- - - Un cadeau du ciel - - -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

- - - Un cadeau du ciel - - -

Message  titechhiuaua le Mer 27 Jan 2010 - 13:23

Titre: Un cadeau du ciel
Auteur: Titechhiuaua


Voilà déjà deux mois qu’il se positionnait au coin de cette rue qui abritait une école maternelle. Jamais il ne loupait une sortie. Il la voyait attendre son petit ange, toujours aussi belle malgré les quelques années qui les avaient séparés. Il appréciait le spectacle lorsque son enfant courrait rejoindre les bras de sa mère et s’y engouffrait pour un tendre câlin. Ces yeux pétillaient lorsqu’il les voyait ainsi tous les deux. Il n’avait qu’une envie, courir vers eux et les serrer très fort contre lui mais celui-ci n’osait même pas les approcher. Peur de troubler leur vie, peur qu’ils le repoussent, peur qu’ils l’ai simplement oublié. Lui n’avait rien oublié. Aucune des courbes de cette femme qui lui faisait toujours autant battre son cœur. Tel un adolescent, il se sentait bizarre à l’intérieur de lui dès qu’il l’apercevait. Il n’avait pas non plus oublié le visage de son fils et malgré qu’il avait bien grandit, il l’aurait reconnu sans aucun soucis. Celui-ci lui ressemblait beaucoup et avait le regard de sa mère. Un regard qu’il appréciait plus que tout. Cette fois-ci, ils venaient dans sa direction. Son cœur se mit à battre si fort qu’il en ressentait tous les battements de celui-ci à travers tous ces membres. Et puis un déclic se fit ressentir, c’était l’occasion de les revoir. Il espérait fortement qu’ils se dirigent jusqu’à lui. Il alla au devant d’eux pour forcer un peu le destin. Quand elle s’aperçu de sa présence, elle s’arrêta net. Trop surprise de le voir, elle n’arrivait plus à faire un pas. Il s’approcha d’eux doucement :
- Bonjour Scully.
Elle n’avait pas réussi à sortir un mot, rien n’arrivait à franchir ces lèvres mais son regard si sombre faisait comprendre à Mulder qu’elle lui en voulait.
- Comment vous allez tous les deux ?
- On va très bien. Je suis désolé mais on doit y aller.
William les regardait tous les deux, ne comprenant pas ce qu’il se passait. Scully tira gentiment la main de William pour lui ordonner d’avancer. Mais Mulder se dépêcha d’aller se mettre sur son chemin pour qu’elle s’arrête et puisse l’écouter.
- Ecoute Scully, je…
- Je n’ai rien à entendre venant de toi alors laisse nous tranquille.
- J’ai besoin de vous…
- On avait besoin de toi mais tu n’étais pas là. Aujourd’hui on s’en sort très bien tous les deux. Ne viens pas tout gâcher !
Il fut étonné des paroles qu’elle avait put lui dire. Il savait qu’elle pourrait lui en vouloir mais pas qu’elle le raye ainsi de leur vie. Il les laissa s’éloigner, le cœur lourd. Tous les jours il continuait à venir voir la sortie de son fils mais ne les approchait pas. Scully l’apercevait et faisait tout pour ne pas le croiser. Il n’avait plus qu’une solution s’il voulait avoir de leurs nouvelles.


Dernière édition par titechhiuaua le Mar 2 Fév 2010 - 10:29, édité 2 fois
avatar
titechhiuaua
Sandwish de Tooms

Messages : 62
Date d'inscription : 28/04/2009
Age : 33
Localisation : Marne(51)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: - - - Un cadeau du ciel - - -

Message  titechhiuaua le Jeu 28 Jan 2010 - 10:11

Quelques semaines plus tard – Chez Mme Scully
Il venait de sonner. Il avait peur de la déranger, il ne savait pas comment il allait être accueillit. Il savait très bien qu’elle pourrait prendre le parti de sa fille, ce qui serait sans doute normal et même aller jusqu’à lui claquer la porte au nez. Quand la porte s’ouvrit, elle crut perdre pied. Il y avait si longtemps qu’elle ne l’avait pas vu. Elle s’approcha de lui et l’accueilla à bras ouvert. Il était soulagé. Ils s’installèrent au salon et commencèrent à discuter.
- Est-ce que Dana sait que vous êtes ici ?
- Oui mais elle ne sait pas que je suis venu vous voir.
- Elle ne vous laisse pas les approcher s’est ça ?
Elle comprit au visage de Mulder qu’elle avait vu juste.
- J’aimerais que vous me parliez d’eux, est-ce que William sais qui je suis ?
- Ils vont très bien. Dana tient un cabinet de pédiatrie, mais elle ne fait plus d’heure comme avant. Ces horaires sont basés sur ceux de William. Elle vit pour lui. Quant à William, il est en dernière année de maternelle. Il est très intelligent et très rusé. Il est surtout adorable. Dana l’élève très bien, il est très épanoui. Mais la seule ombre au tableau est l’absence de son père.
Mulder baissa la tête.
- Quand il était petit, Dana n’avait pas besoin d’un livre pour l’endormir. Il n’y avait qu’une seule et unique histoire qui réussissait à l’endormir et qu’elle connaissait par cœur. C’est la votre à tous les deux. Votre rencontre, vos fou rires, vos « je t’aime »… William appréciait. Puis du jour au lendemain, Dana à cesser de lui parler de vous. Essayant de tirer un trait et d’essayer de vivre dans le présent. Ce nouveau départ a été très dur pour tous les deux.
- Je suis désolé de leur avoir fait du mal.
- Je sais que s’était pour les protéger mais ça les a aussi fait souffrir.
- Est-ce que vous croyez que je pourrais les revoir un jour ? Est-ce qu’elle me pardonnera cette absence ?
- Je ne peu répondre à vos questions. La seule chose que je sais, s’est qu’elle vous en veut beaucoup.
Mulder avait toujours la tête baissée. Peiné par tout ça.
- Je vais essayer de lui parler. Même si elle ne veut pas vous voir, William a besoin de vous.
Mulder lui offrit un sourire, elle venait de lui redonner au moins l'espoir de revoir son fils dont il avait besoin. Quand soudain on sonna à la porte et un enfant entra en criant "mamie". Margaret et Mulder se regardèrent tous les deux. Ils se levèrent à l'entrée dans le salon de William
et Scully. William courra dans les bras de sa grand-mère alors que Scully ne bougea pas.
- Je vais vous laissez.
Mulder disa en revoir à Margaret et commença à partir. Il s'arrêta près de Scully. Mais il repartit sans avoir réussi à lui dire quoi que se soit. Scully regarda sa mère, furieuse que celle-ci l'ai accueillit.
- Dana, il faut que je te parle.
- Si s'est pour me parler de lui, se n'est pas la peine.
- Si justement! Tu as beau lui en vouloir, s'est le père de ton enfant.
- Et alors?! Qu'est-ce que sa change?!
- Mais vous ne pouvez pas laissez cette histoire vous brisez l'un et l'autre, il faut que vous vous expliquiez!
- Il n'en est pas question.
- Tu sais aussi bien que moi que s'était pour votre bien qu'il a fait ça.
- Notre bien?! C'était pour notre bien qu'il a cesser de nous donner de ces nouvelles et qu'ils nous a oublié?
- Il ne vous a pas oublié. Ne confond pas tout!
- Mais il aurait put au moins m'en parler. On était un couple et dans un couple on est deux à prendre les décisions!
- Ton égo et ton amour on été touché; voilà pourquoi tu ne fais pas d'effort! Tu veux toujours te montrer forte mais pour une fois dans ta vie, pour ton fils, ravale cette fierté qui t'empêche d'avancer et d'ouvrir ton cœur!
- Maman! S'il te plait!
- Si toi tu ne veux pas le voir, alors laisse le au moins voir William.
- Je ne peu pas.
- Mais s'est aussi son fils Dana! Il a le droit de le voir et William en a besoin, tu le sais.
Scully ne répondit pas. Elle le savait bien. Mais n'arrivait pas à l'accepter.
- Si tu ne veux pas le voir ou le croiser, laisse-moi William de temps en temps et il viendra le voir ici. Au moins comme sa tu pourras être rassuré.
- Alors débrouille-toi pour organiser ce que tu veux mais je ne serais pas présente lorsqu'il sera là!
Margaret avait gagné une bataille mais s'était la plus facile. Faire accepter ne serait ce que la présence de Mulder dans la même pi\'e8ce que Scully allait être la plus dure. Mais Margaret n'avait pas dit son dernier mot et ne perdait pas espoir de rendre à sa fille le sourire qui avait disparu en même temps que Mulder.
avatar
titechhiuaua
Sandwish de Tooms

Messages : 62
Date d'inscription : 28/04/2009
Age : 33
Localisation : Marne(51)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: - - - Un cadeau du ciel - - -

Message  titechhiuaua le Ven 29 Jan 2010 - 16:45

Une semaine plus tard

Mulder arriva chez Margaret Scully le sourire aux lèvres mais le cœur battant. Et si William le repoussait ? Son cœur se serra en pensant à cette idée. Il toqua à la porte avec ferveur, partagé entre la peur et la joie. La porte s’ouvrit sur une Margaret qui l’accueillait avec enthousiasme et lui expliqua :
- Je dois vous prévenir qu’il n’est au courant de rien. Pour lui, il vient simplement passer le week-end à la maison.
Elle lui fit signe de la suivre. Plus il approchait de cette rencontre et plus son cœur se mettait à battre.
- William ! Tu dis bonjour s’il te plait.
- Bonjour.
- Bonjour jeune homme.
- Mais… tu es le monsieur de la dernière fois !
Mulder lui fit signe de la tête oui. Il était si content de le voir que les mots avaient du mal à sortir.
- Alors tu connais ma maman ?
- Oui.
- Tu es un ami à elle ?
Mulder regarda Margaret, il était perdu. Il ne savait pas comment s’y prendre et comment répondre à ce petit ange qui le regardait de ces grands yeux. Margaret avait comprit l’embarras de Mulder et vint à son secours.
- William ! Viens t’asseoir près de moi.
William alla s’asseoir près de sa grand-mère. Mulder vint près d’eux et écouta Margaret :
- Il connait très bien ta maman pour la simple et bonne raison que tous les deux ils s’aimaient et que de cet amour et né un beau petit bonhomme. Ce petit bonhomme en question, c’est toi.
- Moi ? Alors sa veut dire que s’est…
- Que s’est ton papa.
William regarda Mulder. Aucun son ne sortait de sa bouche, il était surpris par ce que venait de dire sa grand-mère. Mulder vint s’accroupir devant William pour être à sa hauteur et lui dit :
- Je sais que je vous ai fait du mal à toi et à ta maman en quittant vos vies mais il faut que tu saches que j’ai toujours gardé dans mon cœur l’mage de toi si petit et que ta maman t’as mit dans mes bras. J’étais le plus heureux. Même si on était loin l’un de l’autre, je t’ai toujours aimé et t’aime toujours autant. J’ai très envie si tu le veux bien que l’on apprenne à se connaitre un peu tous les deux et je te promets que plus jamais je ne repartirais.
- Plus jamais plus jamais ?
- Plus jamais.
Un petit silence venait de s’installer. William et Mulder se regardaient dans les yeux. William avait besoin d’assimiler ce qu’on venait de lui dire. Lui qui avait tant rêvé de son père, l’avait enfin devant lui mais ne savait plus quoi dire. Puis il se leva du canapé rétrécissant l’espace entre lui et Mulder. Il avait très envie de se blottir dans ces bras mais il n’osait pas trop. Mulder tendit une main vers lui. William regarda cette main intensément puis regarda sa grand-mère. Margaret comprit qu’il avait un peu peur ; pour le rassurer elle lui offrit un grand sourire. Si sa grand-mère lui faisait un si grand sourire, s’est qu’il pouvait faire confiance à cet homme qui se présentait devant lui. Il posa sa petite main dans celle de Mulder qui referma délicatement la sienne sur celle de William qui s’avança doucement vers Mulder qui le serra dans ces bras. Une larme de joie et de soulagement descendit le long de la joue de Mulder. Margaret fut surprise de cette petite larme venant d’un si grand gaillard. Mais quand on devient papa même le plus grand des durs devient sensible devant son petit bout de chou.
avatar
titechhiuaua
Sandwish de Tooms

Messages : 62
Date d'inscription : 28/04/2009
Age : 33
Localisation : Marne(51)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: - - - Un cadeau du ciel - - -

Message  titechhiuaua le Sam 30 Jan 2010 - 9:13

Quelques mois plus tard - Chez Mme Scully
Mulder venait rendre visite à Margaret tous les quinze jours pour passer une journée avec son fils. Les deux hommes avaient appris à se connaitre et une complicité était née entre eux deux. Margaret appréciait de les voir ensemble et se désolait que Scully ne puisse voir ce tableau. Après quelques mois, Margaret autorisa Mulder à prendre William pour la journée simplement tous les deux. Il fut très surpris:
- Est-ce que Scully est d'accord?
- Elle n'en sait pas un mot.
- Alors il ne vaut mieux pas, je n'ai pas envie qu'elle arrête ces visites.
- Je vous connaissais plus obstiné et déterminé.
- Je le suis toujours mais je n'ai pas envie de perdre ce qui se construit avec William.
- Ne vous inquiétez pas, je m'en occupe. Je sais que je peu vous faire confiance.
Mulder et William partirent pour la journée, bras dessus bras dessous. Mais en fin de journée, Mulder commença à paniquer en voyant l'heure qui défilait. Il ne pourrait être à l'heure pour leur retour. Ils étaient pris dans des embouteillages. Il appela Margaret pour la prévenir, pour qu'elle ne se fasse aucun soucis et aussi parce qu'elle avait confiance en lui et qu’il ne voulait pas perdre cette confiance qui l’avait fait avancer avec son fils. Mais Scully arriva avant eux et Margaret ne put lui cacher leur petit secret.
- Où est William?
- Avec Mulder.
- Pardon?!
- J'ai autorisé Mulder à le prendre pour la journée. Mais ils sont pris dans des embouteillages.
- Je te faisais confiance!
- Et je lui fais confiance!
Scully tournait en rond. Mulder entra dans la maison avec William dans ces bras et de grands éclats de rire les accompagnaient. Il s’arrêta net quand il aperçut Scully. Comment allait-elle réagir ? Scully s’approcha de lui pour reprendre William et s’éloigna sans un regard ni une parole. Margaret avait tout vu et regrettait le comportement que Scully avait en vers Mulder.
- En revoir.
C’est la seule chose qu’il réussit à dire et n’osant se confronter à aucun regard, il se retourna et commença à partir. Mais William gesticula dans les bras de Scully pour descendre. Il courut vers Mulder en criant :
- Papa !
Mulder se retourna et prit William dans ces bras. William venait enfin de l’appeler papa et Mulder en avait le souffle coupé. Il était surpris mais très heureux. Ce petit bonhomme l’étonnait à chaque instant.
- Je t’aime papa.
- Moi aussi je t’aime.
Scully leur tourna le dos. Elle était surprise parce qu’elle venait de voir. Une larme perlait au coin de ces yeux et menaçait de tomber. Elle était si touché de les voir ainsi ensemble. Puis Mulder partit. Margaret avait comprit, elle avait laissé le temps à Scully de reprendre ces esprits puis elle lui disa :
- Te rend tu compte de ton comportement en vers lui ?
Scully se retourna vers sa mère qui continua :
- Tu n’avais pas le droit de reprendre William de ces bras comme tu l’as fait !
Elle savait qu’elle n’avait pas bien agit mais s’était plus fort qu’elle. Elle n’arrivait pas à se contrôler quand il s’agissait de Mulder. La colère qu’elle avait au fond d’elle l’empêchait d’agir correctement avec lui.
avatar
titechhiuaua
Sandwish de Tooms

Messages : 62
Date d'inscription : 28/04/2009
Age : 33
Localisation : Marne(51)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: - - - Un cadeau du ciel - - -

Message  titechhiuaua le Mar 2 Fév 2010 - 10:24

Un mois plus tard – Chez Margaret Scully
On sonna à la porte, s’est Scully qui alla ouvrir la porte. Elle n’était pas au courant que Margaret l’avait invité.
- Que fais-tu ici ?
- Margaret m’a invité pour l’anniversaire de notre fils.
« Notre fils » résonnait aux oreilles de Scully. Elle lui en voulait tellement que s’est un mot qu’elle n’avait réussi à se dire, elle avait oublié le sens du mot « notre ». C’était son fils à elle, son fils à lui mais pas le leur. Elle en avait oublié que ces deux choses se rassemblaient en une seule « le notre » « à nous deux ». Pour William, elle le laissa entré. Toute la journée, elle avait fuit et lui n’avait pas osé s’approcher d’elle. Mais elle avait tout de même remarqué les regards qu’il avait envers elle.



Depuis ce jour, ils se croisaient régulièrement chez Margaret mais aussi à la sortie de l’école de William. Mulder venait tous les jours pour dire bonjour à son fils. Et même s’ils ne se parlaient toujours pas, Mulder et Scully s’échangeait un petit bonjour prononcer timidement. Un soir à la sortie de l’école, William demanda à Mulder :
- Tu viens avec nous au parc ?
Mulder n’osait pas dire oui, il ne savait pas ce que pouvait vouloir Scully. Il l’a regarda pour sonder son regard mais il n’arriva pas à y lire. Pour être sûr de ne pas aller contre elle, il répondit :
- Je suis désolé, je ne pourrais pas.
Mulder fit un bisou à son fils et commença à partir. Scully avait bien comprit pourquoi Mulder avait décliné l’offre si alléchante de son fils, elle se doutait que s’était pour elle qu’il avait refusé. Elle le rattrapa :
- Sa ferait plaisir à William si tu venais.
- Sa ne te dérange pas ?
Scully lui fit signe de la tête non. William prit une main de chacun de ces parents et ils allèrent ensemble au parc. William souriait à pleine dent, on aurait put les prendre pour une famille unie. Au parc, Scully s’assied sur un bac près des jeux pendant que William alla jouer. Mulder hésita un instant entre jouer avec son fils ou rester près de Scully et essayer de lui parler. Mais ne voulant pas la brusquer, il préféra aller jouer avec William. Scully n’arrivait pas à se concentrer sur son livre, même si elle ne voulait pas le dire, elle était heureuse de les voir ensemble. Après avoir joué avec son fils, Mulder vint s’asseoir auprès de Scully.
- Je suis mort ! La pêche qu’il a ! Tu lui donne quoi à manger ?
Scully avait sourit mais n’avait rien répondu. Elle remit le nez dans son livre sans vraiment réussir à lire. Mulder l’a regardait et elle le sentait. Elle était un peu déstabilisée. Elle le regarda à son tour et lui demanda :
- Qu’est-ce qu’il y a ?
- Je … Je voulais te dire merci d’avoir accepté que je vienne avec vous.
Elle regarda son livre à nouveau en lui répondant :
- C’est pour William.
- Certes mais tu n’étais pas obligé de dire oui.
Elle regarda William. Mulder continuait toujours à la regarder puis il lui demanda :
- Accepterais-tu que je vous invite à dîner ce soir ?
- Mulder s’il te plait.
- Se n’est ni un piège ni une ruse ni quoi que se soit si s’est ce que tu pense. S’est simplement pour te remercier.
- Comme tu voudras.
- Est-ce qu’un restaurant en particulier te ferait plaisir ?
- Disons qu’avec William sa limite beaucoup.
- Alors où irons nous et où aurais-tu aimé aller ?
- Un fast-food lui conviendra très bien.
- Toi ! Au fast-food !?
- Ils font aussi des salades.
- Ah ! Je me disais aussi ! Mais tu n’as pas répondu à toutes mes questions.
Elle hésita un instant. S’était si rare qu’on s’intéresse à elle qu’elle commençait à apprécier. C’était si rare car elle avait monté un mur entre elle et tous ces hommes coureurs de jupons. Un seul avait fait battre si fort son cœur et elle n’arrivait pas à passer à autre chose.
-Un chinois. Je n’y suis jamais retournée depuis que William est né.
- Eh bien voilà une autre occasion de t’inviter une prochaine fois.
Scully lui adresse un sourire. Il était toujours aussi gentil avec elle et toujours aussi… charmant se dit-elle. « Mon dieu Scully, qu’est-ce qu’il te prend. Certes il y a longtemps que tu n’as pas passé de temps avec un homme, que l’on soit aussi attentif aussi mais tout de même ! ». Mulder les avait emmené dîner. La soirée s’était très bien déroulée. Ils avaient discutés de tout et rien mais sans jamais parler d’eux ou même de ce qu’il s’était passé. Mais ils avaient passé un très bon moment ensemble. Mulder avait raccompagné Scully jusque chez elle. Il était sortit de la voiture et avait prit William dans ces bras qui s’était endormi sur le siège arrière de la voiture. Il suivait Scully jusqu’à la chambre de William. Il l’a regardait coucher leur fils, il trouvait sa si mignon. Il regarda tout autour de lui, s’était magique de pour lui de découvrir la chambre de son fils.
- Je vais y aller. Merci pour tout Scully.
- Merci pour le dîner.
Il lui offrit un sourire puis lui déposa un bisou sur la joue non loin de ces lèvres qu’il aurait tant aimé pouvoir toucher et repartit heureux avec le sourire jusqu’aux oreilles !
avatar
titechhiuaua
Sandwish de Tooms

Messages : 62
Date d'inscription : 28/04/2009
Age : 33
Localisation : Marne(51)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: - - - Un cadeau du ciel - - -

Message  titechhiuaua le Jeu 4 Fév 2010 - 10:27

Quelques mois plus tard – Chez Mme Scully – Noël
Margaret avait invité tous ces enfants pour partager ce repas de fête ainsi que Mulder. Le père de son petit fils avait toujours fait partit de sa famille même si sa fille n’était plus avec lui. Elle voulait faire plaisir à William. Bill avait bien entendu vu ça d’un très mauvais œil. Margaret avait placé Scully et Mulder aux côtés de William. Le repas se passait pas trop mal, même Scully avait adressé la parole à Mulder. Margaret était heureuse de les voir tous si souriant l’un et l’autre et espérait que la magie de Noël opère pour tous les deux. Et elle comptait sur Bill et ces remarques pour faire sortir Scully de ces gons et de ce faite réagir, qu’elle prenne plutôt mal les remarques de Bill au point de prendre la défense de Mulder. Et son instinct ne l’avait pas trompé :
- Bon Bill sa suffit ! Arrête ces remarques désobligeantes !
- Mais réagit bon sang !
- Je n’ai jamais autant réagit que lorsque je l’ai laissé entrer dans ma vie et qu’il est devenu le père de mon enfant ! Et que sa te plaise ou non, s’est choix ! Et non le tiens !
Scully se leva et sortit de table. Mulder se leva à son tour pour aller la rejoindre.
- Le pre-chevalier à la poursuite de princesse !
- Bill sa suffit ! Laisse les tranquille !
Mulder prit son manteau et attrapa celui de Scully qu’il avait vu trôner sur le porte manteau. Elle était assise sur les marches du perron, les bras encercler tout autour d’elle pour réussir à contrôler le froid qui l’envahissait inévitablement. Mulder s’approcha d’elle et lui déposa le manteau sur ces épaules. Elle tourna la tête vers lui et lui offrit un sourire.
- Merci.
- J’allais tout de même pas te laisser mourir de froid.
- Excuse-moi pour tout ce que j’ai put te dire et pour cette mascarade que Bill vient de nous jouer.
- Ne t’en fais pas pour ça. Il m’en faudrait bien plus que ça pour me faire regretter cette soirée.
Il était si heureux de passer cette soirée avec elle et William que tout le bonheur pouvait se lire sur son visage.
- Il n’y a qu’une chose que je regretterais dans ma vie et se n’est pas celle de passer du temps avec toi et William.
- Que regrettes-tu ?
- Ce que je regrette plus que tout au monde, s’est d’être sortit de vos vies à tous les deux.
Les langues se déliaient, et les explications tombaient enfin. Ils finirent par rentrer car le froid avait eut raison d’eux. Charles qui était assis sur le canapé, fit signe à Scully de venir le rejoindre. Elle s’installa près de lui et lui demanda :
- Qu’est-ce qu’il y a ?
- Je voulais un peu en profiter, s’est pas souvent que l’on se voit.
- Effectivement ! S’était pour l’anniversaire de William la dernière fois.
- Tu vas me trouver certainement indiscret mais comment sa se passe avec Mulder ?
- Bien.
- Et s’est tout ? Juste « bien » ?
- Bein oui pourquoi ?
- Ne me dis pas que vous vous êtes toujours pas parlé ?
- Charles, se sont mes affaires.
- C’est juste ! Mais tu es ma sœur et je m’inquiète pour toi.
- Tu n’as pas besoin.
- En tout cas vous avez l’air de mieux vous entendre que la dernière fois !
- Oui. On le vois tous les jours, il vient dire bonjour à William chaque jour à sa sortie de l’école.
- Il est fou de vous ! En tout cas je suis content de te revoir sourire.
- J’ai toujours eut le sourire.
- Celui avec lequel tu voulais nous faire croire que tout allait bien ? Moi je préfère celui que tu as en ce moment même !
Elle lui offrit un sourire et commença à se lever et Charles lui attrapa la main :
- Dana, c’est Noël, laisse ton cœur s’ouvrir.
Elle ne lui répondit pas et alla rejoindre Margaret pour lui donner un coup de main en cuisine.
- Tout se passe bien ?
- Très bien et toi, tout se déroule comme tu le veux ?
- Presque. J’espère que tu ne m’en veux pas d’avoir mit Mulder non loin de toi.
- Il a le droit d’être près de son fils.
- Se n’est pas ce que tu disais il y a quelques mois.
Scully l’a regarda pour lui faire comprendre qu’elle ne voulait pas parler de ça.
- En tout cas, s’est gentil à lui de venir passer Noël avec nous.
- En même temps il n’a plus de famille.
- Bien sûr que si.
- Il n’a que William, on a vite fait le tour.
- Et toi ?
- Quoi moi ?
- Tu n’es pas de sa famille peut-être ?
- Je suis juste la mère de son fils.
- S’est bien ce que je disais.
Scully soupira, elle ne voulait pas parler de ça. Elle quitta la cuisine pour aller rejoindre les autres. Charles mit un peu de musique et se mit à danser avec William. Ils firent signe à Scully de venir les rejoindre. Elle hésita puis alla les rejoindre. Margaret qui était revenu au salon fut heureuse de tous les voir avec le sourire et s’amuser. Une chanson au rythme plus lent se fit entendre. Charles vint inviter Scully ne voyant pas Mulder le faire. Pendant qu’ils dansaient, Margaret vint inviter Mulder à danser, en tête à tête elle pourrait lui parler.
- Vous êtes irrécupérable tous les deux.
- Pardon ?
- Aucun ne ferait le premier pas, même pour danser.
Mulder l’a regardait, stupéfait.
- Promettez-moi qu’à la prochaine chanson vous inviterez Dana à danser.
Le sourire de Mulder fut sa réponse. Bien sûr qu’il allait le faire, il en mourrait d’envie d’ailleurs. Quand la musique s’arrêta, Scully alla s’asseoir dans le canapé près de William et de ces neveux. Mulder hésita un instant puis alla à sa rencontre.
- Je… J’aimerais t’inviter à danser si tu le veux bien.
Scully se leva et ils allèrent danser ensemble. Au contact de leurs mains, ils frissonnèrent tous les deux et leurs regards se croisèrent. Quant à Charles, il avait invité sa mère à danser.
- Alors, que penses-tu de nos deux phénomènes ?
- Pour être des phénomènes, ça en est ! Je pense simplement que ta sœur à peur de le voir s’envoler comme la dernière fois et qu’elle s’empêche de s’accrocher à lui pour ne pas souffrir.
- Et tu crois qu’il repartira un jour ?
- Sa m’étonnerais.
- En tout cas Dana à retrouver son sourire.
- Oui, je suis contente de la voir ainsi. Je crois que malgré tout le charme « Mulder « fait son effet.
Le temps des cadeaux fut venu. Chacun déballait ces cadeaux. Même Mulder déballait quelque chose. Scully et Mulder s’étaient regardés après avoir ouvert leur cadeau. Elle hésita un instant puis s’approcha de lui :
- Qu’est-ce que tu as eu ?
Mulder lui montra le cadre qu’il venait de déballer. Une photo d’eux trois y avait été installé. Margaret avait user de tous ces tours pour qu’ils s’approchent un peu le jour de l’anniversaire de William rien que pour faire cette photo. Scully lui montra le cadre qu’elle avait aussi reçu avec la même photo.
- Je crois que s’est un complot.
- Et quel en serait le conspirateur ?
Scully montra Margaret du menton. Elle les regarda tous les deux et leur envoya un clin d’œil. Ils lui offrirent un sourire en guise de remerciement. Plus tard dans la soirée, Scully était assise sur le canapé avec William qui dormait dans ces bras. Mulder s’approcha d’elle et lui dit :
- Tu ferais bien d’aller le coucher.
- tu veux bien m’aider à le monter ?
Mulder s’approcha d’eux et prit William dans ces bras. Il suivit Scully qui passa la première. En voulant le mettre en pyjama, William se réveilla. Scully le coucha et lui fit un bisou sur le front. Mulder s’approcha à son tour, il s’assya près de William et ils parlèrent un peu ensemble. Scully sortit de la chambre pour les laisser un peu seul en tête à tête. Elle s’était adossé au mur près de la porte et les écoutait discuter. Un sourire éclairait son visage. Mulder sortit peut de temps après et referma la porte. Il se posta devant Scully et lui dit :
- Il s’est rendormit.
Ils se regardaient tous les deux dans les yeux. Leurs regards jouaient ensemble, des regards qu’ils s’étaient échangés autrefois. Mulder s’approcha de l’oreille de Scully et lui disa :
- Tu es très belle ce soir.
Scully lui offrit un sourire pour le remercier puis pour le taquiner, elle continua :
- Dis que d’habitude je suis laide.
Mulder fut surpris de son si grand sourire, il continua sur la lancée :
- J’osais pas trop te le dire.
Scully lui déposa une petite tape sur l’épaule et ils éclatèrent de rire. Mulder plaça une main dans le dos de Scully et ils descendirent. Elle ne l’avait pas repoussé et appréciait même cette petite touche de tendresse. Ils ne s’étaient plus détachés l’un de l’autre. Ils discutaient de tout et rien et retrouvaient la complicité de leur regard.
avatar
titechhiuaua
Sandwish de Tooms

Messages : 62
Date d'inscription : 28/04/2009
Age : 33
Localisation : Marne(51)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: - - - Un cadeau du ciel - - -

Message  titechhiuaua le Ven 5 Fév 2010 - 11:33

Tout le monde allait se coucher les uns après les autres. Scully alla chercher une bouteille de champagne et deux flûtes. Elle les remplit et en tendit une à Mulder.
- Je ne crois pas que se sois raisonnable.
- Pourquoi donc ?
- Nous avons déjà pas mal but lors du repas.
- Et de quoi avez-vous peur agent Mulder ? lui dit-elle avec un grand sourire.
- Je n’ai pas envie que l’alcool te fasse faire des choses que tu pourrais regretter.
Un petit silence s’installa puis ils reprirent :
- A noël.
- A noël.
Ils trinquèrent ensemble et Mulder continua :
- Merci.
- Merci pour quoi ?
- De me laisser passer du temps avec William, pour cette soirée et d’accepter à nouveau que l’on se parle.
- C’est à ma mère qu’il faut dire Merci.
Mulder posa sa main sur celle de Scully. Elle n’avait pas bougée, elle regardait leurs mains intensément. Le fait de sentir sa peau contre la sienne la faisait frissonner.
- Vous me manquez terriblement tous les deux. Je sais que je vous ai fait du mal mais je vous aime plus que tout.
Elle n’avait réussi à lui dire quoi que se soit. Elle était émue par ce qu’il venait de lui dire. Elle avait baissé la tête, ces yeux devenaient brillants.
- Tout va bien Scully ?
Elle lui fit signe de la tête oui, il se rapprocha d’elle et lui releva le menton. Ils se regardaient dans les yeux. Mulder essuya les larmes qui commençaient à couler. Puis il se leva et lui tendit la main. Elle le regarda étonnée puis posa une main dans la sienne. Il l’attira contre lui et entamèrent une danse. Ils n’avaient pas besoin de musique, leurs cœurs leurs jouaient la mélodie. Scully se colla tout contre Mulder, comme-ci elle en avait besoin, comme-ci ça lui était vital. Elle laissa descendre d’autres larmes, mais cette fois-ci s’était des larmes de joie. Joie qu’il soit là, joie de le sentir et de sentir son cœur revivre. Mulder s’écarta légèrement d’elle pour pouvoir voir son visage qu’il caressa tendrement. Elle frissonna à nouveau sous le contact de la peau de Mulder. Il descendit légèrement ces mains pour caresser ces lèvres du bout des doigts. Il s’approcha encore d’elle et cette fois s’est avec ces lèvres qu’il alla caresser celle de Scully. Il se retira légèrement pour voir le visage de Scully. Le cœur de Scully se mit à battre. Elle tendit une main un peu hésitante vers la joue de Mulder. Puis lui déposa à son tour un baiser. Mulder la regarda avec un grand sourire, heureux.
- tu m’as manqué aussi.
Scully passa ces bras autour du coup de Mulder, elle venait de laisser parler son cœur. Mulder l’a souleva en la serrant dans ces bras. Il monta les escaliers délicatement et ils entrèrent dans la chambre de scully. Il l’a déposa sur le lit tout en l’embrassant. Entre deux baisers, ils reprirent leur respiration :
- Joyeux Noël Mulder.
- Joyeux Noël Scully.

FIN
avatar
titechhiuaua
Sandwish de Tooms

Messages : 62
Date d'inscription : 28/04/2009
Age : 33
Localisation : Marne(51)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: - - - Un cadeau du ciel - - -

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum