle n’eut pas le temps de dire quoi que se soit que William tout fier, dit :
- Savais-tu que maman était de sortie ce soir ?!
- Et avec qui ?
- Un mystérieux personnage qu’elle ne veut pas me présenter.
- William ! Je t’ai simplement dit pas maintenant.
Skinner regarda Scully et lui dit :
- Ce sourire je le connais, ce regard aussi ! C’est lui n’est-ce pas ?
Scully ne répondit pas mais son regard en disait long. William qui n’arrivait pas à suivre l’histoire demanda :
- Qui sa « lui » ? Et pourquoi il sait quelque chose et pas moi ?
- Je t’ai dis que je t’en parlerai mais laisse-moi régler quelques petites choses avant et je te promets que je t’en parlerais.
- C’est à cause de lui que Daniel est partit ?
Scully ne savait pas quoi lui répondre. Devait-elle lui dire la vérité ou pouvait-elle ne rien lui dire ? Mais son silence en disait long et William comprit que cet homme était peut-être la cause de se qu’il s’était passé entre Daniel et sa mère.


Quelques heures plus tard :
- On sonna à sa porte. Il alla ouvrir. Quand il l’a vit apparaitre, un grand sourire illumina son visage. Elle entra et lui donna la bouteille de vin qu’elle lui avait apporté.
- Hum, sa sent bon ! S’est toi qui a cuisiné ?
- Malheureusement mes talents culinaires n’ont pas vraiment progressés.

La soirée se passait bien, ils discutaient de choses et d’autres, tout en se délectant de leur repas. Puis Mulder demanda à Scully :
- Te rappelles-tu lorsque l’on avait dansé tous les deux au concert de Cher ?
- Oh que oui ! On peut même dire que j’avais été étonné que tu m’invite à danser j’avais apprécié.
Mulder prit la télécommande de sa chaîne hifi et mit en lecture une chanson de Cher. Scully baissa sa tête pour pouffer de rire et cacher tout l’étonnement qu’elle avait. Décidément, il avait toujours plus d’un tour dans son sac pour ne cesser de l’étonner. Mulder se leva et lui tendit la main :
- M’accorderais-tu cette danse ?
Scully glissa une main dans celle de Mulder et l’accompagna. Mulder entrainait Scully gracieusement. Leurs regards ne se lâchaient plus et leurs corps se rapprochaient toujours un peu plus. A la fin de la chanson, Mulder bascula Scully en arrière et déposa un baiser sur ces lèvres. Voyant le regard de Scully quelque peu surpris, il se confessa en excuse :
- Je suis désolé.
Ils retournèrent à table un peu gêné puis la conversation reprit. Puis Mulder posa la question qui lui trottait dans la tête depuis l’appel de Scully
- Tu vas peut-être dire que je me mêle de ce qui ne me regarde pas mais pourquoi as-tu dis que vos vies avaient changées il y a deux mois ? Pas à cause de moi au moins ?!
- Rassure-toi, se n’est pas à cause de toi. Avec Daniel nous nous sommes séparés.
Sans le vouloir, un sourire se redessina sur le visage de Mulder. Il se prit soudain pour un hypocrite d’être soulagé de cette séparation sans savoir ce qu’elle pouvait ressentir.
- Pourquoi souris-tu ?
Il y avait un petit silence. Il n’osait lui dire pourquoi. Mais si elle ouvrait son cœur, il ne pouvait pas se permettre de lui mentir.
- Excuse-moi. Tu vas certainement me prendre pour un égoïste mais je me sens soulagé qu’un autre homme ne puisse poser ces mains sur toi. Si se n’est pas indiscret, pourquoi vous vous êtes séparés ?
- Il m’a demandé en mariage et j’ai refusé. Du coup il a prit ces affaires et il est partit. C’est mieux ainsi.
- Bon et bien je sais ce qu’il me reste à faire, ne pas te demander en mariage si je ne veux pas te voir fuir !
L’humour de Mulder l’avait fait rire. Il n’avait pas oublié comment faire pour réussir à la détendre. Sans s’en rendre compte, leurs mains qui étaient posé sur la table s’étaient rejointes. Puis Mulder proposa d’aller chercher le dessert, elle alla s’asseoir sue le canapé et déposa un petit cadeau sur la table basse. Quand il vint s’asseoir près d’elle, elle lui tendit le paquet :
- C’est pour moi ?
- Tu vois quelqu’un d’autre dans la pièce ?
- Qu’est-ce que s’est ?
- Ouvre.
Mulder déballa le paquet. Il fut émut de trouver nu boitier de CD avec écrit dessus « Photos William ». Il allait enfin pouvoir découvrir à quoi ressemblait son fils.
- Sa te dérange si on les regarde maintenant ?
- Bien sûr que non.
Mulder se leva pour mettre le CD dans son lecteur et les images commencèrent à défiler. Scully commentait les photos tout en mangeant son dessert. Mulder était heureux de découvrir son fils. Quand ils eurent fini leur dessert, Scully se rapprocha de Mulder. Celui-ci hésita un instant puis passa un bras autour d’elle. Elle s’approcha encore un peu plus puis posa sa tête sur son épaule. Ils appréciaient de partager ce moment ensemble. Quand le CD fut fini, Mulder dit à Scully :
- Merci. Merci pour ce cadeau. Je ne m’y attendais pas du tout mais il me fait vraiment très plaisir !
- N’ayant pas encore parlé à William, je me suis dit que se serait plutôt sympa de déjà te le présenter un peu. Que tu saches un peu qui il est.
Scully était touché de voir que ça pouvait lui faire autant plaisir et qu’il s’intéressait à son fils. Elle prit enfin les choses en main, elle ne voulait pas attendre des années. Elle savait ce que son cœur voulait et lui aussi. Elle déposa un baiser sur les lèvres de Mulder qui fut très surpris :
- Tu es sûr de toi là ?
Scully redéposa un baiser sur ces lèvres et lui dit :
- Est-ce que cette réponse te convient ?
- Plus que tout.
Il attrapa Scully dans ces bras et l’embrassa langoureusement. Chacun était heureux et détendu. Quelques secondes plus tard, quelques larmes perlèrent les yeux de Scully. Une larme tomba sur la joue de Mulder et celui-ci comprit aussitôt ce qu’il se passait. Il recula légèrement son visage et lui demanda :
- Que se passe-t-il ?
- Rien.
- Scully ? S’il te plait.
Elle hésita un instant puis se blottit encore plus dans les bras de Mulder. Elle lui dit :
- J’ai cru que tu étais mort et tu m’as tellement manqué.
- Je m’en suis voulut de cette longue absence. Et vous m’avez beaucoup manqué aussi. Je te promets de ne plus vous quitter.
La soirée s’était très bien passée. Il se faisait maintenant très tard. Scully se leva :
- Je vais y aller. Il se fait tard.
- Reste… s’il te plait.
Elle le regardait. Elle ne savait pas quoi répondre. Elle en mourrait d’envie mais elle avait aussi peur de précipiter les choses.
« De quoi as-tu peur ? De précipiter quoi ? Depuis quand est-il dans ton cœur ? Depuis de si nombreuses années que l’on ne peu plus parler de précipitation » se dit-elle.
- Je veux bien rester près de toi.
Mulder l’a serra dans ces bras.
avatar
titechhiuaua
Sandwish de Tooms

Messages : 62
Date d'inscription : 28/04/2009
Age : 33
Localisation : Marne(51)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: - - - Quand le passé ressurgit - - -

Message  titechhiuaua le Mar 23 Fév 2010 - 14:49

Le lendemain matin
Scully ouvrit doucement les yeux. Elle croisa le regard de Mulder.
- Bonjour.
- Bonjour. Comment va la belle au bois dormant ?
- Pourquoi ? Quelle heure est-il ?
- Dix heures et quart.
- Zut. Je dois aller chercher William dans trois quart d’heure.
Scully se leva du lit d’un bond.
- Eh ! Tu pourrais au moins prendre le temps de me faire un bisou pour commencer puis par me répondre « oui Mulder je vais bien et toi ? » et je te répondrais « je vais bien aussi, merci ».
- Excuse-moi
Elle s’approcha de lui et lui déposa un baiser. Mais Mulder l’attrapa et l’a prit dans ces bras.
- Tu ne crois pas que j’allais te laisser partir ainsi.
Ils s’embrassèrent et Scully alla prendre sa douche. Mulder alla préparer le petit déjeuner. Ils déjeunèrent ensemble et profitèrent de ce dernier moment avant le départ de Scully.

Chez Skinner
Scully fut accueillit à bras ouvert par William.
- Toi ! Tu n’es pas rentré à la maison cette nuit !
- Voyons William !
- Tu ne t’habille jamais comme ça ! Et vu le sourire que tu as, la soirée a dû bien se passer !
- De mieux en mieux ! File donc chercher tes affaires !
William alla chercher ces affaires. Skinner demanda à Scully :
- La soirée s’est bien passée ?
- Oui, très bien.
- Est-ce que tout va bien.
- Tout va bien. Il ne faut pas s’inquiéter J’ai eut les réponses qu’il me manquait. On va pouvoir avancer et surtout je vais pouvoir en parler à William.
- Il n’attend que ça. Il s’inquiète pour toi.
- Je sais. A présent, s’est pour lui que je m’inquiète quand je vais devoir lui en parler.
- Il ne faut pas s’inquiéter pour ça. Je crois que ce jour, il l’attend avec impatience et depuis longtemps !
William revint vers eux et leur conversation s’arrêta là.

Quelques jours plus tard
Scully était allongée sur le hamac de sa terrasse, songeuse. Sa faisait déjà quelques jours qu’elle cherchait comment parler avec William. Il vint la rejoindre.
- Quelque chose ne va pas maman ?
- Tout va bien pourquoi ?
- Y’a des moments où tu es ailleurs comme à l’instant.
Elle saisit l’opportunité et lui demanda de s’asseoir avec elle. Il s’installa volontiers dans le hamac, chacun en face de l’autre.
- L’autre soir, je suis sortie avec quelqu’un que tu connais.
- S’est à dire ?
Un silence s’installa puis Scully fini par dire :
- Ton père.
- Quoi ?!
William se redressa vivement.
- Depuis quand le vois-tu ?
- Il est revenu quelques temps avant que Daniel s’en aille. Mais je ne l’avais pas revu ensuite jusqu’à ce que l’on passe la soirée ensemble.
- Pourquoi tu ne m’as rien dit ?
- J’avais besoin de savoir quelle place on avait pour lui, quelle pace il avait encore pour moi. Et il me fallait un peu de temps à ne pas lui en vouloir de ne pas nous avoir au moins donné des nouvelles. Mais j’avais surtout besoin de savoir quelle place toi tu avais pour lui pour être sûr de ne pas te faire de mal.
- Et quelle place j’ai pour lui ?
- La place qu’un fils tient dans le cœur de son père.
Les yeux de William brillèrent. Il était touché et heureux.
- Et quelle place vous avez l’un pour l’autre ?
- Toujours la même que l’on avait déjà dans le cœur l’un de l’autre.
- Tu veux dire qu’en plus de le revoir, je vais avoir aussi la chance de vous revoir ensemble ?
Scully lui fit signe de la tête oui avec un large sourire.
- Si je m’attendais à ça ! C’est pour ça que tu n’as pas voulut te marier avec Daniel ?
- Je crois que oui.
- Quand pourrais-je le voir ?
- Bientôt !
- Quand bientôt ?!!!
- Bientôt !!!
William était si heureux. Il alla se blottir dans les bras de sa mère.

Une semaine plus tard
Scully et William se baladaient dans le parc. Ils choisissaient une glace quand Scully sentit des bras autour d’elle et un baiser se poser dans son corps. William souriait. Il avait comprit que cet inconnu qui lui avait fait un clin d’œil en s’approchant de sa mère pour lui faire signe de ne rien dire n’était autre que son père. Leur ressemblance était si frappante qu’il ne pouvait en douter. Scully se retourna et déposa à son tour un baiser sur les lèvres de Mulder. Scully présenta Mulder et William. Ils prirent leurs glaces et allèrent marcher dans le parc. Chacun heureux de pouvoir retrouver l’autre. William posait une tonne de questions à Mulder. Il était heureux de le voir et ne voulait pas perdre un instant pour le connaitre. Ce soir-là, Mulder alla diner chez eux. Mais William avait cour le lendemain et il avait du se résigner à aller se coucher. Après avoir dit en revoir à Mulder, il lui dit :
- Merci d’être revenu.
Mulder prit William dans ces bras.

Mulder et Scully étaient assis sur le canapé, l’un contre l’autre.
- Alors, cette rencontre avec ton fils ?
- Magique.
- Il était un peu angoissé, il avait peur que tu ne l’aime pas. Et à vrai dire j’avais un peu peur de sa aussi et s’est pourquoi j’ai voulut te voir sans lui.
- Tu n’aurais pas dû douter de ça.
- Je suis désolé mais après autant de temps, je ne savais plus quoi en penser.
- Est-ce qu’il t’es arrivé de penser à moi ? A nos retrouvailles ?
- Un million de fois et toi ?
- Pareil. J’étais incapable de penser à autre chose. Et je n’avais qu’une peur, s’était de te retrouver dans les bras d’un autre. J’ai eut mal quand tu m’as dit que tu étais avec Daniel.
- Sa ne voulait pas dire que je t’avais oublié. J’avais besoin d’attention, d’avoir l’impression d’être protégée.
- Et tu as trouvé ce que tu voulais ?
- Non. Je me suis installé dans une histoire ennuyeuse. Je suis resté pour William car il s’entendait bien avec lui et que je n’avais pas envie de le perturber. Bill était heureux que tu ne sois plus dans nos vies et appréciait Daniel pour son rang. Mais Charles n’était pas dupe. Sans te connaitre, c’est toi qu’il préférait.
- Pourquoi donc ?
- Simplement parce que tu savais me faire sourire.
Il savait la faire sourire, il savait l’a rendre heureuse et surtout il l’aimait. Ils ne leur en fallait pas plus pour être heureux. Simplement eux et leur fils. Un avenir allait se dessiner, un avenir à trois. Un mot résonnait dans leur tête « famille ».

THE END
avatar
titechhiuaua
Sandwish de Tooms

Messages : 62
Date d'inscription : 28/04/2009
Age : 33
Localisation : Marne(51)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: - - - Quand le passé ressurgit - - -

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum